Un coup c’est l’un, un coup c’est l’autre...

Mots clés :

A toi à moi, à moi à toi, François Gabart et Armel Le Cléac’h continuent de s’échanger régulièrement le fauteuil de leader.


Photo Vincent Curutchet (DPPI) - Vendée Globe

Le chassé-croisé en tête de la flotte continue de plus belle dans la traversée du Pacifique Sud. Samedi à la mi-journée, Armel Le Cléac’h (Banque Populaire) avait pris le meilleur sur François Gabart (Macif) qui a repris les devants à 16 heures pour 3 milles seulement. Aucune raison que les deux leaders ne se quittent entre deux passages de portes des glaces car ils bénéficient des mêmes conditions de navigation. A une telle cadence, 444 milles derrière, Jean-Pierre Dick (Virbac-Paprec) n’a pas d’autre choix que de limiter l’écart et attendre patiemment une ouverture. Alex Thomson (Hugo Boss) n’a plus personne dans son sillage pour venir lui contester sa quatrième place.

 

Le Cam aux anges

 

En mode bricolage au mouillage aux îles Auckland, Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat) tente toujours de remettre en état de marche ses deux hydrogénérateurs défaillants qui lui fournissent l’électricité du bord. Le skipper suisse devrait nous donner de ses nouvelles lundi. En attendant, Jean Le Cam comble son retard sur Stamm. En tête du groupe des tontons flingueurs, le skipper de SynerCiel est parvenu à éviter la petite bulle anticyclonique qui descend du sud de la Tasmanie et freine la progression de ses poursuivants depuis samedi soir. Seul Mike Golding peut espérer échapper à la punition s'il parvient à maintenir un peu de vitesse. Le Britannique pointe cependant déjà à 300 milles de Jean Le Cam qui, à ce rythme, pourrait bien s’échapper un peu plus. L'addition devrait être encore plus salée pour Dominique Wavre (Mirabaud) et Javier Sanso (Acciona 100% EcoPowered) qui ont à traverser la zone de transition entre cette petite bulle et la dépression qui arrive.

 

Di Benedetto accélère

 

A 2 859 milles de Gabart, Arnaud Boissières (Akéna Vérandas) va bénéficier d'un bon vent de sud-ouest de 20 nœuds pendant que Bertrand de Broc (Votre Nom autour du Monde avec EDM Projets), à 513 milles dans son tableau arrière, vient de passer la porte Ouest Australie en son milieu. Tanguy de Lamotte (Initiatives-coeur), actuellement un peu ralenti est en passe de franchir cette même porte. Une dépression qui arrive dans son tableau arrière va lui permettre d'accélérer très prochainement. Pendant ce temps, Alessandro Di Benedetto (Team Plastique) file à belle allure (16 noeuds) au nord d'un système de basses pressions qui devrait encore l'accompagner 48 heures. Il fait route directe vers la prochaine porte et se paye même le luxe de ne plus concéder de terrain sur les leaders...4 527 milles devant tout de même !

 

LES VOIX DU LARGE

 

Dominique Wavre (Mirabaud) : « Je vais fort bien. Je suis content d’avoir retrouvé un petit filet d’air car je n’en ai pas eu la nuit passée. Les conditions sont un peu spéciales. Il y a au moins 3 grains de houle qui se chevauchent donc le bateau roule un peu dans tous les sens et il n’est pas très rapide. De nouveau une bulle anticyclonique, j’ai été un peu puni encore une fois. On va prendre une dépression devant qui devrait nous propulser dans le Pacifique. Mais il faudra faire attention car il y a des endroits dans cette dépression où il ne faudra pas être ».

 

François Gabart (Macif) : « Une fois l’un, une fois l’autre, c’est marrant. Ça fait plus de 15 jours qu’on est côte à côte. Je ne sais pas si ça va durer jusqu’aux Sables mais ça serait sympa de finir à quelques milles près. On est à la moitié d’un tour du monde. Il reste 40 jours. Des moments où les bateaux peuvent se séparer, il y en a un paquet. Peut-être qu’il y aura 1000 milles d’écart pour l’un ou l’autre à l’arrivée. Il reste encore beaucoup de chemin et tout peut encore arriver ».

 

Arnaud Boissières (Akéna Vérandas) : « Ça va très bien, fraichement, avec un vent soutenu de 29 nœuds. Le bateau bouge un peu. J’attends Noël avec impatience. J’ai mon sac de Noël depuis le départ et j’ai hâte de l’ouvrir pour voir ce qu’il y a dedans. Petite bouteille et petit foie gras. Je ferai la fête aussi. Mon bateau actuel est 25% plus puissant que le précédent. Il est plus physique aussi au niveau des manœuvres et plus nerveux. Mais sinon, c’est le même genre de bateau ».

 

Armel Le Cléac’h (Banque Populaire) : « Les conditions : le vent forcit légèrement, entre 20-25 nœuds. On fait route vers la porte Pacifique. La dépression va arriver sur nous. La mer va se former et le vent va tourner. Il faudra être vigilant. Ça va être assez tonique. Il y a plusieurs options possibles. Je vais me concentrer sur la prochaine porte. On est à 700 milles côté ouest. On va suivre ça de près. Les conditions changent et évoluent sur la semaine à venir donc je ne vais pas prendre trop vite d’options. Il faudra bien réfléchir ».

 

Alex Thomson (Hugo Boss) : « Il fait nuit noire ici et les mers du sud sont encore très agitées. Je peux dire que les conditions se sont nettement améliorées par rapport à ce qu’elles étaient et j’ai réussi à maintenir une bonne vitesse. Hier soir, j'ai entendu un choc. J'étais assis dans le cockpit, relativement détendu, et puis Bang ! Ma première réaction a été instantanément de regarder le mât. J'ai levé les yeux et tout allait bien. J'ai ensuite regardé à l’arrière et j’ai pu voir que le safran au vent était levé. J'ai vérifié le système et j’ai vu qu’un fusible avait rompu. Quelque chose a dû heurter le safran. Heureusement, nous avons un système de fusible permettant d’éviter que les safrans ne se cassent. J'ai remplacé le fusible et j’ai remis le safran en place. Il ne semble pas y avoir de dommage sur la lame ».

 

Tanguy de Lamotte (Initiatives coeur) : « Me voici debout depuis longtemps avec le décalage...J'ai pris le temps de faire quelques petits travaux d'entretien sur le bateau, protéger une filière qui s'usait, changer le filtre du désalinisateur, recousu la baille à bout qui s'était arrachée pendant le coup de vent, refixer le bout "rescue" car il s'était aussi décroché pendant le coup de vent et une petite épissure sur la commande d'hydrogénérateur... Ça occupe ! J'ai ouvert le paquet de noël J-2 prévu par ma sœur pour compléter ma déco de récup': des étoiles, des cœurs, etc... La cabine est toute belle pour passer une bonne soirée de réveillon : merci c'est top ! ».

 

CLASSEMENT

 

Positions du 23/12 à 16 heures : 1.François Gabart (Macif) à 10 466 milles de la ligne d’arrivée; 2.Armel Le Cléac´h (Banque Populaire) à 3,4 milles du leader; 3.Jean-Pierre Dick (Virbac Paprec) à 444,5 m; 4.Alex Thomson (Hugo Boss) à 870,5 m; 5.Bernard Stamm (Cheminées-Poujoulat) à 1 231 m; 6.Jean Le Cam (SynerCiel) à 1 708 m; 7.Mike Golding (Gamesa) à 2 007 m; 8.Dominique Wavre (Mirabaud) à 2 111,6, m; 9.Javier Sanso (Acciona 100% EcoPowered) à 2 277 m; 10.Arnaud Boissières (Akéna Vérandas) à 2 859,6 m; 11.Bertrand De Broc (Votre Nom Autour du Monde avec EDM Projets) à 3 372,5 m; 12.Tanguy de Lamotte (Initiatives-Coeur) à 3 661,7 m; 13.Alessandro Di Benedetto (Team Plastique) à 4 527 m. Abandons : Marc Guillemot (Safran); Kito de Pavant (Groupe Bel); Samantha Davies (Savéol); Louis Burton (Bureau Vallée); Jérémie Beyou (Maître CoQ); Zbigniew Gutkowski (Energa); Vincent Riou (PRB).
 



SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction