Solitaire URGO Le Figaro : l'air de rien...

Alors que le phare de Villano est déjà dans les tableaux arrière, les trente-six solitaires ont joué au yoyo toute la nuit dans une brise qui a toujours eu du mal à s’établir dès la sortie de la ria de Muros de Noia. Tandis que Pierre Quiroga avait mené la danse jusqu’au cap Finisterre, la nuit a quelque peu chamboulé la donne...


Alexis Courcoux

Pas avare de rebondissements depuis le Havre, cette 49 ème édition de La Solitaire URGO Le Figaro a encore une fois démontré en baie de Muros que la patience fait partie du profil psychologique du Figariste accompli. Il en fallait une bonne dose en effet à la mi-journée pour rester concentré au fil des coups de canon maintes fois reportés. Pas une once de vent à 12h 30 dimanche, timing officiel initialement prévu pour le départ de cette troisième étape, puis une brise mal calée en direction et des concurrents survoltés à la bouée… bref, il fallut s’y reprendre à quatre fois pour lancer un départ équitable, à la hauteur d’une étape annoncée comme le possible tournant de l’épreuve. Retards obligent, le comité présidé par Jean Coadou décidait, à regret mais en toute logique, d’annuler le parcours en baie de 6 milles pour envoyer la flotte rejoindre sans autre marque de parcours la cardinale des Chiens Perrins à l’Ouest de l’île d’Yeu, distante de quelques … 380 milles.

Au coup de canon, c’est finalement Alexis Loison qui mettait tout le monde d’accord à 14 h 43 en partant lancé à la bouée. Mais en insistant un peu trop à gauche du plan d’eau, il laissait à la sortie de la baie le commandement à un autre déçu de cette 39ème édition, le brestois Gildas Ma« vouloir se faire mal ! » Et d’expliquer : « La remontée le long de la Galice sera essentielle et c’est elle qui décidera de l’éclatement de la flotte dans le golfe, car ensuite le scénario est assez bien connu ».

A peine passé le cap Louro, la brise thermique lui donnait raison en s’effondrant, laissant les skippers en berne à des vitesses inférieures à 2 noeuds. La traque à la risée pouvait commencer  et la flotte éclatait rapidement, s’étendant sur près de 2 milles sur un axe Nord-Sud.

Rebondissements noctures et retours gagnants dans la nuit

Dans un premier temps, le jeune Pierre Quiroga (Skipper Espoir CEM-CS) a fort bien manœuvré en se glissant le long des falaises galiciennes, à peine la ria de Muros de Noia avalée : il n’y avait alors que rien dans l’air et il fallut patienter une bonne heure avant que les étraves ne s’ébrouent. À ce stade, Gildas Mahé (Breizh Cola) menait au centre du plan d’eau quand Sébastien Simon (Bretagne CMB Performance), Xavier Macaire (Groupe SNEF) ou Alexis Loison (Custo Pol) étaient franchement empétolés un peu plus au large.

Alors pour se sortir de cette nasse sans vent ou presque, pas d’autres solutions que de choisir son camp : soit raser les reliefs abrupts comme Pierre Quiroga qui semblait trouver une similitude avec les côtes méditerranéennes, soit prendre le large (enfin à quelques milles seulement) comme Éric Péron (Finistère Mer Vent), histoire de toucher un brin de nouveau vent. De fait, ce n’est que vers 2h30 que les premiers ont pu franchir la latitude du cap Villano, devenue la référence pour le passage Radio France et trois heures plus tard, la flotte très ramassée, continuait à tirer des bords pour gagner vers le Nord-Est, vers l’entrée de La Corogne.

Au gré des baies et des criques qui ouvrent quelques opportunités, il n’y avait de fait qu’un mince écart entre le leader et le 23ème, Pierre Leboucher (Guyot Environnement) qui avait pourtant animé le début de course. Mais le danger pouvait fort bien venir du large où Éric Péron suivi par Xavier Macaire, tentait de s’extirper du peloton avant le lever du jour, programmé vers 7h00… Il sera alors plus aisé de se repérer dans cette molle brise où rien, si ce n’est les instruments de bord, ne permet de se projeter à plus long terme. De fait, les écarts sont tellement minimes en cette première nuit que la suite annonce plus de dispersion.

Classement de 6h15

1) Vincent Biarnes (Baie de St Brieuc) à  367mn

2) Eric Péron (Finistère Mer Vent) à 0,1mn du leader

3) Lois Berrehar (Bretagne CMB Espoir)  à 0,6mn

4) Pierre Quiroga (Skipper Espoir CEM) à 0,7mn

5) Sébastien Simon (Bretagne CMB Performance)  à 0,8mn

6) Corentin Douguet (NF Habitat) à 0,8mn

7)Alan Roberts (Seacat Services) à 0,8mn

8) Gildas Mahé (Breizh Cola) à 0,8mn

9) Damien Cloarec (SafeRail) à 0,8mn

10) Alexis Loison (Custo Pol) à 1mn

.. 12) Calliste Antoine (Immonew) à 1,4mn 

 

A lire aussi :

Fjord 44 coupé : cabine avec vue !

Quelles nouveautés électroniques cet automne ?  



SERVICE:
Pour préparer vos escales en toute sérénité, téléchargez l'appli Guides Escales du Bloc Marine.
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 0899 70 12 34**.
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 0899 70 12 34 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction