Panerai Transat Classique 2019 : cap sur Saint Kitts !

Le 8 janvier dernier à 14h, les yachts de la Panerai Transat Classique 2019 se sont élancés à l'assaut de l'Atlantique, direction Lanzarote puis Saint Kitts. Au programme : 2 800 milles de course ! Retour sur cette première semaine en Atlantique.


© James Mitchell

Au coup de canon, un premier classement se dessine, qui ne cessera d'être chamboulé les jours suivants. Stiren prenait alors l’avantage sur Coch y Bondhu avant la bouée au vent et envoyait le spi en enroulant cette dernière marque de parcours avant Saint Kitts. Hilaria poussait aussi le bateau italien à la faute, celui-ci laissant Bryell II et Glen Maël le passer à l’intérieur. Le ballet de l’envoi des spis permettait aux équipages de faire preuve de leur motivation et de leur efficacité. Peu à peu les équipages prenaient le cap à l’Ouest, sans qu’il soit possible de déterminer le choix des différents concurrents.

300 milles en deux jours

Au deuxième jour de course, les concurrents continuaient leur progression soutenue avec déjà plus de 300 milles avalés pour les premiers. Pour les tenants de l’option Sud, la flotte s’est resserrée avec un trio très dynamique composé de Coch y Bondhu, Eilean, bien recalé à l’Ouest après son escapade africaine, et Stiren. Juste derrière, Bryell II, Glen Maël, les « petits » de la course, et Hilaria, qui a payé cher son option au Nord de Fuerteventura. Se détachant de ce groupe, Lys, bien revenu après son départ retardé, a tenté une variante en prenant un cap plus à l’Ouest. Avec plus de 320 milles de décalage en latéral, Xarifa, était toujours en tête ce 2e jour, au classement en temps compensé.

De son côté, Aramis, le Taillefer de Christian Welter, s’est détourné vers Las Palmas, sur Grande Canarie, afin de régler un problème de barre. Il lui aura fallu 29 heures pour remettre les choses en ordre et reprendre la mer direction Saint Kitts.

© James Mitchell

La flotte se disperse...

Le reste de sa flotte a continué de se disperser et, du Nord au Sud, elle s’étale sur plus de 700 milles. Mais si l’on considère la distance au but au 4e jour de course, hormis Aramis, les concurrents se tiennent en à peine plus de 100 milles. Hilaria et Lys sont bien revenus dans la partie, mais il faut surtout relever la formidable ténacité de Glen Maël et Bryell II qui ne cèdent rien. Quant à Coch y Bondhu, l'équipage réalise un début de course parfait.

Phase de transition

Ils l’attendaient, l’espéraient, l’avaient prédit : les équipiers de Xarifa avaient misé gros en partant loin au Nord, supposant y trouver plus d’air. Les derniers relevés sur la cartographie le 13 janvier leur donnent raison avec des vitesses en instantané supérieures ou égales à 10 nœuds, plus proche du potentiel du bateau. Pour les Sudistes, Eilean, Bryell II, Coch y Bondhu, qui a un peu levé le pied, et Lys, leur option devrait aussi bientôt porter ses fruits. La situation est alors plus délicate à gérer pour les tenants de position intermédiaire, Stiren, Glen Maël et Hilaria qui se trouvent à ce moment-là dans une zone de transition avec des vents contraires.

© James Mitchell

Chaque heure est capitale !

Aux dernières nouvelles hier, lundi 14 janvier, dans le Nord, les belles vitesses affichées par Xarifa n’auront, hélas, pas duré longtemps. Elle doit maintenant piquer franchement au Sud pour se recaler sur la route de Saint Kitts, mais en laissant une partie de la flotte se glisser devant elle.

Au milieu, la situation de Stiren, Glen Maël et Hilaria n’est pas non plus des plus favorables avec un peu de navigation au près. Pour les leaders, Glen Maël et Stiren, il faut négocier au mieux cette zone pour ne pas se laisser déborder par le Sud.

Quant à Bryell II et Coch y Bondhu – qui se sont croisés hier matin au milieu de l’océan ! – maintiennent la pression et naviguent avec précision.

Classement en temps compensé le 15 janvier à 12h :

1. Glen Maël, 2032,8 nm restants, vitesse moyenne 5,6 noeuds.

2. Coch y Bondhu, 2033,9 nm restants, vitesse moyenne 6,3 noeuds.

3. Stiren, 1992,3 nm restants, vitesse moyenne 5,9 noeuds.

4. Bryell II, 2067,1 nm restants, vitesse moyenne 5,9 noeuds.

5. Hilaria, 2015,2 nm restants, vitesse moyenne 5,8 noeuds.

6. Eilean, 1964,2 nm restants, vitesse moyenne 7,3 noeuds

7. Xarifa, 1996,2 nm restants, vitesse moyenne 6,7 noeuds.

8. Lys, 2087,9 nm restants, vitesse moyenne 5,9 noeuds.

9. Aramis, 2288,5 nm restants, vitesse moyenne 5 noeuds.

A lire aussi :

Coupe de l'America : Panerai s'associe à Luna Rossa

Vers la fin du long épisode de Mistral



SERVICE:
Pour préparer vos escales en toute sérénité, téléchargez l'appli Guides Escales du Bloc Marine.
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 0899 70 12 34**.
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 0899 70 12 34 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction