Pronostics Vendée Globe: Jour J

Course au large
Samedi 10 novembre 2012 à 15h35

Départ sportif ce midi aux Sables. Les premières heures de course se présentent comme une régate, les concurrents vont devoir tirer le meilleur de leur voilier.

Départ sportif ce midi aux Sables. Les premières heures de course se présentent comme une régate, les concurrents vont devoir tirer le meilleur de leur voilier.

 

Une première avarie
 

Ils étaient finalement 19 sur la ligne de départ du Vendée Globe: Bertrand de Broc a dû faire demi-tour en raison d'un trou dans la coque. Son voilier, Votre nom autour du monde, a heurté le ponton en larguant les amarres.  Ce n'est pas une manoeuvre forcément pénalisante, ainsi Michel Desjoyeaux a remporté la précédente édition après avoir fait demi-tour aux Sables pour une réparation. Le double vainqueur du Vendée Globe avait profité d'une météo avantageuse tandis que le gros de la flotte avait dû affronter une sévère tempête dans le Golfe de Gascogne.
Toutefois, la situation est cette fois-ci différente. Les concurrents doivent rallier le Cap Finisterre le plus vite possible - ils sont attendus à ce point du parcours dans l'après-midi de lundi – sous peine de se retrouver piégé par la dorsale issue de l'anticyclone des Açores. Celle-ci entamera, mardi, sa descente le long des côtes du Portugal.

 

La gniac des concurrents
 

Le départ a montré la grande détermination de cinq concurrents qui ont passé la ligne de départ quelques secondes avant le départ : Kito de Pavant sur Groupe Bel, Vincent Riou sur PRB, François Gabart sur Macif, Armel Le Cleac'h sur Banque populaire et Zbigniew Gutkowski sur Energa. Ils ont donc été rappelés par les organisateurs pour repasser la bouée.
Le benjamin de la course, Louis Burton sur Bureau Vallée a créé la surprise en s'élançant en tête des concurrents avec Marc Guillemot sur Safran.

 

Une régate jusqu'au Cap Finisterre
 

Les premières heures de course seront tactiques. Le front froid, installé sur les Sables d'Olonne pour ce week-end de départ, va amener une petite rotation du vent à l'ouest qui permettra de faire route vers la pointe Nord-Ouest de l'Espagne. Le vent devrait être assez faible, pas beaucoup plus de 10 nœuds sur les 12 premières heures. Bien sûr quelques grains permettront des pointes de vitesse mais la forte houle qui déboulera dans le sud du golfe ralentira la progression et c’est seulement à 11 nœuds de moyenne que la flotte naviguera jusqu’au milieu de la nuit. Puis les compteurs afficheront 15 nœuds grâce à l’adonnante et au renforcement du vent pour sortir du golfe. « Les bateaux les plus puissants seront privilégiés, pronostique Yann Elies, champion en titre de la Solitaire du Figaro. Typiquement, les plans verdiers de dernière génération sont très bien. »

 

Deux stratégies de course pour passer le cap


Les premiers concurrents devraient passer le Cap Finisterre vers 15 heures, lundi. Ils devront jouer avec un vent qui aura gagné le Nord et qui sera établi à 15/20 nœuds. Nous assisterons alors à une descente au portant le long des côtes du Portugal avec multiplication des empannages dans un vent arrière faiblissant. « Les skippers auront deux choix tactiques, explique Yann Elies. Soit partir au large et jouer la bascule du vent pour l'établissement dans les alizés. Soit, longer la côte portugaise pour les skippers qui choisiront la force. »
La porte sera très serrée pour passer le cap et une terrible guerre des empanages est à prévoir. Mardi, ce sera plus compliqué pour tout le monde avec un vent faiblissant d'un cran et tombant probablement en dessous des 10 nœuds.

 

Les régatiers favorisés


« Avec ces conditions météo, les régatiers pourront tirer leur épingle du jeu dans les premiers jours », observe Eric Mas, prévisionniste pour Météo Consult. Nous pronostiquons donc la bonne performance de trois figaristes qui conaissent très bien cette partie du parcours: Armel Le Cleac'h, François Gabart et Jérémie Beyou.

 

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.