Donia, l'appli qui fait du bien à la Méditerranée

Carnet de voyage
Samedi 20 septembre 2014 à 15h17

L'application développée par l'entreprise montpelliéraine Andromede Océanologie a reçu le prix Bateau Bleu de la Fédération française des industries nautiques. Innovante, simple d'utilisation, mais surtout utile et performante, Donia a déjà séduit des milliers de plaisanciers soucieux de la santé de leur Méditerranée.

L'application développée par l'entreprise montpelliéraine Andromede Océanologie a reçu le prix Bateau Bleu de la Fédération française des industries nautiques. Innovante, simple d'utilisation, mais surtout utile et performante, Donia a déjà séduit des milliers de plaisanciers soucieux de la santé de leur Méditerranée.

Grâce à Donia, tout navigateur, amateur ou professionnel de la plaisance, capitaine de yacht ou plongeur, peut désormais choisir la zone d'ancrage de son bateau et assurer son mouillage tout en participant activement à la survie de l'une des espèces les plus emblématiques de la Méditerranée : sa plante marine Posidonia oceanica.
L'application pour smartphones et tablettes développée et éditée par l'entreprise Andromede Océanologie indique non seulement la nature des fonds marins (herbiers et mattes de posidonie, sable, roche), pour un positionnement optimal de votre bateau au mouillage, mais propose également un panel d'options (payantes) : des alarmes (anti-dérapage, anti-collision, anti-emmêlage de chaîne), des cartes bathymétriques HD, une plate-forme d'échanges d'informations avec les gestionnaires de sites protégés.

S'il est facile de la repérer depuis le pont du bateau quand la profondeur de mouillage est peu importante, l'eau très claire, et les fonds alternent entre herbiers et zones de sable, au-delà d'une quinzaine de mètres de profondeur, il devient bien hasardeux de ne pas jeter l'ancre en son cœur. Les navigateurs savent pourtant combien les herbiers à posidonie font de mauvais mouillages : l'ancre dérape, s'engorge de feuilles, perdant parfois soudainement toute efficacité. Mais savent-ils aussi combien ils sont nécessaires à la bonne santé de la mer Méditerranée ?

 

Une plante aux multiples vertus

 

La posidonie n'est pas une algue. C'est une plante supérieure, retournée à la vie marine il y a quelque 120 à 100 millions d'années. Elle s'enracine, possède des tiges, des feuilles, elle fait aussi des fleurs et produit des fruits. La présenter comme le « poumon » de la Méditerranée n'est pas une vaine formule : dans des conditions optimales de développement, 1 m2 d'herbier à Posidonia oceanica peut apporter quotidiennement 14 litres d'oxygène à la Grande Bleue. La plante a d'autres bienfaits : les vastes prairies sous-marines qu'elle édifie servent à de nombreux animaux, qu'y y vivent, s'y abritent, s'en nourrissent. Aussi peut-on y rencontrer en plongée mollusques et petits crustacés, oursins, saupes, serrans, labres, hippocampes, étoiles de mer, grandes nacres… Elles font aussi office de frayère et de nurserie, les juvéniles grandissant à l'abri des prédateurs ; elles protègent le littoral des tempêtes et de l'érosion, en cassant la houle et en empêchant les vagues d'atteindre la côte à pleine puissance ; et en piégeant les particules en suspension, elles agissent comme un filtre naturel qui favorise l'éclaircissement de l'eau. Des services écologiques de premier ordre que l'on commence à évaluer économiquement (par hectare et par an, la valeur économique des herbiers de posidonie serait trois fois supérieure à celle des récifs coralliens et dix fois supérieure à celle de forêts tropicales). Malgré les multiples protections dont la plante bénéficie (aux niveaux national, européen, international), les herbiers à posidonie continuent pourtant de régresser. Il faut dire que la plante est très sensible à la pollution, à la turbidité de l'eau, et à la plupart des agressions induites par les activités humaines : fréquentation accrue du littoral et du milieu marin, rejets chimiques (agricoles, industriels, domestiques), aménagements littoraux et empiétements sur la mer, construction de ports, de digues, arrachage mécanique par les engins de pêche traînants… et, chacun ayant sa part à prendre, par les ancres des bateaux de plaisance ! Des études ont en effet montré qu'un seul ancrage pouvait arracher jusqu'à 250 feuilles à la plante. Imaginez multiplier ce chiffre par le nombre de bateaux naviguant chaque année dans le bassin méditerranéen, et par le nombre d'ancrages quotidiens de chaque embarcation.
 

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.