Quels sont les phares les plus connus du monde ?

Carnet de voyage
Lundi 4 janvier 2016 à 6h27

Ils veillent sur les marins aux quatre coins du monde. Nautisme.com vous emmène aujourd’hui à la découverte de quatre phares emblématiques, le Fastnet, le phare de San Juan del Salvamento, la Tour d’Hercule et le phare de la Giraglia.

Ils veillent sur les marins aux quatre coins du monde. Nautisme.com vous emmène aujourd’hui à la découverte de quatre phares emblématiques, le Fastnet, le phare de San Juan del Salvamento, la Tour d’Hercule et le phare de la Giraglia.

Le Fastnet, phare mythique de la course au large

Bien connu des navigateurs, le phare du Fastnet ou « Teardrop of Ireland » est érigé sur le rocher du Fastnet au sud de l’Irlande. Il a été construit à la suite du naufrage du navire américain Stephen Whitney, qui provoqua la mort d’une centaine de passagers en 1847, et a été mis en service en 1854, avant la construction d’une nouvelle tour, achevée en 1903. Automatisé en mars 1989, le phare du Fastnet a donné son nom en 1925 à la Fastnet Race, une course de 608 milles entre Cowes et Plymouth, via le rocher du Fastnet, qui se dispute chaque année au début du mois d’août. De nombreuses autres courses, à l’instar du Mini Fastnet, de la Québec – Saint-Malo ou encore de la Course des Phares utilisent aujourd’hui ce phare mythique comme marque de parcours.

 

San Juan del Salvamento ou le « phare du bout du monde »

Situé en Patagonie au nord-est de l’île des États, au large de la péninsule de Mitre, le « phare du bout du monde » a inspiré Jules Verne pour son roman éponyme. D’une hauteur de six mètres, le phare de San Juan del Salvamento, dont la construction remonte à 1884, est le plus ancien d’Argentine mais également le premier à avoir été édifié dans les eaux australes. À l’époque, il a permis de rendre la navigation plus sûre pour les bateaux naviguant de l’Atlantique au Pacifique. Après avoir cessé de fonctionner en 1902, le phare est resté en ruines pendant de nombreuses décennies, avant que ses vestiges ne soient découverts par l'aventurier rochelais André Bronner. La réplique du "phare du bout du monde", inaugurée en 1997, a été restaurée sur la base des plans élaborés par Miron Gonik grâce à une convention signée en 1996 entre le musée maritime d’Ushuaia, le musée Del Fin del Mundo et l’armée argentine. Elle a été déclarée monument historique en 1999. Il est possible d’admirer une autre réplique de ce phare dans le port de La Rochelle, construite sous l’impulsion d’André Bronner.

 

La Tour d’Hercule, inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO

Considérée par certains comme étant le plus vieux phare du monde, la Tour d’Hercule, d’une hauteur de 55 mètres, sert de repère aux marins à l’entrée du port de La Corogne (Espagne), depuis la fin du Ier siècle. Construite sur un rocher par les Romains, la Tour, reconvertie en forteresse au Moyen Âge, a été restaurée au XVIIIe siècle par l’architecte Eustaquio Giannini, qui a ajouté à la structure deux formes octogonales. Notons que la Tour d’Hercule, qui témoigne du système élaboré de navigation de l’Antiquité, est le seul phare romain véritablement conservé et toujours en activité à ce jour.

 

Le phare de la Giraglia, marque de parcours de la Giraglia Rolex Cup

Le phare de la Giraglia, érigé sur l’île du même nom à deux kilomètres au nord du petit port de pêche de Barcaggio en Corse, balise la pointe extrême du Cap Corse. Il a été mis en service en 1948. Classé monument historique en avril 2011, le phare, aujourd’hui entièrement automatisé et télécontrôlé depuis Bastia, marque chaque année le point de passage obligatoire de la Giraglia Rolex Cup. Cette course de bateaux modernes, organisée conjointement par le Yacht Club Italiano et la Société Nautique de Saint-Tropez, a lieu tous les ans au mois de juin. À noter qu’il est impossible de visiter le phare.
 

 

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.