Menacé, le grand dauphin sous étroite surveillance en Méditerranée

Escales
Mardi 14 septembre 2021 à 7h01

Jumelles à la main sur leur catamaran, elles fixent l'horizon bleu au large du golfe de Saint-Tropez, à l'affût du grand dauphin. Le travail de ces biologistes: mieux connaître ce cétacé, en danger en Méditerranée, pour mieux le protéger.

Leur mission, Tursmed 2, vise à favoriser la conservation du grand dauphin, le "Flipper" sympathique des séries télévisées, espèce commune au début du XXe siècle en Méditerranée, qui s'est sensiblement raréfiée dans les années 1950.

Elle est aujourd'hui classée "vulnérable" par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) qui tient son congrès mondial à Marseille.

Durant trois semaines, l'association Miraceti navigue en Méditerranée française, en partenariat avec l'Office français pour la biodiversité (OFB), pour apercevoir cet animal.

Premier objectif: "collecter le maximum de données, de présence et d'absence", résume Andrea Antich, chargée de la mission Tursmed 2, car actuellement "on n'en a pas assez pour estimer les effectifs de population".

"En Méditerranée, ce n'est pas possible d'évaluer l'état écologique des cétacés par manque de campagnes en mer", déplore Benjamin Guichard, chargé de mission à l'OFB. "On n'a qu'une vision partielle des espèces. Avant les années 2000, et notamment le premier survol de la Méditerranée en 2011, on ne savait rien sur nos mammifères marins".

A bord, le protocole est strict: trois observateurs sur le pont et un bateau qui navigue à une vitesse maximale de six noeuds (un peu plus de 10 km/h), pour être sûr de ne rater aucun animal.

Quand elles observent un cétacé, les biologistes de Miraceti renseignent dans un logiciel dédié le comportement de l'animal ou du groupe, la présence de bébés ou de jeunes, et le photographient pour l'identifier.

A leurs côtés pour cette mission qui se fait sous l'égide du ministère de la Transition écologique, Lionel Laso, garde-moniteur au Parc national des Calanques, un ensemble de criques entre Marseille et Cassis, est venu se former.

"Le grand dauphin est le seul cétacé en Méditerranée inféodé au plateau continental, proche des côtes, ce qui l'expose à plus d'interaction avec l'homme que d'autres", constate-t-il.

Ce mammifère robuste est aussi intéressant, selon Andrea Antich, comme "sentinelle des autres espèces."

"Puisqu'il est en haut de la chaîne alimentaire, il va nous donner des informations sur les contaminants dans l'eau". Une étude franco-italienne récente a révélé chez les dauphins de forts taux de PCB (polychlorobiphényles), un pesticide "aux effets neurologiques graves".

Autre danger pour ce prédateur qui, par manque de ressource, a tendance à s'approcher trop près des filets des pêcheurs: la capture accidentelle.

Sur l'ensemble des dauphins échoués, 33% le sont à cause de ces captures accidentelles contre seulement 8% il y a 25 ans. "Une mortalité additionnelle importante qui justifie l'amélioration des connaissances et un suivi robuste", conclut un rapport gouvernemental français de 2018.

"Les pêcheurs ont l'obligation de déclarer toute capture de cétacé dans leurs filets mais ils ne le font pas, par peur des représailles", déplore Benjamin Guichard. En Méditerranée, la forte pression touristique génère aussi de nombreuses sorties d'observations des dauphins pas toujours respectueuses de l'animal.

La Méditerranée, qui ne représente qu'1% des mers du monde, est aussi l'une des plus fréquentées. En dix ans, elle a enregistré une hausse de 58% de la capacité de transit, associée à une augmentation de 30% de la taille des navires. Un trafic responsable de collisions, même si elles touchent davantage les rorquals par exemple.

Seul moyen d'empêcher durablement ces accidents selon Miraceti: imposer une vitesse réduite dans certaines zones, à moins de 10 noeuds marins. Mais les aires marines protégées actuelles ne permettent pas d'obtenir cette régulation que seule l'Organisation maritime internationale (OMI) pourrait imposer.

Lors du sommet de l'UICN à Marseille, quatre pays méditerranéens - France, Italie, Monaco, Espagne - ont annoncé vouloir déposer une motion auprès de l'OMI, proposant d'établir une Zone Maritime Particulièrement Vulnérable en Méditerranée occidentale, pour une meilleure protection des espèces.

Pour Benjamin Guichard, il faut faire vite: "Si on se rend compte d'une diminution des populations lors du prochain survol, ce sera déjà trop tard pour réagir...".

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.