La COP15 biodiversité s'ouvre lundi en virtuel depuis la Chine

Escales
Dimanche 10 octobre 2021 à 11h39

©Sous licence CC/Jean-Jacques Abalain

La Chine donnera lundi le coup d'envoi de la COP15 biodiversité, des négociations cruciales pour tenter de restaurer une nature abîmée par l'homme et menacée par le changement climatique, après l'échec de la communauté internationale à agir sur la décennie écoulée.

La 15e Conférence des parties (COP) de la Convention sur la diversité biologique (CDB) des Nations Unies s'ouvrira de manière virtuelle du 11 au 15 octobre, avant la tenue de négociations à proprement parler à Kunming, dans le sud-ouest de la Chine, du 25 avril au 8 mai 2022. Ce format a été retenu après plusieurs reports dus à l'épidémie de Covid-19.

Elle s'intercale avec la COP26 sur le climat à Glasgow en novembre, où la nature devrait être mise en avant pour atténuer les effets du changement climatique de plus en plus dévastateurs.

L'ouverture de la COP15 sera "une phase essentiellement protocolaire", a relevé Basile van Havre, un des deux co-présidents des négociations, lors d'une conférence de presse en ligne. Elle permettra la passation officielle entre l'Egypte, qui a présidé la COP14 en 2018, et la Chine.

Pékin organise également un sommet ministériel en ligne les 12 et 13 octobre, avec "98 ministres de 94 pays", selon Basile van Havre et présentera un texte, la déclaration de Kunming.

"Cette déclaration, nous l'espérons, soulignera davantage et reconnaîtra l'importance de la biodiversité pour la santé humaine, l'importance d'intégrer la biodiversité dans la prise de décision et servira d'outil pour créer l'impulsion politique" nécessaire aux négociations, a souligné Elizabeth Maruma Mrema, secrétaire exécutive de la CDB, dans un entretien à l'AFP.

Les délégations membres de la CDB se sont retrouvées pour la dernière fois autour de la table à Rome en février 2020. Les négociations se sont ensuite tenues en ligne.

Un texte présenté en juillet, qui sert de base aux discussions, comprend quatre grands objectifs à horizon 2050, avec dix jalons à 2030 et 21 cibles.

Les cibles visent "à ce qu'au moins 30% des zones terrestres et des zones maritimes (...) soient conservées grâce à des systèmes de zones protégées et d'autres mesures de conservation efficaces" ou à limiter les pollutions agricoles ou plastiques.

Sur le volet financier, il est proposé de porter les ressources financières "à au moins 200 milliards de dollars par an" tout en réduisant les subventions néfastes "d'au moins 500 milliards de dollars par an".

D'autres mesures sont proposées pour suivre les engagements des Etats, sur le modèle de ce qui se fait pour le climat, afin qu'ils ne restent pas des voeux pieux comme par le passé.

Les réunions en ligne ont permis d'aboutir à ce texte, mais sans dépasser les clivages, constatent différents acteurs engagés dans le processus.

La proposition de protéger 30% des terres et mers d'ici 2030, portée par la Coalition de la haute ambition pour la nature et les peuples présidée par la France et le Costa Rica, ne fait ainsi pas l'unanimité. Le Brésil ou encore l'Afrique du Sud s'y opposent, selon des observateurs, alors que des scientifiques appellent à protéger la moitié de la planète.

D'autres points de clivage sont le suivi de la mise en oeuvre des engagements qui seront pris, l'information de séquençage numérique sur les ressources génétiques et les questions de financement, les pays en voie de développement demandant aux pays développés de payer pour leur transition, constatent des diplomates français.

Ils seront au centre d'une session de négociations à Genève en janvier 2022.

"Il est inquiétant que ces questions n'aient pas été suffisamment traitées", déplore Li Shuo, de Greenpeace. "La triste vérité est que les pays ne se préoccupent pas de la biodiversité dans d'autres pays autant qu'ils le font pour les émissions de gaz à effet de serre responsables du changement climatique, poursuit-il, estimant que "la CDB n'est pas une Convention effective, faute d'une réelle énergie politique".

La protection de la nature peine à s'imposer au même niveau de la lutte contre le réchauffement climatique. Mais les choses évoluent, avec des engagements de centaines d'entreprises réunies dans la coalition Business for Nature, ou l'annonce fin septembre d'organisations philanthropiques, dont celles de Jeff Bezos et Mike Bloomberg, de cinq milliards de dollars pour protéger la nature d'ici 2030.

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…