Un atoll, laboratoire en plein air

Mercredi 3 avril 2013 à 17h29

En plein océan Indien, l'atoll seychellois d'Aldabra est l'un des derniers sanctuaires quasi-vierges de la planète, où vit notamment la plus importante population de tortues géantes au monde, dans son milieu d'origine largement préservé de l'Homme.


Classé au Patrimoine mondial de l'Unesco, Aldabra est formé de quatre îles principales de récif corallien, séparées par des passes étroites et enfermant un lagon peu profond, bordé d'une mangrove de palétuviers et de plages de fin sable blanc.


A marée haute, l'eau cristalline laisse voir raies, requins ou tortues marines. A marée basse, émergent à l'intérieur du lagon de petites îles, sortes de champignons de pierre, semblant posés sur la mer.


Considéré comme l'un des plus vastes atolls du monde - 350 ha, dont 150 ha de terres émergées - son isolement, à plus de 1.200 km au sud de Mahé, principale île de l'archipel des Seychelles, les difficultés d'accès et l'absence d'eau douce, ont préservé Aldabra de l'influence humaine, en faisant un laboratoire naturel exceptionnel pour les scientifiques.


Selon l'Unesco, il abrite "plus de 400 espèces et sous-espèces endémiques (vertébrés, invertébrés et plantes)". Parmi elles, quelque 100.000 tortues géantes des Seychelles (Geochelone gigantea ou Aldabrachelys gigantea), ultime survivantes d'une espèce autrefois répandue à travers l'océan Indien et décimée par la chasse.


Plus grosses tortues terrestres du monde - les mâles peuvent atteindre 1,20m de long et peser jusqu'à 300 kg - elles bénéficient d'une longévité exceptionnelle, pouvant aller, selon le Dr Jeanne Mortimer, jusqu'à 250 ans.


"Aujourd'hui il ne reste que deux endroits sur terre où vit une importante population de tortues géantes: Aldabra et les Galapagos, mais les deux espèces sont différentes", explique cette biologiste américaine.


"L'écosystème d'Aldabra permet aux scientifiques de comprendre comment vivaient les tortues au moment où elles étaient tout en haut de la chaîne alimentaire", sans prédateur carnivore, absent à Aldabra, poursuit cette spécialiste des tortues, géantes et marines.


Selon Frauke Dogley, directrice générale de la Seychelles Island Foundation (SIF), fonds public chargé par le gouvernement de gérer l'atoll et la Vallée de Mai, autre site seychellois classé de l'Unesco, la population des tortues d'Aldabra - classées "espèce vulnérable" - est stable depuis le début des années 1980.


Seule réelle menace pour ces tortues, des chèvres introduite sur l'atoll il y a près d'un siècle et demi et qui entraient en concurrence pour les ressources alimentaires ont été récemment éradiquées.


Surveillance satellite des tortues


Aldabra est également, entre décembre et mars, un lieu de reproduction et de ponte privilégié, dans l'océan Indien, de la Tortue verte (Chelonia mydas), espèce marine menacée.


"En février, c'est le pic de la saison de reproduction, tous les jours on enregistre de 30 à 40 traces de tortues vertes qui montent pondre leurs oeufs (...) sur l'île de Picard", une des quatre îles de l'atoll, montre Janske Van de Crommercker, coordinatrice scientifique à la SIF.


"La population de tortues de mer est en augmentation, tous les ans on enregistre plus de traces de femelles", notamment grâce à l'arrêt de la pêche du reptile, en vigueur jusque dans les années 1960, explique-t-elle.


Un programme de surveillance satellite en temps réel grâce à un émetteur implanté sur six Tortues vertes a permis de constater qu'après avoir pondu, ces tortues repartaient un peu partout dans l'océan Indien.


Seule une quinzaine de personnes vivent en permanence sur l'atoll: quatre scientifiques, quatre gardes, du personnel administratif, un cuisinier, etc. L'eau de pluie est récupérée et le soleil fournit l'électricité.


L'absence de lignes maritimes ou aériennes limite l'accès des touristes, dont environ un millier se rendent chaque année à Aldabra, dans des conditions très strictes.


Seuls de petits groupes de 30 personnes maximum sont acceptés, encadrés par des gardes sur des itinéraires strictement délimités. Il est interdit d'y passer la nuit. Le droit d'entrée, 100EUR par personne, permet de financer la gestion de l'île, mais depuis des attaques de pirates, les touristes se font plus rares, déplore Maurice Lousteau-Lalanne, président de la SIF.
 

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.