Eoliennes en mer : prenez la parole

Mercredi 20 mars 2013 à 14h12

Compatibilité avec la pêche ou le tourisme, espoir de créations d'emplois : les débats publics sur la construction des quelque 330 premières éoliennes en mer au large de la France s'ouvrent à partir de ce mercredi et pour quatre mois.


Quatre parcs doivent être érigés d'ici à 2018, au large de Fécamp en Seine-Maritime (83 éoliennes à 12 km des côtes minimum), de Courseulles-sur-mer, dans le Calvados (75 éoliennes à 10 km), Saint-Brieuc (100 à 16 km) et Saint-Nazaire en Loire-atlantique (80 machines à 12 km).


"On peut trouver ça beau ou laid. Par temps clair, manifestement, ça se verra. Ce ne sont pas des allumettes ou alors de grosses allumettes", a expliqué mardi lors d'une conférence de presse à Courseulles, à 20 km de Caen Claude Brévan, présidente de la Commission particulière du débat public du projet bas-normand (CPDP).


"D'ici on voit les cheminées des usines du Havre hautes de 200 mètres. Là ça va faire 175 m avec la pale dressée. Comme elles sont en quinconce, y a des endroits où on ne verra pas d'intervalle entre deux éoliennes", même si elles sont distantes de presque un km, a-t-elle ajouté.


"La nuit il y aura des clignotants rouges, ça fera une grande guirlande", s'est amusée Mme Brévan dont la commission se penchera sur le projet normand prévu pour produire l'équivalent de la consommation annuelle de 630.000 personnes en électricité.


Les quatre projets offshores ont été choisis en 2012 par le gouvernement d'alors après un appel d'offres, dans un pays qui tente de rattraper son retard. Dix pays voisins de la France se sont déjà lancés. Parmi eux, le Royaume-Uni compte 630 turbines, selon l'Association européenne de l'énergie éoliennne, l'EWEA.


Répercussions économiques


Le parc de Saint-Brieuc est mené par le français Areva et l'espagnol Iberdrola. Les trois autres le sont par EDF et Alstom.
Parmi les enjeux majeurs des débats, figure les répercussions économiques des projets.


EDF et Alstom annoncent quatre nouvelles usines à Saint-Nazaire et à Cherbourg pour la fabrication des éoliennes de leurs trois parcs, soit 1.000 emplois directs et 4.000 emplois indirects, plus 1.600 emplois pour l'assemblage et l'installation des trois parcs et enfin 300 emplois pendant 25 ans pour leur maintenance.
"Il y a une vraie question sur la manière dont le tissu économique (local) peut se mobiliser pour faire de la sous-traitance de fournitures de pièces aux usines" Alstom, a souligné Mme Brévan.

Pour le projet de Saint-Brieuc, Areva a promis la création de 2.000 emplois en France, notamment avec la création d'une usine au Havre pour fabriquer les aérogénérateurs des éoliennes.


De leur côté, les pêcheurs s'inquiètent du nombre croissant d'activités en mer mais ils ont toutefois été largement consultés en amont des projets, selon Mme Brévan.
Enfin, la question sera sans doute posée de l'impact sur le tourisme, en particulier en Basse-Normandie, dont les plages du Débarquement attirent chaque année des centaines de milliers de personnes et que la Région a demandé à l'Unesco de classer.
 

L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.