L’étonnant récit d’un naufrage mardi au large du cap Fréhel

Vendredi 15 février 2013 à 9h19

« On ne s’imagine pas couler lorsqu’on prend la mer ». C’est pourtant ce qui est arrivé à Jean-Paul Loncle et son fils, Yannick, au large du Cap Fréhel mardi à 10h30…

« On ne s’imagine pas couler lorsqu’on prend la mer ». C’est pourtant ce qui est arrivé à Jean-Paul Loncle et son fils, Yannick, au large du Cap Fréhel mardi à 10h30…

Jean-Paul Loncle et son fils Yannick, respectivement âgés de 60 et 21 ans ont fait naufrage mardi au large du Cap Fréhel. Les deux marins reviennent sur ce jour où tout aurait pu basculer à quelques milles des côtes.

« Nous nous sommes levé à 4h30 du matin pour un départ du port à 6 heures. Le temps n’était pas si mauvais et vers 8h30, nous avons commencé à draguer puis trier les coquilles Saint-Jacques sur zone. Il était 9h15 quand mon père a pris la direction du port de Saint-Cast. Tout allait très bien, on approchait du Cap Fréhel où la mer est toujours plus formée. Ce passage est le point le plus dangereux de notre itinéraire, il y fait souvent beau avant et après mais rarement pendant… », explique Yannick Loncle.

La pêche avait été bonne, le coquiller était chargé et quelques vagues ont commencé à remplir le bateau mais rien alors d’alarmant pour les deux marins qui sont habitués à cette zone de navigation difficile. « L’eau s’évacuait assez mal à cause des dragues remplies qui obstruaient les dalots (Ndlr : trous d’évacuation d’eau placés au ras du pont qui permet à l’eau embarquée de s’écouler), poursuit le jeune équipier. Soudain nous avons essuyé la force d’une vague plus puissante que les autres qui a fait glisser toutes les dragues du même côté du pont ». Le « Ti-Pierre » s’est alors mis sur la tranche en se remplissant d’eau.

La réaction du père est alors très rapide : « envoie un signal de détresse ! » lance-t-il à son fils qui presse alors le bouton « distress » de leur VHF. L’opération a pour effet d’envoyer la position du navire aux Cross Corsen et aux bateaux alentours. « J’ai ensuite reçu l’ordre de lancer le canot de sauvetage à l’eau et de m’y réfugier pendant que mon père envoyait un « Mayday » vocal à la VHF », indique Yannick Loncle. De la passerelle j’ai exécuté l’ordre et grimpé dans le radeau de survie. Mon père lui, restait encore sur le pont en espérant que notre bateau, qui venait de se stabiliser un petit moment sur la tranche, revienne dans sa position initiale ».

« J’ai vu mon père être englouti par son propre bateau et prisonnier sous l’eau »

Malheureusement il se passa exactement l’inverse. « De mon canot de survie j’ai vu mon père être englouti par son propre bateau et prisonnier sous l’eau, raconte le jeune marin. Avant ce moment critique je n’avais éprouvé aucune peur ni crainte et tout d’un coup j’ai eu très peur ». Le père réapparait finalement à une cinquantaine de mètres du radeau de survie qui dérive vite à cause du vent. Dans une eau à 7 degrés, l'espérance de vie n'est de quelques minutes.

Fort heureusement un chalutier du même port de pêche, le « Kallon Maoez » avait entendu l’appel à l’aide des deux marins et s’était dérouté très rapidement, se rendant sur zone avant la Société nationale des sauveteurs en mer (SNSM) et l’hélicoptère Dragon 50 des secours. L’équipage composé de trois hommes a lancé une bouée de sauvetage et tiré le père de famille avant de le remonter à bord par l’échelle. Le navire a ensuite récupéré le fils toujours à bord de son radeau de survie.

« J’ai tout vu défiler, je me suis vu partir, explique Jean-Paul Loncle. Lorsque je me suis retrouvé prisonnier sous le bateau, le gilet de sauvetage m’empêchait de m’échapper par la lisse du bateau. A ce moment là c’était pire de l’avoir sur les épaules, il me remontait systématiquement contre le pont ».

«Je n’ai aucune appréhension à reprendre la mer »

Le père et le fils ont été admis à l’hôpital de Saint-Brieuc où ils ont été placés en observation avant de sortir dès mardi en fin d’après-midi.

Le « Ti-Pierre » devrait être renfloué tandis que Jean-Paul et Yannick se préparent déjà à rembarquer sur un nouveau chalutier du même armateur peut-être même dès la semaine prochaine. « Je n’ai aucune appréhension à reprendre la mer mais c’est sûr qu’on sera encore plus vigilant et qu’au moindre doute quand à l’état de la mer au Cap Fréhel, on se déroutera », affirme Yannick, précisant que « personne ne s’imagine couler lorsqu’il prend la mer ».


 

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.