Dick attendu lundi aux Sables

Dimanche 3 février 2013 à 18h05

Jean-Pierre Dick a repris la mer. Le skipper de Virbac-Paprec est attendu lundi aux Sables d’Olonne. Tandis que Tanguy de Lamotte, en heurtant un OFNI, a subi des avaries handicapantes pour la fin de la course.


Jean-Pierre Dick a repris la mer. Le skipper de Virbac-Paprec est attendu lundi aux Sables d’Olonne. Tandis que Tanguy de Lamotte, en heurtant un OFNI, a subi des avaries handicapantes pour la fin de la course.


Dimanche matin, depuis l’anse de San Ciprián sur la côte nord de l’Espagne, Jean-Pierre Dick a repris la mer en route vers les Sables d’Olonne : « C’est reparti ce matin à 7h30, dès le lever du jour. Pour l’instant, je n’ai pas beaucoup de vent mais j’en attends de plus forts et dans une autre direction. Je devrais normalement viser les 50°. Le bateau se comporte comme avant, le plus fort de la tempête est passé et je pense que c’était une bonne chose de s’arrêter. Je devrais arriver dans l’après-midi de lundi mais j’ai beaucoup de mal à prévoir car je connais mal le bateau dans cette configuration-là. Par ailleurs, j’ai dû déplomber le moteur pour atteindre le mouillage donc j’attends les réactions du jury. J’espère que l’aspect sécuritaire de la manœuvre prendra le dessus. » A 16 heures dimanche dans le golfe de Gascogne, Virbac-Paprec naviguait à 9 noeuds grâce à des vents de secteur Ouest d’une quinzaine de noeuds.

 




Golding ralentit



332 milles derrière Dick, Mike Golding (Gamesa), au large des côtes portugaises, était fortement ralenti dans une zone de calmes et ne progressait qu’à 3,4 noeuds. Décalé 200 milles à l’ouest et près de trois degrés plus nord, Jean le Cam (SynerCiel), qui naviguait à 10,3 noeuds semble beaucoup mieux positionné pour devancer le Britannique sur la ligne d’arrivée. Une option que le Finistérien justifie : « Ma stratégie de passer par le Nord était définie depuis un moment donc je suis bien où je suis. Mike Golding a opté pour une option par le Sud et nous allons continuer sur des routes différentes jusqu’à la fin. On ne se recroisera pas. Pour ma part, je serai content d’aborder le golfe de Gascogne par en haut car y arriver par le bas, avec des vents très forts... Ce n’est pas évident ».
Par le travers des Açores qu’il laisse à bâbord, Dominique Wavre (Mirabaud) maintient une avance de 119 milles sur Arnaud Boissières (Akéna Vérandas) qui n’a toujours pas renoncer à s’emparer de la septième place. Dans un alizé de nord-est instable, respectivement neuvième et dixième, Javier Sanso (Acciona 100% EcoPowered) et Bertrand de Broc (Votre Nom Autour du Monde avec EDM Projets) remontent l’Atlantique Nord à une vitesse de croisière d’une douzaine de noeuds.

 




De Lamotte en difficulté



Coup dur pour Tanguy de Lamotte (Initiatives-coeur) qui est rentré en collision avec un objet flottant non identifié : « A 3 heures du matin à 10 nœuds au près dans 18 nœuds de vent, j’ai tapé quelque chose de très dur. Je suis sorti rapidement sur le pont mais je n’ai rien vu. Il y a eu deux impacts : le safran tribord, qui était déjà endommagé, est cassé en deux. Je n’en ai plus que la moitié, ce qui n’est pas trop grave pour l’instant car j’ai beaucoup de bâbord amures à faire. L’autre dégât, beaucoup plus important, concerne la dérive bâbord, qui était descendue. C’est elle qui a pris le premier impact, elle est complètement penchée vers l’arrière et a explosé le puits de dérive, ce qui fait une voie d’eau. La dérive est bloquée, je n’arrive plus à la faire bouger. J’ai repris ma route en tribord histoire de réfléchir et de me reposer, mais je vais bientôt me remettre en bâbord amures pour la tirer vers l’arrière avec une drisse. Comme la dérive est à 75° vers l’arrière, ce sera plus simple de la tirer vers le haut plutôt que vers l’avant comme j’ai essayé avant. Je pense pouvoir la dégager du puits de dérive et la ramener à bord avant qu’elle n’abîme la coque. Ça va être dur : 70 kilos, 2,50 mètres de long. Ensuite il faudra boucher les trous pour colmater la voie d’eau ». Des avaries qui vont compliquer sérieusement la progression d’Initiatives-coeur à 2 600 milles de l’arrivée.

 




LES VOIX DU LARGE



Jean Le Cam (SynerCiel) : « Pour le moment j’ai affalé le gennaker et envoyé le spi, je me concentre sur mes fichiers météo... L’arrivée viendra en temps voulu, pour l’instant je suis dans ma course ».



Dominique Wavre (Mirabaud) : « Le vent passe de 10 à 25 nœuds en quelques minutes depuis 6h ce matin donc je suis en réglages continus. C’est une zone assez étonnante que je traverse. Pas question de fermer l’œil, le vent est de face, c’est difficile de progresser et le bateau peut s’arrêter à n’importe quel moment. Je laisse le pilote se charger de la barre et moi je m’occupe des réglages de voile. Il faut économiser le bonhomme. Les fichiers me font aller tout droit, vers le Nord, mais le vent est tellement instable que je ne sais pas encore par où passer l’anticyclone. Je me donne jusqu’à cet après-midi pour prendre une décision, quand je serai au niveau des Açores. Le vent va décider pour moi au dernier moment. On a toujours peur de la casse surtout quand on est face aux vagues, on sent que le bateau souffre mais Mirabaud a été bien préparé, pour le moment il tient le coup et je suis fier de lui ».



Bertrand de Broc (Votre Nom Autour du Monde avec EDM Projets) : « Les conditions sont très changeantes, le vent bouge beaucoup en direction, jusqu’à 40° et en force, de 10 à 20 nœuds. Ce n’est pas très simple à gérer, mais je suis dans une zone intermédiaire, ça devrait changer en fin de journée. On est au près, il faut faire attention au bateau. Chacun essaye de choisir la meilleure route mais pour le moment je fais en sorte de ramener le bateau en bon état. Ce n’est pas le moment de casser, il ne faut pas trop tirer dessus, il a déjà navigué 80 jours ».



Jean-Pierre Dick (Virbac-Paprec) : « Ce matin, j’ai dû me remettre en tête que je n’avais plus de quille mais j’ai pu me reposer vendredi et samedi donc c’est bien pour le dernier tronçon. En cas de problème, mes réflexes seront meilleurs et ma sécurité n’en sera qu’améliorée. Au passage du cap Finisterre, j’étais très fatigué et il y avait beaucoup de cargos, c’est ce qui a déterminé mon arrêt ».



Mike Golding (Gamesa) : « Je vais bien, le vent se calme un peu. Nous sommes face à une forte pression et tout peut arriver. C'est un peu le risque de ma stratégie. Le routage se présente un peu mieux pour moi ce matin. Nous sommes très proches avec Jean. Je pense que son routage est le plus sûr, mais comme il y a une autre grande dépression qui arrive, il va peut être se retrouver en difficulté. Il est étrangement silencieux en ce moment, vous ne trouvez pas ? Il me manque une voile et théoriquement cela aurait pu être un problème, mais étant donné les prévisions météos ça devrait aller. J'ai réussi à le cacher avec un certain succès depuis le début de l'océan Austral. Personne ne l’a remarqué. J'ai perdu mon code zéro dans un incident dans le sud. J’ai un bon genoa et je devrais m’en sortir ».




CLASSEMENT



Positions du 03/02 à 16 heures : 1.François Gabart (Macif) arrivé le 27/01 à 15h18; 2.Armel Le Cléac´h (Banque Populaire) le 27/01 à 18h35; 3.Alex Thomson (Hugo Boss) le 30/01 à 8h25; 4.Jean-Pierre Dick (Virbac Paprec) à 258,3 milles de la ligne d’arrivée; 5.Mike Golding (Gamesa) à 590,6 milles de Dick; 6.Jean Le Cam (SynerCiel) à 652,5 m;  7.Dominique Wavre (Mirabaud) à 864,7 m; 8.Arnaud Boissières (Akéna Vérandas) à 983,9 m; 9.Bertrand De Broc (Votre Nom Autour du Monde avec EDM Projets) à 1 680,6 m; 10.Tanguy de Lamotte (Initiatives-Coeur) à 2 376,3 m; 11.Alessandro Di Benedetto (Team Plastique) à 3 126,1 m. Non localisé : Javier Sanso (Acciona 100% EcoPowered) à 1 402,5 m; Abandons : Marc Guillemot (Safran); Kito de Pavant (Groupe Bel); Samantha Davies (Savéol); Louis Burton (Bureau Vallée); Jérémie Beyou (Maître CoQ); Zbigniew Gutkowski (Energa); Vincent Riou (PRB); Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat)

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.