Belle récompense pour Thomson

Mercredi 30 janvier 2013 à 7h59

Alex Thomson est attendu ce matin vers 8 heures aux Sables d’Olonne pour s’octroyer la troisième place du podium. Alors que son compatriote Mike Golding connait une avarie de quille.

Alex Thomson est attendu ce matin vers 8 heures aux Sables d’Olonne pour s’octroyer la troisième place du podium. Alors que son compatriote Mike Golding connait une avarie de quille.

Mercredi à 5 heures du matin, poussé par 30 noeuds de sud-ouest, Alex Thomson (Hugo Boss) se rapprochait à 17 noeuds de la ligne d’arrivée qu’il devrait franchir vers 8 heures. En s’octroyant brillamment la troisième place du Vendée Globe 2012-2013, le skipper gallois rentre dans l’histoire de l’épreuve. Après Ellen MacArthur en 2001 puis Mike Golding en 2005, Thomson est le troisième marin étranger seulement à figurer sur le podium de la course autour du monde en solitaire sans escale et sans assistance depuis sa création en 1989. Trois, un chiffre qui colle désormais à la peau de Thomson car c’était sa troisième tentative dans le Vendée Globe après ses abandons dans les deux éditions précédentes.

 

La tentation de Dick

Pendant que Thomson goûtera au bonheur de remonter le chenal des Sables d’Olonne, Jean-Pierre Dick se  rapproche toujours des côtes portugaises et naviguait ce matin à 12,7 noeuds. Privé de quille depuis maintenant 9 jours, le skipper niçois a parcouru, depuis, la bagatelle de 1 700 milles ! C’est aujourd’hui que Dick prendra normalement la décision de terminer la course ou d’abandonner. Le double vainqueur de la Barcelona World Race était en pleine réflexion : « J’étudie toutes les possibilités. A priori, il y a un coup de vent vendredi matin sur les Sables, donc potentiellement ça risque d’être une situation un peu chaude. Il faut bien regarder le timing pour arriver là-bas. Je vais vérifier ça. Je vais passer le cap Finisterre, les conditions sont très honnêtes. J’ai un vent de 20-25 noeuds qui me permet d’avancer correctement. Je voulais éviter le gros front au large des Açores et c’est plutôt réussi. C’est une bonne chose, le bateau est bien stable, je n’ai pas eu d’accident pour l’instant, croisons les doigts. On se rapproche du but doucement, mais les derniers milles semblent les plus difficiles. Je vais essayer de bien réfléchir avant de prendre ma  décision. Mon problème, c’est que je ne peux plus mettre toutes mes voiles pour aller plus vite. Concernant les voiles d’avant, c’est dangereux d’aller mettre des spi et des gennakers sans quille, car au moindre souffle d’air, le bateau peut se coucher. J’ai une philosophie un peu différente concernant les voiles. C’est sûr que je vais ronger un peu mon frein dans mon bateau. Mais c’est la vie ! Mon vœu, c’est d’arriver. Maintenant l’équation n’est pas facile ». La tentation doit être forte de boucler l’aventure car Jean-Pierre Dick n’est plus qu’à 469 milles du but ce matin...

 

Avarie de quille pour Golding

A 1 896 milles des Sables, Jean Le Cam (SynerCiel) s’en tire plutôt bien avec l’anticyclone des Açores en progressant entre 12,5 et 13 noeuds en bénéficiant de vents portants (8 à 12 noeuds) de secteur Est qui vont se renforcer dans la journée en basculant dans le sud. Le Finistérien compte toujours une soixante de milles d’avance sur le Britannique Mike Golding (Gamesa) qui connaît des soucis de quille. Cela fait en effet près de 24 heures qu’il travaille pour résoudre un problème auquel il est confronté. L'inspection qu'il a pu mener hier soir avec sa camera sur le côté du bateau a en effet révélé qu'il avait perdu le carénage avant de l'ogive de quille. À une dizaine de jours de la fin de son 4è Vendée Globe, le skipper britannique doit donc trouver une solution dans dans les plus brefs délais pour rester en mesure de rallier la ligne d'arrivée aux Sables d'Olonne. La perte du carénage ralentit sans aucun doute la vitesse du bateau, Golding espère que la solution mise en place aujourd'hui tiendra bon et qu'elle lui donnera l'opportunité de continuer sa bataille avec Jean Le Cam. Derrière, c’est le petit train, Dominique Wavre (Mirabaud) entraîne dans son sillage Arnaud Boissières (Akéna Vérandas), Javier Sanso (Acciona 100% EcoPowered) et Bertrand de Broc (Votre Nom Autour du Monde avec EDM Projets). Les quatre bateaux remontent l’Atlantique Nord entre 9 et 12 noeuds dans un alizé léger nord-est. De son côté, Tanguy de Lamotte (Initiatives-coeur) file vers l’équateur à 13 noeuds de moyenne.


Di Benedetto respire

Pendant ce temps-là, Alessandro Di Bendetto (Team Plastique) respire après avoir vécu des moments difficiles : « Je viens de sortir de la partie la plus difficile d’une dépression orageuse, j’étais vraiment au milieu, c’était violent. J’ai eu du vent très variable qui n’a pas arrêté de changer de direction et de force avec parfois des accalmies, souvent du vent au-delà de 40 nœuds, des grains et parfois une visibilité à moins de 20 mètres. J’ai été obligé de faire du surplace pendant une journée, j’ai dessiné des nœuds pour éviter de casser le bateau car il y avait une houle croisée très forte. D’ici peu je vais devoir changer d’amure pour remonter. Le programme est d’atteindre le nord-est des îles Trindade et Martim Vaz d’ici deux jours je crois, pas moins, car je vais avoir du vent faible qui ne va pas arrêter de tourner. Mauvaise nouvelle, j’ai découvert en essayant d’envoyer le petit gennaker qu’il était lui aussi déchiré. C’est moins important que le grand gennaker qui est complètement détruit. Je vais essayer de le recoudre ». Encore un concurrent qui n’aura pas volé son tour du monde...


CLASSEMENT

Positions du 30/01 à 5 heures : 1.François Gabart (Macif) arrivé le 27/01 à 15h18; 2.Armel Le Cléac´h (Banque Populaire) le 27/01 à 18h35; 3.Alex Thomson (Hugo Boss) à 56 milles de la ligne d’arrivée; 4.Jean-Pierre Dick (Virbac Paprec) à 412,9 milles de Thomson; 5.Jean Le Cam (SynerCiel) à 1 840,1 m;  6.Mike Golding (Gamesa) à 1 904,1 m; 7.Dominique Wavre (Mirabaud) à 2 284,3 m; 8.Arnaud Boissières (Akéna Vérandas) à 2 422 m; 9.Javier Sanso (Acciona 100% EcoPowered) à 2 550,3 m; 10.Bertrand De Broc (Votre Nom Autour du Monde avec EDM Projets) à 2 810 m; 11.Tanguy de Lamotte (Initiatives-Coeur) à 3 389,1 m; 12.Alessandro Di Benedetto (Team Plastique) à 4 363,7 m. Abandons : Marc Guillemot (Safran); Kito de Pavant (Groupe Bel); Samantha Davies (Savéol); Louis Burton (Bureau Vallée); Jérémie Beyou (Maître CoQ); Zbigniew Gutkowski (Energa); Vincent Riou (PRB); Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat).

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.