Roland Jourdain : «Gabart a le potentiel pour rester longtemps au sommet»

Mardi 29 janvier 2013 à 16h56

INTERVIEW. Double vainqueur de la Route du Rhum en 2006 et 2010, Roland Jourdain n'a pas eu la même réussite sur le Vendée Globe avec des abandons en 2005 et en 2008. Le skipper livre au Figaro son point de vue sur l'édition 2012-2013 et pose ses échéances jusqu'à celle de 2016.

©La Chaîne Météo
INTERVIEW. Double vainqueur de la Route du Rhum en 2006 et 2010, Roland Jourdain n'a pas eu la même réussite sur le Vendée Globe avec des abandons en 2005 et en 2008. Le skipper livre au Figaro son point de vue sur l'édition 2012-2013 et pose ses échéances jusqu'à celle de 2016.

Figaro Nautisme. - Avez-vous pris du plaisir à suivre la course?

Roland Jourdain. - Bien sûr, j'ai pris beaucoup de plaisir à suivre cette édition. C'est toujours beau à voir et, de surcroît, je m'y voyais bien. En plus, il y avait une rapidité impressionnante. On savait qu'une régate était possible sur ce Vendée Globe mais personne ne pensait que les skippers de tête seraient aussi proches et surtout pendant aussi longtemps.

Gardez-vous le même intérêt maintenant que les premiers skippers arrivent?

Je fais toujours attention à ce qui se passe. Je suis spécialement le parcours d'Alex car il est en train de réaliser quelque chose d'exceptionnel. Il y a le cas de Jean-Pierre qui est aussi très intéressant avec toutes ses tribulations. Je suis aussi très friand des petites histoires, notamment celles d'Alessandro et les pitreries de Jean. Enfin, il y a la bagarre pour la cinquième place entre Jean et Mike qui est aussi presque passionnante que celle pour la victoire.

Comment jugez-vous la performance de François Gabart?

Il a les qualités de sa génération, il gère extrêmement bien sa communication et il est, en plus, un marin hors pair. Cependant, je ne pense pas que l'on puisse vraiment dissocier la performance de François de celle d'Armel sur cette course. Ce qui est sûr, c'est que François fait preuve d'une maturité exceptionnelle.

A-t-il encore une grande marge de progression?

Je ne sais pas. Forcément, il a le potentiel pour rester au sommet très longtemps. Dans une génération, il y a toujours un ou deux skippers qui émergent et qui se placent nettement au-dessus des autres et François est ce skipper. Au début du Vendée Globe, il partait avec l'étiquette de favori-outsider, désormais, il aura l'étiquette de grand favori mais je ne pense pas que cela le perturbe. Il a déjà vécu la pression, ce n'est pas maintenant que ça va le déranger à mon avis.

Vous avez un passé compliqué avec le Vendée Globe. Pourriez-vous être tenté par un retour sur la course?

C'est un objectif parmi tant d'autres. J'ai volontairement pris du recul sur cette édition pour l'observer de l'extérieur et maintenant, j'ai envie de retenter cette aventure. C'est une course que je n'ai jamais gagné et donc, par définition, une course à faire.

Vous faites partie des skippers qui font la promotion des bateaux «propres». A ce titre, suivez-vous particulièrement la course de Javier Sansó?

Je suis Javier tout comme je suis les autres concurrents. C'est une vraie belle voie qu'il a emprunté et c'est intéressant pour l'avenir de voir les performances qu'il tire d'un bateau comme celui-là. Pour autant, je me dissocie de lui. Son bateau fonctionne aux énergies propres et il y a déjà beaucoup de monde très compétent dans ce domaine. Moi, je travaille sur du bio-composite, c'est-à-dire construire des bateaux, et même d'autres choses, en matériaux écologiques. Bien sûr, le prochain vainqueur du Vendée Globe n'aura pas un bateau 100% bio-composite mais des applications sont déjà possibles sur des bateaux de plaisance. Aujourd'hui, on fait le tour du monde avec l'équivalent de trois plein de voiture, c'est déjà bien, mais on pourrait même économiser ces 3 pleins et ce serait merveilleux.

Quelles sont vos échéances?

Je cherche un sponsor pour un projet de 60 pieds. J'aimerais faire la prochaine Transat Jacques Vabre. Ce serait bien que j'obtienne des partenaires mais si ça ne se fait pas je pourrais essayer de me rattacher à quelqu'un. J'ai quelques pistes de personnes avec qui je pourrais participer mais il n'y a rien de signer. Il y a aussi la Route du Rhum en 2014 mais toutes ces idées s'inscriraient dans un projet qui aurait comme terme le Vendée Globe 2016.

Qu'en est-il du MOD70?

Le MOD a un programme bien trop flou, il n'y a pas vraiment de possibilité pour chercher de l'argent sur ce genre de projet. Par contre, si quelqu'un me propose de venir naviguer sur son bateau, je serais content. Je ne me ferme pas à d'autres supports que les 60 pieds, ça me permettrait de garder une certaine activité de marin, ce n'est pas plus mal.

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.