de Lamotte : « J'ai mérité mon passage du Cap Horn »

Jeudi 17 janvier 2013 à 19h02

INTERVIEW. Durant sa course, Tanguy de Lamotte possède une page internet consacrée à son projet. A chaque clic fait sur cette page, le sponsor du bateau Initiatives-Coeur reverse un euro à l'association Mécénat Chirurgie Cardiaque qui soigne des enfants atteints de maladies cardiaques. Avant-dernier de la course, le skipper de 34 ans vise surtout à promouvoir cette cause à travers sa course.

VENDEE GLOBE 2012/2013 - SKIPPERS PHOTOS ©La Chaîne Météo
INTERVIEW. Durant sa course, Tanguy de Lamotte possède une page internet consacrée à son projet. A chaque clic fait sur cette page, le sponsor du bateau Initiatives-Coeur reverse un euro à l'association Mécénat Chirurgie Cardiaque qui soigne des enfants atteints de maladies cardiaques. Avant-dernier de la course, le skipper de 34 ans vise surtout à promouvoir cette cause à travers sa course.

Figaro Nautisme. - Avez-vous des baisses de forme après 70 jours de course?

Tanguy de Lamotte. - Non, je vais très bien. J'ai eu deux nuits presque blanches avec le passage du Cap Horn mais j'ai réussi à me rattraper depuis. Le bateau va bien aussi, tout fonctionne parfaitement, notamment au niveau de la production d'énergie. Je suis vraiment très content d'être de retour dans l'Atlantique. On retrouve le beau temps et la mer n'a pas la même couleur, mentalement, ça fait beaucoup de bien. C'est aussi bon pour le moral de remettre du nord dans la trajectoire car on sent vraiment qu'on est sur le chemin du retour.

Vous avez passé votre premier Cap Horn lundi, qu'avez-vous pensé de cet endroit mythique?

J'avais 35 noeuds de vent, avec 8 mètres de houle, tout comme les trois jours qui ont précédé ce passage. J'ai fait 5 empannages dans la nuit, donc je peux dire que j'ai mérité ce passage. Ça s'est passé comme dans les récits, beaucoup de manoeuvres et énormément de fatigue, c'est vraiment quelque chose de grandiose et on est fier et heureux quand on le double enfin. Je l'ai passé de nuit donc je n'ai pas pu l'admirer mais le lendemain, je le voyais au loin dans la brume, c'était magnifique.

On vous a senti aussi très ému...

Bien sûr, c'était le meilleur moment de ma course. Le Cap Horn, il arrive après un mois de choses très difficiles contrairement aux deux autres caps. C'est bien d'en finir avec les Mers du sud tout en sachant que la ligne d'arrivée n'est pas toute proche non plus et qu'il faut rester concentré. En plus, visualiser la terre est important pour réaliser qu'on tourne bien autour de quelque chose de réel. Ça faisait depuis la pointe de l'Afrique que je n'avais pas vu la terre...

C'est aussi un enfant de plus sauvé grâce à votre parcours...

C'est vrai, c'est incroyable. Chaque point important de ma course coïncide avec la possibilité de soigner un nouvel enfant. Je suis vraiment fier de l'engouement que cette idée suscite. Les gens ont compris que ça ne coûtait rien de faire un clic sur le site et ils sont déjà 88 000 à l'avoir fait. Le but était d'opérer 6 enfants et là, on en est déjà au 7e, c'est fabuleux. Maintenant, il faut remplir l'objectif de ramener le bateau aux Sables et j'espère avoir un maximum d'enfants soignés pour amarrer mon bateau à l'arrivée.

Expliquez-nous un peu le lien entre votre course et les fonds récoltés...

A chaque clic sur la page d'initiatives-coeur, mon sponsor reverse un euro à Mécénat Chirurgie Cardiaque. Il est intéressant de voir qu'il y a eu des pics de clics lors des points de passage importants de la course que ce soit le Cap de Bonne Espérance, le jour de Noël ou le jour de l'An. Le passage du Cap Horn a récolté à lui seul 4000 clics! Lors des moments médiatiques, les gens viennent plus facilement vers nous, c'est normal.

Comment jugez-vous votre course?

J'en suis très fier, et je pense que j'ai raison. Avec le Cap Horn, j'ai pu réaliser la qualité de mes trajectoires depuis le début. Mon bateau aurait pu rivaliser avec la tête lors du Vendée Globe de 2000 et si je prends comme repère l'épreuve de 2000, j'ai un jour et demi d'avance au Cap Horn sur le pointage de Michel Desjoyeaux qui avait gagné cette édition. J'espère rejoindre les Sables d'Olonne dans le temps que j'avais prévu c'est-à-dire entre 92 et 96 jours, ce serait beau pour le bateau que j'ai.

Y-a-t-il tout de même la volonté d'aller chercher Bertrand de Broc, seulement 200 milles devant vous?

L'objectif prioritaire est de terminer. Après, s'il y a une opportunité de finir devant Bertrand, je la saisirai. Mais je ne vais pas non plus tirer sur le bateau et risquer de le casser pour aller gagner une petite place. En plus, il a un bateau beaucoup plus performant que le mien. Si à l'arrivée je suis derrière Bertrand, je serai très heureux d'arriver derrière lui car cela voudra dire qu'on a tous les deux rallié l'arrivée. C'est aussi bien d'avoir quelqu'un devant qui soit à peu près dans le même rythme, ça aide à rester concentré. Entre nous, c'est de la compagnie et de la motivation et pas de l'animosité de compétiteur.

Comment voyez-vous la fin de course?

La semaine à venir est déjà claire. Les deux prochains jours, je serai en bâbord à mûr avec du vent de 20-25 noeuds et ensuite il y aura une petite transition et je passerai en tribord à mûr pendant 3 jours. Dans 8 jours je devrais être à hauteur de Salvador de Bahia et ensuite il faudra passer le Pot-au-noir où je serai très vigilant pour ne pas gâcher l'aventure sur les derniers jours. Je ne me prononce pas dessus mais pour y arriver j'ai vraiment des bonnes conditions pour aller vite et en ligne droite.

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.