Renflouer le Concordia, un projet titanesque

Lundi 14 janvier 2013 à 13h13

L'opération sans précédent confiée au consortium américano-italien Titan Micoperi pour renflouer le Concordia (Cardinal), un colosse haut comme un immeuble de 11 étages, long de près de 300 mètres, et pesant 114.500 tonnes échoué depuis un an près de l'île du Giglio, est une entreprise titanesque qui mobilise des dizaines d'entreprises et de chantiers navals.

Voici les différentes phases du chantier et les chiffres les plus impressionnants:


- Dans la phase de stabilisation du navire qui s'est terminée en novembre, le consortium a mis en place 4 énormes blocs d'ancrage de 34 tonnes chacun, fixés au sol sous-marin entre le Concordia et la côte, et capables de résister à une force de traction d'un millier de tonnes. Les opérateurs de Titan/Micoperi ont aussi commencé à installer 12 tourelles de retenue qui serviront à tirer le navire, actuellement incliné à 65 degrés, pour le redresser à la verticale. 36 immenses chaînes d'acier, deux par tourelles, sont en train d'être placées autour du "ventre" du navire.


- Dans la préparation du fond artificiel sur lequel viendra s'appuyer le navire une fois redressé, des plongeurs descendent, par 30/50 mètres de fond et depuis des mois, d'énormes sacs placés sous le Concordia de manière à aménager un fond plat et dans lequel ils pompent du ciment. Au total, selon Nick Sloane, chargé du projet pour Titan, 18 à 20.000 tonnes de ciment vont être injectées dans ces sacs mis au point pour l'occasion. Une fois le navire reparti, des grues les retireront du fond marin.
A côté de ce faux fond, seront fixées des plateformes sur lesquelles viendra s'appuyer aussi le Concordia lors de sa rotation: trois de grande dimension pratiquement la taille d'un terrain de football, trois plus petites. Elles seront posées sur des piliers enfoncés dans le sol granitique et pour lesquels des trous de deux mètres de diamètre sont en train d'être perforés. "On a droit seulement à 1% d'erreur sur la dimension du trou", a expliqué Nick Sloane.


- Quinze gigantesques caissons flottants seront placés sur le côté gauche, actuellement émergé de l'épave, puis une fois que le navire aura été redressé, 15 autres seront disposés sur l'autre flanc.
Ces caissons sont hauts comme des bâtiments de 7/10 étages (30 mètres), selon Sergio Girotto, responsable du projet pour MIcoperi. Pour donner une idée de l'ampleur du projet, il a souligné que la quantité d'acier nécessaire est "de 30.000 tonnes à comparer aux 7.000 tonnes ayant servi à ériger la Tour Eiffel". Ces caissons sont construits spécialement sur quatre sites différents.
Selon ce dirigeant, l'opération "renflouement du Concordia" a rendu nécessaire l'implication de 150 sociétés du monde entier pour la fourniture de services, 17 chantiers navals italiens qui travaillent à temps plein et 21 moyens de transport maritimes entre les navires et autres embarcations spécialisées.


- Après la rotation du navire, le Concordia reposera sur un fond artificiel situé à environ 30 mètres de profondeur. Grâce à un système de pompes hydrauliques et de compresseurs contrôlé par des ordinateurs, l'eau contenue dans les caissons sera progressivement vidée, ce qui fournira la poussée permettant de remettre à flot le Concordia.
Selon Nick Sloane, le processus très délicat de rotation sera préparé pendant deux jours puis s'étalera sur 6 ou 7 heures. Les opérateurs n'auront qu'une seule possibilité pour tenter de redresser le Concordia, car "une fois passé le point de retour, la force de gravité empêchera d'arrêter l'opération". Ensuite, le renflouement qui sera également très progressif prendra environ 6 semaines avant le remorquage du Concordia loin du Giglio prévu en septembre.
 

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.