Dominique Wavre : «Le bateau est plus fatigué que le skipper»

Jeudi 10 janvier 2013 à 18h02

INTERVIEW. Septième jeudi, Dominique Wavre est au coeur d'une mini course avec les skippers de la 5e à la 9e place. Une course dans la course que le skipper de Mirabaud espère bien remporter.

VENDEE GLOBE 2012/2013 - SKIPPERS PHOTOS ©La Chaîne Météo
INTERVIEW. Septième jeudi, Dominique Wavre est au coeur d'une mini course avec les skippers de la 5e à la 9e place. Une course dans la course que le skipper de Mirabaud espère bien remporter.

Figaro Nautisme. - Vous disputez une course dans la course avec 4 autres skippers (Mike Golding, Jean Le Cam, Arnaud Boissières et Javier Sansó), cela maintient-il la concentration?

Dominique Wavre. - Ça aide dans la motivation bien sûr. Sur la manière ou la qualité de la navigation, ça ne change pas grand-chose. Par contre, on devient plus attentif aux classements pour voir ce qu'on a pris ou perdu par rapport à ceux qui nous entourent. C'est aussi un intérêt supplémentaire au niveau de la stratégie. Il faut imaginer ce qui peut arriver aux autres, voir si on peut les récupérer et, si oui, comment le faire. On cherche aussi les petites options plus intelligentes pour arriver à gagner du terrain. Ce resserrement, c'est surtout de la nourriture pour la tête.

L'objectif est donc de finir en tête de ce groupe de 5 bateaux...

Evidemment. Maintenant, les bateaux de tête sont beaucoup trop loin, on ne peut plus les rattraper, et ceux de derrière ont visiblement moins de potentiel. C'est intéressant de se battre avec des personnes qui sont dans le même système météo, ça permet de voir l'intelligence des stratégies et des tactiques.

Vous aviez déjà passé le Cap Horn plusieurs fois, les émotions sont-elles toujours les mêmes?

Oui bien sûr. Le caillou est toujours aussi gros et placé dans un endroit où la météo est toujours aussi pourrie. La dangerosité n'a pas non plus changé et on a sans cesse l'impression qu'on succède à des centaines de bateaux qui ont déjà fait naufrage à cet endroit-là. C'est un endroit vraiment difficile et le passer donne la sensation d'être libéré des Mers du sud qui sont dures, sauvages. C'est un retour à quelque chose de plus civilisé.

Donc selon vous, le pire est derrière...

Oui, je pense, du moins au niveau du danger objectif. Après, c'est vrai que dans l'Atlantique les systèmes météo sont bien plus complexes. Les conditions changent très souvent et ça rend la navigation plus intense. C'est compliqué de remonter vers le nord avec les anticyclones et les passages de fond, qui provoquent des situations délicates. On est dans une zone où il y a plein de cargos, des avions, mais on est en terrain connu. Même si le vent peut être fort dans l'Atlantique, ça n'a rien de commun avec les tempêtes qu'on peut rencontrer dans les Mers du sud.

Voir Alex Thomson rivaliser avec le podium avec un bateau de même génération que le votre, ça vous laisse des regrets?

Il n'est pas impossible de penser qu'il y avait mieux à faire. Il faut surtout voir qu'Alex navigue extrêmement bien et qu'il arrive à tirer des vitesses de son bateau que je n'imaginais pas. Ce qu'il fait en ce moment est remarquable. Je ne fais pas trop d'analogies avec moi dans le sens où on est dans des systèmes météo tellement différents que ça fait longtemps qu'on n'a pas le même vent et on ne peut donc pas comparer.

Après 60 jours de course, comment vont le bateau et le skipper?

Moi, je suis en pleine forme. Physiquement, j'ai vraiment tout le potentiel et j'ai une bonne pêche. Le bateau, lui, sent un peu plus la fatigue. Le grand gennaker est au fond d'un trou et je n'ai pas encore pu le récupérer et donc je n'ai pas pu travailler avec. C'est vraiment handicapant. Quand on est privé d'une grande voile comme ça, c'est très embêtant, il faut absolument que j'arrive à le ressortir. Autrement, il y a quelques points d'usure, des poulies qui ne tournent plus, des boutes qu'il faut soigner mais rien de très grave. Il est clair que le bateau est plus fatigué que le skipper.

Est-ce qu'à l'image de Mike Golding, vous avez passé hier votre dernier Cap Horn sur le Vendée Globe?

Je n'en sais rien du tout. Pour l'instant, je gère au jour le jour, voire sur trois jours avec les prévisions météo, mais je dois avouer que je n'ai pas le recul nécessaire pour savoir ce que je vais faire l'année prochaine ou dans 10 ans.

Au début de la course, vous annonciez que les contacts avec les autres concurrents seraient probablement plus nombreux dans les Mers du sud. Est-ce que ce fût le cas?

Oui j'ai eu quelques contacts, que ce soit par mail, ou par iridium, mais c'était assez peu par rapport à ce que je pensais. On est tous assez stimulés par les médias donc on n'a pas de temps supplémentaire dans le nord. Au contraire, dans les Mers du sud, les journées sont inversées donc la nuit en Europe, les médias dorment, et nous, skippers, pouvons échanger plus. Maintenant, on est de nouveau synchronisés avec l'Europe donc les contacts vont redevenir plus rares.

Vous déclariez aussi que le Vendée Globe était l'expérience ultime pour repousser ses limites. Êtes-vous satisfait des sensations sur cette édition?

Absolument. On va jusqu'au bout de l'investissement physique et de la gestion du stress. On pousse énormément tout en cherchant à rester intelligent. On va toujours chercher ses limites et je suis toujours très content de voir que malgré les années, on réussit encore à travailler sur ces limites-là et à en sortir indemnes.

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.