Alex Thomson : « Ce qui m'a le plus manqué, c'est l'énergie »

Mercredi 9 janvier 2013 à 16h22

INTERVIEW. Quatrième du Vendée Globe, Alex Thomson réalise une course discrète mais se rapproche de la troisième place de Jean-Pierre Dick. Privé d'hydrogénérateurs depuis un mois, le skipper d'Hugo Boss a répondu aux questions du Figaro dès qu'il a pu retrouver de l'énergie à bord.

Onboard the IMOCA Open 60 Alex Thomson Racing Hugo Boss during a training session before the Vendée Globe in the English Channel. The Vendée Globe is a round-the-world single-handed yacht race, sailed non-stop and without assistance. ©La Chaîne Météo
INTERVIEW. Quatrième du Vendée Globe, Alex Thomson réalise une course discrète mais se rapproche de la troisième place de Jean-Pierre Dick. Privé d'hydrogénérateurs depuis un mois, le skipper d'Hugo Boss a répondu aux questions du Figaro dès qu'il a pu retrouver de l'énergie à bord.

Figaro Nautisme. - Vous avez renforcé votre quatrième place ces derniers jours, sentez-vous que vous pouvez la conserver jusqu'à l'arrivée?

Alex Thomson. - Avec tous les problèmes que j'ai eus, je n'ai pas encore pu me concentrer à 100 % sur la course. Je n'ai pas trop fait attention aux concurrents à l'avant, je suis resté fixé sur ma course. Par contre, je suis très content de voir que je rivalise avec les bateaux de dernière génération et que les bateaux similaires au mien sont derrière moi.

Les deux bateaux de devant sont très rapides. Pensez-vous pouvoir refaire votre retard?

Armel (Le Cléac'h) et François (Gabart) ont des bateaux avec lesquels je ne peux rivaliser en vitesse pure. Je ne peux pas courir dans la même catégorie qu'eux en terme de vitesse, j'ai fait très attention à ne pas être attiré dans cette course-là. Je me concentre sur ma course et on verra ce qu'il se passe, le chemin est encore long.

Cela fait désormais 60 jours que vous avez quitté les Sables d'Olonne, qu'est-ce qui vous manque le plus?

Depuis que mes hydrogénérateurs ont lâché, ce qui m'a le plus manqué, c'est l'énergie. Je ne me connecte à mes outils informatiques que deux fois par jour pour les fichiers météo. Par conséquent, toutes mes communications sont limitées et donc les contacts avec ma famille me manquent ainsi que les appels avec mon équipe et mes amis. Le problème, c'est que l'énergie n'est pas seulement utile pour les communications mais aussi pour manger, pour désaliniser l'eau et pour tout ce qui est lyophilisé. Le chauffage est aussi limité. C'est une sorte de torture, j'ai toutes les capacités pour créer de la chaleur, mais je ne peux pas le faire. Ça rend les choses plus difficiles mais ça fait partie de la course.

Vous qui avez abandonné déjà deux fois, était-ce une satisfaction supplémentaire de passer l'Océan Indien qui est réputé pour casser les bateaux?

Absolument. Mais j'essaie de ne pas voir ma course comme une succession d'étape. C'est une course longue et difficile, mon but est de la finir. Je me rends compte que j'ai déjà passé des étapes significatives et je suis très heureux de ça. Pour autant, la grande satisfaction, ce sera de finir.

Vous sortez de l'Océan Pacifique, est-ce un soulagement?

En effet. Après avoir déjà démâté au milieu du Pacifique, je sais à quel point ce désert d'eau est dangereux. Le but, c'était d'atteindre le Cap Horn en un seul morceau et c'est chose faite. On ne gagne jamais la course dans les Mers du sud mais il est très facile de la perdre dans cette zone. Maintenant, il faut pousser fort pour rentrer en France, c'est une question de volonté.

Le Vendée Globe n'a jamais été gagné par les Anglais. Pensez-vous qu'il leur manque quelque chose?

Pour être honnête, je ne pense pas qu'il nous manque quelque chose. Pete Goss a fini 5e en 1997, Ellen (MacArthur) fait 2e en 2001 et Mike (Golding) prend la 3e place en 2005. Sam Davies a aussi fait du très bon travail lors de la dernière édition. Si vous comparez avec le nombre d'Anglais mais aussi avec le nombre d'étrangers du Vendée Globe ces dernières années, je pense que nous faisons vraiment du bon boulot.

Comment avez-vous passé les fêtes de fin d'année?

Ça ne ressemble jamais vraiment à Noël ou au Nouvel An quand vous êtes seul au milieu de l'océan. Mes communications étaient déjà endommagées donc je n'ai pas pu parler plus que ça avec les personnes à terre... J'ai tout de même réussi à avoir une petite discussion avec mon père et ma femme et c'était vraiment sympa. J'ai aussi ouvert mes cadeaux dont certains étaient vraiment pratiques. Il y avait aussi des chocolats et des sucreries...

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.