Un an après la mort de SeaFrance

Vendredi 4 janvier 2013 à 13h34

Le 9 janvier 2012, la justice enterrait la compagnie de ferries SeaFrance. Un an plus tard, la bataille entre armateurs s'est renforcée pour devenir leader sur la ligne Calais-Douvres, déjà en vive concurrence avec le tunnel sous la Manche.


"Ne m'appelez plus jamais SeaFrance", entonnent des salariés dépités, lorsqu'il y a un an, le tribunal de commerce de Paris prononce la liquidation définitive de cette filiale de la SNCF.


Le sort des 880 ex-SeaFrance devient un enjeu électoral à quelques mois de la présidentielle et le vide laissé sur la liaison reine dans le détroit du Pas-de-Calais, où seule subsiste la britannique P&O Ferries, attise les convoitises.


Celle de l'opérateur du tunnel sous la Manche Eurotunnel qui soutient le projet de reprise par une coopérative ouvrière (Scop) composée d'anciens salariés. Celle aussi de Louis Dreyfus Armateurs (LDA) qui, associé au danois DFDS, affrète deux de ses navires entre Calais et Douvres avec quelque 200 ex-SeaFrance tout en se portant candidat à la reprise des ferries de l'ancienne compagnie.


"La chute de SeaFrance a créé un appel d'air. Calais fait partie des ports stratégiques, surtout quand vous êtes déjà présents comme nous à Dunkerque", justifie Christophe Santoni, directeur général de LD Lines.


Premier port français pour les voyageurs, Calais a transporté en 2011 plus de 10 millions de passagers, en légère baisse (-1,64%) par rapport à l'année précédente. Le trafic fret était quant à lui en progression de 1,82% sur le port de Calais, malgré l'arrêt des ferries SeaFrance mi-novembre.


Pendant que les armateurs se disputent les cendres de SeaFrance, les déboires judiciaires de ses ex-salariés se poursuivent. Treize sont mis en examen - cinq en mars, huit début juin - pour des vols présumés à bord des bateaux entre 2008 et 2009.


Début juillet, les locaux du comité d'entreprise (CE) sont perquisitionnés dans le cadre d'une information judiciaire distincte, ouverte par le parquet de Lille pour "abus de confiance, complicité et recel d'abus de confiance".


Ces péripéties n'empêchent pas l'attribution - après maints reports - des navires à Eurotunnel le 11 juin. Ce jour-là, à Calais, c'est une délivrance, voire une vengeance pour le Syndicat Maritime Nord, désavoué par François Chérèque puis radié de la CFDT.
"On a gagné (...). On prouve qu'on n'est pas des flibustiers, des voleurs", s'exclamait ainsi un ex-SeaFrance, Daniel Fournier.
 


 Un nouveau départ


"Je n'ai pas envie de revenir sur le passé, mais de regarder vers l'avenir. My ferry link est une nouvelle compagnie, on a changé de nom, on travaille différemment", souligne Raphaël Doutrebente, son directeur général adjoint.


Près de 500 salariés sont embauchés, en majorité parmi les anciens de SeaFrance, par My ferry link, qui vise "12 à 14%" de parts de marché pour le fret et "8 à 10%" pour l'activité passagers.


"On a démarré (le 20 août) avec une voiture passagers et deux camions. On a dépassé les 100.000 passagers avant Noël et on arrive à quasiment la même part de marché que notre concurrent DFDS, à un point exactement, mi-décembre. C'est un bon départ, malgré une saison ratée et un démarrage difficile", affirme M. Doutrebente.


Dans ce marché très concurrentiel, "notre priorité est de nous concentrer sur notre projet industriel, être un leader sur le marché transmanche", qui "reste à des niveaux très bas" depuis "la crise de l'industrie du ferry" amorcée en 2008, souligne Christophe Santoni, directeur général de LD Lines.


P&O Ferries, qui exploite six navires sous pavillon britannique entre Calais et Douvres, sera "en positif en 2012 sur tous les secteurs de marché, même depuis l'implantation de My ferry link", assure Karine Warnault, directrice de la communication France.


"La bataille va être difficile" entre ces trois compagnies qui vont devoir affronter notamment de nouvelles réglementations environnementales et procéder à des investissements lourds, avertit Anne Gallais Bouchet, chargée d'études à l'Institut supérieur d'économie maritime (Isemar).
"La fin de SeaFrance était avant tout due à des difficultés structurelles et conjoncturelles. Ca s'augure mieux pour My ferry link: elle n'est pas propriétaire des navires (...), ses salariés sont aussi actionnaires, la motivation est différente (...). Sa politique commerciale est plus rationnelle", estime-t-elle.

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.