Bernard Stamm disqualifié

Par Figaro Nautisme
Mercredi 2 janvier 2013 à 9h17

Le jury international et indépendant, nommé par la Fédération française de voile, a disqualifié Bernard Stamm pour infraction à l'article 3.2 de l'avis de course, celui sur l'assistance extérieure. Le skipper de Cheminées Poujoulat fait appel. 

Le jury international et indépendant, nommé par la Fédération française de voile, a disqualifié Bernard Stamm pour infraction à l'article 3.2 de l'avis de course, celui sur l'assistance extérieure. Le skipper de Cheminées Poujoulat fait appel. 

Dimanche 23 décembre, Cheminées Poujoulat a dû s'arrêter au nord de l'île d'Auckland pour remettre en état ses hydrogénérateurs. Un impératif pour continuer à utliser des appareils électriques comme le pilote automatique ou la centrale météo.

Bernard Stamm juge sévérement ses hydrogénérateurs: "Ils ont été construits comme des jouets, pas comme quelque chose de sérieux. Les mecs se sont plantés, ils ont fait du Lego, les dimensions n’étaient pas bonnes, c’était trop petit, expliquait-il lors de la vacation du 1er janvier. Il faut qu’il y ait un contrôle rigoureux, ce n’est pas possible de partir avec quelque chose de si mal dimensionné. Autant de moyens mis en œuvre pour atteindre un résultat aussi médiocre, c’est à pleurer. Je suis en colère, ça m’a pompé l’existence, c’est dommage. Les emmerdes ont commencé dès le Portugal. Surtout qu’à côté le bateau va bien, 95% du bateau est nickel."

 

La vidéo des réparations : désespoir de Bernard Stamm

 

Sauver son Imoca

Après une journée de réparation, le skipper suisse remarque que son bateau dérive vers un navire scientifique également au mouillage. Lors d'une conversation VHF avec l'équipage, ce dernier lui propose d'amarrer son bateau au navire. Le concurrent accepte en raison de l'urgence de la situation "A aucun moment je n'ai demandé de l'assistance, assure-t-il. J'ai agi pour mettre le bateau en sécurité". Au moment de ressortir du cockpit, Bernard Stamm s'aperçoit qu'un membre d'équipage du navire scientifique est monté à bord et a commencé à remonter l'ancre. Le marin explique dans son rapport de mer: "Quand je l'ai vu à bord, je n'ai pas trouvé d'argument qui justifiait le fait de le renvoyer du bord."

Le jury international et indépendant, nommé par la Fédération française de voile, a estimé que "s’amarrer sur un autre bateau" constituait une première infraction. Le fait de ne pas demander "à la personne sur son bateau de quitter le bord quand il l’a découverte" en est une deuxième selon ce jury..

Le skipper de Cheminées Poujoulat a jusque jeudi matin pour demander au jury la réouverture de l'instruction (règle 66), tout comme le comité de course. Il a annoncé ce mercredi midi son intention de faire appel.


Le maudit du Vendée Globe

 

Le sort s'acharne sur Bernard Stamm qui a déjà connu deux Vendée Globe malheureux, en 2000-2001 et 2008-2009. Lors de sa première tentative, Bernard Stamm n'avait connu que neuf jours de course, lâché par ses pilotes automatiques. En 2008-2009, le marin entre en collision avec un chalutier dès le début de la course et doit rentrer aux Sables pour réparer. Il reprend la course, remonte au classement et s'arrête finalement à l'entrée des mers du sud. Ses safrans ont cassé et son bateau, devenu incontrôlable, est venu s'échouer aux Kerguelen.
Pour cette édition, le concurrent était parti avec une énergie communicative, répétant à qui voulait l'entendre que le gagnant ce serait lui. De fait, Bernard Stamm trustait le peloton de tête, grimpant même sur la première place du podium le 7 décembre. Une fois entré dans les mers du sud, son parcours fut semé d'embuches avec une dent cassée et donc des hydrogénérateurs récalcitrants.

 

Réaction de Jean Le Cam:

 

« Je suis remonté comme une pendule sur cette histoire-là. Pour moi, Bernard a agi en bon marin, il a tout fait pour sauver son bateau et on le pénalise !

Pour vous donner une image, c’est comme si un mec se retrouve au bord de la falaise, il risque de tomber, il y a quelqu’un qui lui tend la main et il devrait lui répondre : « ben non, parce que c’est le règlement, alors tu ne me tends pas la main », et il tombe de la falaise !

Ça me désespère. Si ce qu’a vécu Bernard n’est pas un cas de force majeure alors je ne sais pas ce que c’est. J’ai envoyé un mail au jury ce matin car on ne peut pas prendre des décisions pareilles.

Il faut se rendre compte qu’à l’avenir on ne pourra plus se porter assistance en cas de danger immédiat, de peur d’être disqualifié. Devrions-nous laisser nos bateaux aller au carton ? »
 

 

L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Guillaume Fourrier
Guillaume Fourrier
Guillaume Fourrier est un vrai passionné de la mer. Il pratique la pêche en mer depuis l'âge de 13 ans et a aujourd'hui à son actif près de 20 records de France, d'Europe et du Monde pour la prise de gros spécimens. Originaire de Boulogne-sur-Mer, il a sillonné les eaux de la façade Atlantique mais également celles de la Méditerranée. Il a également trempé ses lignes sur des contrées exotiques comme la Nouvelle-Calédonie, où il séjourna plusieurs mois à la recherche de gros poissons du lagon. Il pêche aujourd'hui en Normandie, son nouveau port d'attache.