Michèle Paret : « Je sais que les situations peuvent parfois être extrêmes »

Par Figaro Nautisme
Dimanche 30 décembre 2012 à 10h25

Co-skipper, compagne, Team Manager, Michèle Paret, est un peu tout cela à la fois pour Dominique Wavre (Mirabaud), actuellement 7e du Vendée Globe. Elle a accepté de raconter à Figaro Nautisme son Vendée Globe à terre.

Co-skipper, compagne, Team Manager, Michèle Paret, est un peu tout cela à la fois pour Dominique Wavre (Mirabaud), actuellement 7e du Vendée Globe. Elle a accepté de raconter à Figaro Nautisme son Vendée Globe à terre.

Figaro Nautisme : Quel regard portez-vous sur la course de Dominique Wavre ?

 

Michèle Paret : Je suis la course de Dominique de près et suis assez satisfaite. Il est parti avec un bateau qui n’est pas de dernière génération. Son bateau a six ans, mais je trouve qu’il se débrouille très bien. Il est à la lutte avec Jean Le Cam (SynerCiel) et Mike Golding (Gamesa) qui ont des bateaux plus récents. Dominique fait bien marcher le bateau et fait une belle course, même si, tout comme Mike, il n’a pas été chanceux avec la météo. Ils n’arrivent pas à afficher des vitesses de grand surf comme on peut en rencontrer dans le Sud. Ils naviguent souvent entre 10 et 13 nœuds avec des hautes pressions sur la route. On n’a jamais vu des écarts aussi grands sur un Vendée Globe, et ce n’est pas dû qu’à la différence de vitesse entre les bateaux. La météo a largement facilité l’échappée des leaders !

 

Comment vivez-vous sa course ?

 

On ne s’habitue pas vraiment à ce genre d’expérience. Je savais que j’avais trois mois difficiles devant moi. Mais d’un autre côté, c’est moins dur que les fois précédentes, car je fais de plus en plus confiance au bonhomme et au bateau, que je connais de mieux en mieux. Ca m’aide à être moins stressée en cas de gros coups de vent ou dans les moments difficiles. Mais on guette toujours les moments où le vent va se calmer, les intonations de voix, car je sais que les situations peuvent parfois être extrêmes. J’essaie de lui apporter mon soutien, d’être efficace et de répondre à ses besoins même s’il ne les mentionne pas forcément. J’essaie aussi de penser aux choses qu’il pourrait oublier, aux vérifications un peu spécifiques sur chaque poste du bateau. Il y pense 90% du temps mais quand ce n’est pas le cas, je peux le lui rappeler. En cas de fatigue extrême, il peut oublier certains petits postes. Ca me fait plaisir de me sentir utile, car l’attente en elle-même n’est pas très satisfaisante !

 

Naviguer soi-même, avantage ou inconvénient ?

 

Il y a des avantages et des inconvénients. On a beaucoup navigué ensemble et je connais très bien le bateau. Je connais aussi sa manière d’approcher les coups de vents. C’est donc plus facile pour moi de le soutenir. Mais je connais aussi la sauvagerie du grand Sud et la difficulté à mener ces bateaux. Ca rajoute beaucoup de stress. Je sais qu’il vit parfois des moments presque inhumains. J’essaie de faire corps avec lui dans ma tête. Dominique aborde bien les choses, donc ça rééquilibre un peu le tout. Je pense être plus efficace qu’une compagne qui ne fait que supporter les choses sans pouvoir rien faire. J’ai cette petite satisfaction. Je suis là, solide. Il peut compter sur moi. Ca rend mon Vendée Globe un peu plus intéressant.

 

Que retirez-vous de ce début de Vendée Globe ?

 

J’apprends surtout la patience et à faire confiance. C’est vrai que quand on a l’habitude d’agir et d’intervenir et qu’on ne peut pas le faire, il faut impérativement faire confiance au bonhomme et au bateau. Il faut être patiente quand il n’appelle pas. Je ne peux pas me permettre de prendre le téléphone quand il est dans un coup de vent et lui demander si tout va bien. Souvent, il m’appelle avant de faire une manœuvre délicate et il me rappelle une fois qu’elle est terminée. Mais ça lui arrive d’oublier. Cela me procure un stress énorme, tous les scenarios me passent par la tête. Il faut se raisonner, prendre sur soi, car on peut vite partir en vrille. Je travaille beaucoup là-dessus et fais beaucoup de progrès dans mon métier de femme de marin.

 

Vivre la course à terre n’a pas un côté frustrant ?

 

Ca aurait eu un côté frustrant s’il ne prenait pas les bonnes options. On a tellement l’habitude de naviguer ensemble que j’anticipe ses options et ses changements de voiles. Il mène le bateau comme on l’aurait mené tous les deux. Et puis c’était convenu que je reste à terre depuis le départ. Ce Vendée Globe, on le prépare depuis trois ans. J’ai pu faire le travail nécessaire en amont pour éviter toute frustration. De toutes façons, la frustration ne fait pas avancer. Ce n’est pas constructif.

 

Le Vendée Globe, c’est un rêve pour vous ?

 

C’était un rêve qui est en train de se réaliser. Avec Dominique, on est tellement proches que je réalise mon rêve avec lui. C’est une belle aventure qui est en train de s’écrire. La voile, c’est notre passion, on la partage. J’ai l’impression de vivre le Vendée Globe à travers lui.

 

Envisagez-vous toujours de le faire un jour ?

 

On n’a pas l’habitude de prévoir. J’ai d’abord envie qu’il finisse celui-là et surtout de voir comment il se termine, car le rêve peut se transformer en cauchemar. Il reste encore la moitié du chemin à parcourir. J’ai juste envie de penser à la ligne d’arrivée. Après, on décidera ensemble où on va et comment on y va. On a toujours fonctionné comme ça. On s’investi tellement dans ce genre de projet que l’on n’a pas de recul pour penser au futur.

 

L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Guillaume Fourrier
Guillaume Fourrier
Guillaume Fourrier est un vrai passionné de la mer. Il pratique la pêche en mer depuis l'âge de 13 ans et a aujourd'hui à son actif près de 20 records de France, d'Europe et du Monde pour la prise de gros spécimens. Originaire de Boulogne-sur-Mer, il a sillonné les eaux de la façade Atlantique mais également celles de la Méditerranée. Il a également trempé ses lignes sur des contrées exotiques comme la Nouvelle-Calédonie, où il séjourna plusieurs mois à la recherche de gros poissons du lagon. Il pêche aujourd'hui en Normandie, son nouveau port d'attache.