Bertrand de Broc : « J’ai été trop prudent »

Par Figaro Nautisme
Samedi 29 décembre 2012 à 17h45

 Bertrand de Broc (Votre Nom Autour du Monde avec EDM Projets), actuellement 11e à 3676 milles du leader, François Gabart (MACIF), a passé la barre symbolique de la mi-parcours. L’occasion de faire le point avec le skipper joint en mer samedi matin par Figaro Nautisme.

 Bertrand de Broc (Votre Nom Autour du Monde avec EDM Projets), actuellement 11e à 3676 milles du leader, François Gabart (MACIF), a passé la barre symbolique de la mi-parcours. L’occasion de faire le point avec le skipper joint en mer samedi matin par Figaro Nautisme.

Figaro Nautisme : Dans quelles conditions naviguez-vous actuellement ?


Bertrand de Broc : Pendant deux jours, j’ai navigué dans 15-20 nœuds de vent. Là, il y a 25 nœuds, avec des rafales à 30 nœuds, des nuages et des grains. Les conditions sont plutôt bonnes, avec un peu de houle. Ca va, mais c’est à la limite. Il y a aussi des albatros. C’est le décor typique des 40°, presque des 50° dont j’approche. Je me dirige doucement vers la Nouvelle-Zélande.

 


Vous avez passé la barre de la mi-parcours. Une étape symbolique ?


Je l’ai passée hier, je pensais que ça serait plus tard. C’est intéressant de savoir où on est dans le parcours. Ca me donne une idée de ce que je fais niveau course. On est à 48 jours, donc ça fait 96 jours pour un tour du monde. Ca reste à peu près correct, mais j’espère que je vais un peu améliorer ce temps sur le retour. Sur la première partie de la course, il y a eu un temps d’observation et d’apprentissage sur le bateau que je ne connaissais pas assez bien. Je n’avais navigué que 30 jours dessus avant de partir. Je le découvre petit à petit. Je devrais aller un peu plus vite maintenant. C’est un bon bateau, qui a terminé deuxième de la dernière Route du Rhum. Il a du potentiel. Je pense pouvoir en tirer un peu plus que ce que je fais actuellement.

 


Quel regard portez-vous sur cette première moitié de course ? Satisfait ?


Je suis moyennement satisfait. J’ai été trop prudent dans mes manœuvres ou dans mes choix car je ne connaissais pas bien le bateau. Je le voyais bien par l’informatique. J’ai les polaires du bateau. J’ai rarement été au dessus de la vitesse à laquelle j’aurais du être. Donc non, je ne suis pas satisfait, mais par contre, je suis content car je suis encore dans la course. J’aimerais pouvoir faire la deuxième moitié du parcours en me faisant plus plaisir car j’ai bien appris à manœuvrer le bateau. J’espère en tirer plus jusqu’à la fin de la course.

 


Dans quelles conditions de forme êtes-vous ?


Ca va super bien, je suis frais et dispo ! J’ai bien dormi ces derniers jours car j’ai navigué dans du vent régulier de 15 à 20 nœuds sous gennaker et grand voile haute. J’ai accumulé du sommeil plus que de raison et tant mieux. A partir d’aujourd’hui et pendant quatre ou cinq jours, on va avoir su vent soutenu et variable donc c’est mieux d’être en forme. Reste à bien gérer la vitesse du bateau et la course.

 


Pensez-vous encore pouvoir revenir sur Arnaud Boissières (Akena Verandas)?


A un moment, je pensais pouvoir revenir sur Arnaud, qui était à 400 milles devant moi. Là, il s’est échappé grâce à un toboggan de vent et compte désormais environ 800 milles d’avance. Donc si jamais il est coincé dans une molle pendant 24 heures, pourquoi pas, mais 800 milles, ça fait deux fois et demi le Golfe de Gascogne, c’est beaucoup. Après, jusqu’à l’arrivée, tout est possible. Personne n’est à l’abri d’un problème mécanique qui forcerait à s’arrêter pour réparer. Mais pour l’instant, ça fait quand même beaucoup de route à rattraper !

 


Suivez-vous le duel qui oppose François Gabart à Armel Le Cléac’h (Banque Populaire) en tête ?


Je regarde où ils en sont quand je reçois les positions. Ils font une super course depuis le début. Ils ont placé la barre très haut dès le premier jour en poussant les bateaux à 95% de leur capacité, alors que normalement, sur un Vendée Globe, on navigue à 80-85%. Et ils continuent de le faire. Donc c’est normal qu’ils soient partis loin devant. Ils ont une bonne avance, un matelas confortable. C’est une bonne solution pour gagner des courses. Tout le monde est surpris de leur vitesse et de leur capacité à la tenir.

 


L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Guillaume Fourrier
Guillaume Fourrier
Guillaume Fourrier est un vrai passionné de la mer. Il pratique la pêche en mer depuis l'âge de 13 ans et a aujourd'hui à son actif près de 20 records de France, d'Europe et du Monde pour la prise de gros spécimens. Originaire de Boulogne-sur-Mer, il a sillonné les eaux de la façade Atlantique mais également celles de la Méditerranée. Il a également trempé ses lignes sur des contrées exotiques comme la Nouvelle-Calédonie, où il séjourna plusieurs mois à la recherche de gros poissons du lagon. Il pêche aujourd'hui en Normandie, son nouveau port d'attache.