Vendredi 21 décembre, 41e jour de course

Vendredi 21 décembre 2012 à 16h13

François Gabart (MACIF) a repris les commandes de la course au détriment d’Armel Le Cleac’h (Banque Populaire), alors que le reste de la flotte continue de filer vers l’est.

François Gabart (MACIF) a repris les commandes de la course au détriment d’Armel Le Cleac’h (Banque Populaire), alors que le reste de la flotte continue de filer vers l’est.

L’état de la flotte


La valse des leaders se poursuit et les écarts continuent de se creuser entre le duo de tête et le reste de la flotte. Si Armel Le Cleac’h a laissé les commandes de la course à François Gabart, il n’accusait à la 16h00 que 2,5 milles de retard sur le nouveau leader. Un écart infime entre les deux marins qui ont tous deux empanné dans la nuit dans un flux d’Ouest de 20 nœuds pour mettre le cap sur la porte de Nouvelle-Zélande. Une sixième porte des glaces qu’ils devraient atteindre à la mi-journée. « François (Gabart) et Armel (Le Cleac’h) sont vraiment dans une configuration de match race pour le moment. Jusqu’à la prochaine porte du Pacifique, il n’ont pas chose à jouer. Ils devraient rester au contact, commente Armel Tripon. J’ai l’impression que François est un peu plus rapide. Peut être qu’il force un peu plus sur le bateau, je ne sais pas. Mais sur le long terme, je miserai plus sur Armel car il a une gestion un peu plus sage du bateau. Il tire moins sur le bateau en se déplaçant moins pour aller chercher les phénomènes météo. La course est longue et la casse technique prépondérante ». A 556 milles derrière, Jean-Pierre Dick (Virbac-Paprec 3), toujours troisième, a réussi à grignoter quelques milles depuis ce matin. « Je pense que d’ici cinq ou six jours, Jean-Pierre (Dick) récupérera du vent d’Ouest, ce qui lui permettra de rester dans le même système que les leaders et de ne pas se faire décrocher, analyse Armel Tripon. Il devrait rester dans le même tempo et pourrait éventuellement reprendre quelques milles ». Dans son sillage, Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat), qui avait doublé Alex Thomson pendant la nuit, était repassé en cinquième position derrière le britannique au classement de midi. Les deux skippers se tiennent en moins de dix milles.

 


Derrière, « les tontons flingueurs », menés par Jean Le Cam (SynerCiel), suivi par Mike Golding (Gamesa), Dominique Wavre (Mirabaud) et Javier Sanso (Acciona 100% Eco Powered) continuent d’accroître leur retard. Jean Le Cam pointait à 16h00 à 1709 milles du leader. « Ce groupe est un peu décroché, ils sont loin. Je ne vois pas comment ils pourraient revenir s’il n’y a pas de casse devant. Mais bon, il ne faut pas oublier que le Vendée Globe se joue jusqu’aux Sables d’Olonne, souligne Armel Tripon. Avec les portes des glaces, on observe une navigation plus sécuritaire. Les bateaux sont donc moins sollicités. Après, il reste encore tout le Pacifique à remonter ». En queue de peloton, Alessandro di Benedetto (Team Plastique) pointait toujours à la mi-journée en dernière position à 4469 milles du leader, derrière Tanguy de Lamotte (Initiatives Cœur), qui accusait quant à lui 3426 milles de retard.

 


Notre analyse météo

 


La majeure partie de la flotte est concernée par un régime d’Ouest perturbé, sous l’influence des dépressions qui circulent entre le 50ème et le 60ème Sud. Ce sont donc des vents portants assez soutenus qui permettent de naviguer à bonne allure vers l’Est. Il faut néanmoins négocier le passage de fronts avec leur rotation de vent mais aussi réaliser quelques empannages lorsque le vent se trouve dans l’axe de la route.

 

Vendredi 21 décembre : Ce vendredi, Gabart et Le Cleac’h en tête de la flotte, ne sont qu’à quelques milles de distance en ce début de traversée du Pacifique. Ils se sont fait rattrapés par un front froid avec un vent qui s’est orienté plein Ouest et qui souffle à une quinzaine de nœuds. Ils ont dû empanner pour faire cap au Sud-Est et devront prochainement virer vers le Nord-Est pour rejoindre la porte Nouvelle-Zélande. Plus à l’ouest Jean-Pierre Dick ainsi qu’Alex Thomson et Bernard Stamm sont sous l’influence d’un vent d’Ouest très instable avec une mer croisée. Ils doivent procéder à de fréquents empannages avec des vitesses de navigation qui fluctuent entre 12 et 18 nœuds. A environ 1000 milles derrière, Le Cam, Golding et Wavre ont les meilleures conditions météo avec un flux de Nord-Ouest soutenu qui permet de faire une route quasi directe en naviguant à une quinzaine de nœuds.

 


Samedi 22 décembre : Samedi, les conditions météo évolueront peu pour le duo de tête avec le maintien d’un flux d’Ouest modéré au passage de la porte Nouvelle- Zélande. Jean-Pierre Dick bénéficiera quant à lui d’un regain de vent avec un flux de Nord-Ouest fraîchissant, qui devrait permettre de grapiller quelques milles… Stamm et Thomson verront au contraire les vents d’Ouest à Nord-Ouest faiblir dans une zone de transition entre deux perturbations.

 

Dimanche 23 décembre : Dimanche, le flux s’orientera Nord-Ouest sur la route de Gabart et Le Cleac’h, ce qui leur permettra de faire route quasi directe en direction de la porte Pacifique Ouest. Avec un vent qui reviendra progressivement ouest à sud-ouest au passage de la porte Nouvelle-Zélande, Jean-Pierre Dick devra empanner et rallonger un peu sa route pour progresser vers la prochaine porte. Stamm et Thomson devront quant à eux faire face à des vents faibles au passage d’une dorsale.

 

 

Nos pronostics

 

D’ici lundi, le duo de tête devrait rester au coude à coude car il n’y a pas de véritable coup stratégique à jouer…Jean-Pierre Dick pourrait rattraper un peu de retard mais conservera sa troisième position.

 

 

L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.