Les voiliers de tradition renouent avec le large

Vendredi 21 décembre 2012 à 15h16

La Panerai Transat classique a largué les amarres le 2 décembre dernier de Cascais, au Portugal, pour mettre le cap sur l'île de la Barbade.

pour la grande photo ©La Chaîne Météo

La Panerai Transat classique a largué les amarres le 2 décembre dernier de Cascais, au Portugal, pour mettre le cap sur l'île de la Barbade.

Cet embarquement est une invitation au rêve, celui de propriétaires passionnés de yachting et de voile classique qui n'ont pas voulu abandonner leurs désirs de navigation au large. Douze bateaux de tradition s'affrontent actuellement sur l'Atlantique dans le cadre de la Panerai Transat classique. Cette course, conçue sur mesure pour les propriétaires passionnés, a eu deux départs: un premier à Douarnenez en juillet dernier, un autre à Saint-Tropez en octobre. Les flottes atlantique et méditerranéennes se sont retrouvées à Cascais (Portugal) où a été donné le départ pour la transatlantique vers la Barbade.

Cette course est aujourd'hui la seule épreuve permettant aux bateaux classiques, témoins de l'histoire du yachting, de renouer avec leur vocation hauturière. Et aux marins de réaliser leurs rêves. «Traverser l'océan était un rêve, non pas d'enfant mais d'adulte, quelque chose de concret, qui a du sens, que l'on a envie de réaliser, confiait mercredi Yves Lambert, skipper de Persephone, joint en pleine traversée. Celui-ci ne s'est matérialisé que récemment, grâce à l'existence de cette course, parfaitement adaptée à mon Tina. Le rêve s'est transformé en envie, et puis, une fois la décision prise, en besoin, tout en sachant que ce n'est pas raisonnable, pas le moment, pas... peu importe, c'est irréversible, et c'est exactement ça qu'on attend d'une telle décision. Faire une transat en course sur son bateau, que rêver de mieux?»

Un rêve partagé par Maurice Benzaquen, propriétaire de Cipango. «Comme tout marin, je rêvais de faire une grande traversée océanique. L'occasion était trop belle. Traverser en course apporte un réel stimulant et nous allons tout faire pour naviguer au mieux tout en essayant de bien vivre à bord pour profiter de chaque instant.»

Les voiliers qui participent à cette course sont des témoins rares de l'histoire du yachting et parfois des grandes heures de la course au large. Outre les deux plans Carter, Persephone, sloop bermudien de 1969 de 11,30 m qui a participé à de nombreux Fastnet au spi Ouest-France ou Cowes-Dinard, et Corto, un sloop de 13 mètres de 1970, on retrouve parmi les inscrits White Dolphin, yawl de 20,20 m construit en 1967 sur les plans de Vincenzo Beltrami, The Blue Peter (sloop de 19,65 m), exceptionnel plan Alfred Mylne de 1930 ; Valteam, yawl de 22,25 m de 1965 (Renato Levi), second de la Giraglia en 1966.

Et cette course séduit au-delà du cénacle des heureux propriétaires de voiliers de tradition: on retrouve ainsi sur l'eau deux figures de la course au large, Jacques Caraës et Bruno Jourdren, qui ont, le temps d'une traversée, troqué leurs cirés de compétiteurs pour une aventure différente mais tout aussi enrichissante.

Côté navigation, après un départ de Cascais peu venté, les concurrents sont descendus dans du petit temps vers le nord des îles Selvagem, aux Canaries, point de passage obligé qu'ils ont dû laisser à tribord, avant de descendre assez sud pour toucher un alizé très régulier et éviter les dépressions de l'Atlantique Nord. Inscrite sous le signe de l'aventure en 2008, la Panerai Transat classique est beaucoup plus axée sur la régate cette année. «Six ou sept bateaux sont très motivés et sont venus pour gagner. Ils ont fait de l'aspect sportif une priorité, commente Loic Blanken, directeur général de la course. On assiste à une belle bagarre.»

La lutte s'annonce donc acharnée sur les derniers milles de course. «L'ambiance de cette Panerai Transat classique est exceptionnelle: très grande convivialité, esprit festif et fair-play sur des bateaux somptueux. Le niveau des régatiers est bon. En tout cas, la course est vraiment disputée. Manoeuvres, navigation, tactique, on est à 100 % en course», explique de son côté Yves Lambert. Les premiers bateaux sont attendus samedi à la Barbade, alors que le gros de la flotte devrait arriver avant le 26 décembre. Qui succédera à Stiren, le plan Stephens de 1962, vainqueur de l'édition 2008? Verdict dans quelques jours.

L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.