Bernot : « Pour ne pas faire de faute, il faut être mort »

Mardi 18 décembre 2012 à 18h54

INTERVIEW. Navigateur mais aussi routeur des plus grands coureurs au large, Jean-Yves Bernot suit attentivement ce Vendée Globe. Sévissant notamment à Port-la-Forêt, il apprécie de voir que quatre des cinq premiers s'y entraînent.

©La Chaîne Météo
INTERVIEW. Navigateur mais aussi routeur des plus grands coureurs au large, Jean-Yves Bernot suit attentivement ce Vendée Globe. Sévissant notamment à Port-la-Forêt, il apprécie de voir que quatre des cinq premiers s'y entraînent.

Figaro Nautisme. - Comment jugez-vous ce Vendée Globe?

Jean-Yves Bernot. - Rapide. Les bateaux vont très vite depuis le début. Contrairement aux autres éditions les leaders restent groupés, il y a les trois de tête (François Gabart, Armel Le Cléac'h et Jean-Pierre Dick) puis un autre trio (Bernard Stamm, Alex Thomson, Mike Golding) et derrière les anciens. Ce regroupement oblige tout le monde à pousser toujours plus. Les jeunes semblent avoir bien préparé leur coup car ils ont un petit plus que ce soit en stratégie, en manipulation du bateau et des voiles.

Au niveau des conditions, est-il plus difficile que d'autres éditions?

Il est différent. La position très haute des portes fait que dans l'océan Indien, les coureurs sont allés vers 40° sud, ce qu'ils ne font jamais normalement. Passer par là rallonge la route et il n'y a généralement pas assez de vent. Les conditions y sont un peu moins fortes au niveau du vent mais sont plus demandeuses au niveau stratégique. Quand on commence à flirter avec les bulles anticycloniques, il faut plus se creuser la tête que dans les 50° sud où on est plus dans le pilotage.

Catherine Chabaud disait qu'elle trouvait les glaces anormalement au nord. Est-ce une conséquence du réchauffement climatique?

Personne n'en sait rien. Les glaces sont hautes mais ceux qui ont placé les portes ont sûrement aussi pris de la marge donc il ne faut pas faire de déductions hâtives. Les cycles des glaces, nous n'avons pas assez de recul pour dire s'ils sont liés au réchauffement climatique ou non. On ne sait repérer les glaces que depuis très peu de temps donc on n'a pas encore le recul nécessaire pour analyser les icebergs de l'océan Indien. Puisque c'est un cycle, il suffit que quelques gros icebergs quittent en nombre la banquise pour avoir des grosses glaces et quelques années après il y en aura moins. Toute personne sérieuse et de bonne foi ne peut lier tout cela au réchauffement climatique.

Le système de porte des glaces fausse la course selon certains. Quel est votre avis?

A partir du moment où tout le monde les a, ça ne fausse rien du tout. C'est typique du faux problème, il faut passer par les portes comme dans une régate il faut passer par les bouées. Au niveau de l'égalité ça ne change absolument rien. Par contre ça change la physionomie de la course et c'est vrai que quelques-uns pourraient prétendre avoir typé leurs bateaux pour des vents plus forts que ceux qu'ils vont avoir dans l'Indien et le Pacifique mais pendant la course elle-même ça ne fausse rien du tout.

Les records de vitesse sont-ils uniquement liés à l'optimisation des bateaux?

Les bateaux sont toujours meilleurs c'est sûr mais il y a aussi les équipages qu'il faut regarder. Les skippers sont de plus en plus entraînés, ils ont fait des choix de voile très pertinents et ils ont travaillé très dur. J'ai pu le constater à Port-la- Forêt, le niveau des coureurs a énormément monté. La preuve, quatre des cinq premiers sont issue de Port-la-Forêt (seul Alex Thomson ne s'y entraîne pas). Quand on voit François et Armel, ils ont fait très peu d'erreurs. Ils ont eu quelques différences d'appréciation notamment dans l'anticyclone de l'Atlantique sud où François, comme Jean-Pierre, a fait un détour mais ce sont des différences faibles puisqu'on a vu à la fin que les écarts restaient sensiblement les mêmes. En plus ils pilotent remarquablement bien. Les bateaux vont vite et très longtemps.

Qui a réalisé la meilleure trajectoire depuis le début selon vous?

Personne n'a réalisé un sans-faute. En même temps, pour ne pas faire de faute, il faut être mort. Ils ont tous fait des belles routes avec chacun à un moment ou à un autre des inspirations meilleures que les autres. Bien qu'il soit un peu décroché, Jean-Pierre Dick a fait des trajectoires très propres. Il y a très peu d'erreurs de stratégie. Dans la descente de l'Atlantique, Armel a pris un risque énorme en laissant les deux autres (Gabart et Dick) contourner l'anticyclone. Sur ce coup il a été très joueur, il a perdu un peu mais il s'en est quand même bien sorti. Il lui a sûrement fallu beaucoup de talent et beaucoup d'énergie pour éviter une plus grosse hémorragie. Au contraire, son passage des portes de l'océan Indien a été remarquable. Chacun a ses éclats de talents.

Qui sont, selon vous, les skippers qui s'adaptent le mieux aux changements de conditions?

Ceux qui sont entraînés tout simplement. Être entraîné c'est savoir s'adapter aux conditions changeantes. Et ceux qui le sont, on les voit devant. Armel est extrêmement adroit dans les vents changeants, il l'a montré sur le parcours Figaro. Il a beaucoup de talent pour juger rapidement des petits écarts à faire et donc il joue sur cette force. François lui, est plutôt dans l'analyse à plus long terme. Chacun joue sur sa personnalité mais ça reste toujours très bien géré.

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.