Alessandro Di Benedetto : « Le Vendée Globe est une aventure grandiose »

Lundi 17 décembre 2012 à 12h26

INTERVIEW. Dernier du classement, Alessandro Di Benedetto ne se focalise pas sur son rang. Il préfère savourer les moments qu'il vit et surtout les faire partager.

©La Chaîne Météo
INTERVIEW. Dernier du classement, Alessandro Di Benedetto ne se focalise pas sur son rang. Il préfère savourer les moments qu'il vit et surtout les faire partager.

FIGARO. - Comment jugez-vous votre première partie de tour du monde?

Alessandro DI BENEDETTO. - Tout va très bien. Je suis déjà très content d'avoir passé le cap de Bonne-Espérance la semaine dernière, j'ai même débouché le champagne. J'ai senti l'odeur de la terre africaine, c'était très agréable. Sinon, le bateau va bien, c'est vraiment l'essentiel. C'est déjà une grande réussite d'arriver à cet endroit de la course avec un bateau en bon état. Bien sûr, il y a toujours quelques bricoles à faire comme réparer des taquets qui se sont arrachés mais ça, c'est la routine. En tout cas, je vois l'océan Indien d'un nouvel oeil. Quand j'étais venu avec mon voilier de 6,50 mètres, j'étais en survie, là, je prends du plaisir.

Certaines personnes disent que vous ne faites pas la même course que les autres...

Ils ont raison, ce ne sont pas les mêmes bateaux. Le mien a quatorze ans, ceux de devant en ont à peine deux. Mais je ne pense pas que ce soit un problème. Il n'y a pas de honte à avoir un bateau moins rapide. Le Vendée Globe, c'est une course d'endurance et ce ne sont pas forcément les meilleurs bateaux qui arrivent au bout. Actuellement je ne me sens pas dernier mais 13e, car nous étions 20 au départ. C'est aussi le charme du Vendée Globe d'avoir des skippers différents avec un palmarès et des voiliers différents. Certains ont des budgets de 3 ou 4 millions d'euros et moi à peine d'un, je suis encore là et j'en suis fier.

Êtes-vous conscient d'attirer particulièrement la sympathie?

Mes sponsors me le disent, les journalistes me le disent aussi, ça me fait très plaisir. Il y a de plus en plus de moyens de communication et je trouve ça génial, ça me permet de partager. J'essaie de transmettre le plus possible au public. Par exemple, j'ai mon potager à bord, j'ai une salade prête pour demain et une pour ce midi, je le montre en faisant des vidéos.

Thomas Coville disait que beaucoup de skippers changeaient de personnalité lorsqu'ils étaient en mer mais que vous, vous restiez le même. Êtes-vous d'accord?

J'essaie de rester moi-même. Il n'y a rien d'artificiel là-dedans. Lorsque je partage des moments, je les donne bruts. Le Vendée Globe est une aventure grandiose. On est tellement peu à pouvoir vivre ces moments-là qu'on n'a pas le droit de mentir. Nous sommes moins à avoir fait ce tour du monde par les trois caps que le nombre de personnes à être allées dans l'espace. Le «Globe», c'est une beauté mais aussi une hostilité extrême, on se doit donc d'être franc avec soi-même mais aussi vis-à-vis du public.

Vous prenez manifestement un intense plaisir...

Sur le Vendée Globe, le paysage change en continu, chaque minute, un décor différent apparaît et je prends beaucoup de photos et de vidéos pour le montrer aux gens à terre. Il faut faire partager parce qu'on a la chance d'être là. Par exemple, il y a dans la mer des planctons appelés Noctiluca miliaris qui s'illuminent au passage du bateau. Lorsque la nuit tombe, avec les étoiles, on a l'impression de naviguer sur la Voie lactée, c'est merveilleux.

Noël approche, qu'allez-vous faire pour ce moment particulier?

Ce sera quelque chose de très simple. J'ai des chocolats, je me ferai un bon repas et j'ouvrirai une autre bouteille de champagne...

L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.