Vendredi 14 décembre

Par Figaro nautisme
Vendredi 14 décembre 2012 à 12h01

Les deux leaders de la flotte ont fait un sacré coup hier en s’échappant du peloton. Près de 300 milles séparent ce vendredi midi le 1er du 3e concurrent.

Les deux leaders de la flotte ont fait un sacré coup hier en s’échappant du peloton. Près de 300 milles séparent ce vendredi midi le 1er du 3e concurrent.

L’état de la flotte


François Gabart (Macif) et Armel Le Cleac’h (Banque Populaire) naviguent en tête ce midi avec une vingtaine de milles d’écart et une vingtaine de noeuds de vitesse. « Ce sont deux profils de compétiteurs sur des machines similaires, spécialement conçues pour cette édition du Vendée Globe, analyse le champion en titre de course au large, Morgan Lagravière. Le bateau de François est juste un peu plus léger, celui d’Armel un peu plus solide, en fonction des choix des skippers. » Morgan Lagravière ajoute : « Cela ne doit pas être facile au niveau mental de se dire que même s’ils sont en tête aujourd’hui, rien n’est joué : la course est loin d’être finie. » En troisième position, Jean-Pierre Dick (Virbac-Paprec) a de quoi enrager après avoir perdu 200 milles en 24 heures : « Ce passage à niveau m’inspire un drôle de sentiment, explique-t-il. Hier, j’étais en colère. Tu loupes le train à quelques milles près. Tu trouves cela injuste car tu navigues bien depuis le départ. Je ne fais pas d’erreur stratégique, je subis la météo. Aujourd’hui, je relativise. La pression est légèrement retombée car tu n’es plus à la bagarre bord à bord. Tu te recentres sur toi et sur ton bateau. Tu récupères de l’énergie », souligne calmement le skipper niçois qui a déjà prouvé qu’il savait très bien remonter au classement après des aléas comme celui-ci. Il en profite d’ailleurs pour entretenir son bateau et réparer « les petites bidouilles » afin d’être paré pour la deuxième moitié de course.
Pour Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat) et Alex Thomson (Hugo Boss), l’addition est encore plus salée. La dorsale leur a littéralement barré la route. « Ils ont choisi de monter au nord », observe Eric Mas, directeur de l’information météo chez Météo Consult – La Chaîne Météo. « La mer y était plus confortable mais cette stratégie est plus risquée avec des bordures d’anticyclone à négocier » Hugo Boss négocie en ce moment sa descente vers la porte Australie Ouest.
Le trio des tontons flingueurs a affronté une situation également très corsée. Jean Le Cam est ce midi à 1300 milles du leader, Mike Golding à 1430 NM et Domique Wavre à un peu plus de 1600 NM de François Gabart.

 

Notre analyse météo

Les écarts se sont creusés entre les 5 navigateurs en tête de la course. Les deux leaders Gabart et La Cléach bénéficient de la meilleure configuration météo sous l’influence d’un flux de sud-ouest d’une vingtaine de nœuds. Après avoir franchi aisément la porte ouest Australie, ils continuer de progresser vers l’est avec des vitesses proches de 20 nœuds, en dépit d’une mer désordonnée. J.P Dick situé plus à l’ouest voit le flux de sud-ouest nettement faiblir, rattrapé progressivement par une dorsale. Il peine donc à rejoindre la porte ouest Australie et risque bien de se faire engluer dans la molle anticyclonique. Quant à Stamm et Thomson qui ont choisi de prendre une route nord pour éviter la dorsale et retrouver de l’air, ils ont nettement rallongé leur route et se trouvent maintenant à 500 milles des 2 leaders.

Pour le reste de la flotte, le groupe des trois emmené par La Cam, Golding et Wavre se situent dans le sillage d’une dépression tropicale nommée Claudia et naviguent au près dans des vents de sud instables et une mer difficile. Plus à l’ouest, le restant de la troupe est sous l’influence des vents d’ouest à sud-ouest en marge de dépressions circulant au niveau des 50ème rugissants. Il leur faut négocier le passage de fronts et des conditions de mer parfois difficiles. Ils progressent à une allure variant entre 10 et 15 nœuds.

Au cours des prochains jours, Gabart et La Cleach devraient garder, voire conforter leur avance puisqu’ils vont rester sous l’influence des vents portants de sud-ouest entre 20 à 25 nœuds pour se diriger vers la porte Australie Est. Les vents prendront tout de même un peu de droite pour s’orienter ouest dans la journée de dimanche. Ils devront alors faire quelques empannages avant de franchir la seconde porte Australie dans la journée de lundi.

Pour J.P Dick, les conditions météo s’annoncent nettement plus difficiles puisqu’il ne pourra échapper au passage d’une dorsale entre vendredi et samedi avec des vents faibles et même un risque de pétole pendant quelques heures. Il devra donc patienter avec de retrouver de l’air en marge sud de l’ex dépression tropicale Claudia. Les vents s’orienteront au sud-est, ce qui nécessitera une navigation au près pour se diriger vers la porte Australie Est.

 

Nos pronostics

 

Dans un contexte météo très différent des deux leaders, les milles de retard risquent fort de s’accumuler. Stamm et Thomson (Hugo Boss) pourraient d’ailleurs profiter de cette situation météo, difficile pour Dick, pour rattraper leur retard (comme le montre nos cartes de trajectoires ci dessous). Sous l’influence directe de la dépression Claudia, ils profiteront à l’avant de la dépression d’un flux d’ouest à nord-ouest modéré puis d’un flux d’est soutenu lorsqu’ils passeront dans le sud de la dépression. Ils devraient retrouver de bonnes vitesses de navigation et pourraient rattraper J.P Dick dès dimanche. Les grains orageux accompagnés de vents très instables pourraient toutefois être un handicap sérieux et les jeux sont loin d’être faits. Verdict lundi prochain…

 

L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Guillaume Fourrier
Guillaume Fourrier
Guillaume Fourrier est un vrai passionné de la mer. Il pratique la pêche en mer depuis l'âge de 13 ans et a aujourd'hui à son actif près de 20 records de France, d'Europe et du Monde pour la prise de gros spécimens. Originaire de Boulogne-sur-Mer, il a sillonné les eaux de la façade Atlantique mais également celles de la Méditerranée. Il a également trempé ses lignes sur des contrées exotiques comme la Nouvelle-Calédonie, où il séjourna plusieurs mois à la recherche de gros poissons du lagon. Il pêche aujourd'hui en Normandie, son nouveau port d'attache.