Bruno Troublé : « Restaurer la règle du combat pacifique entre les nations »

Vendredi 14 décembre 2012 à 11h45

Alors que la 34e America’s Cup se profile à l’horizon, Bruno Troublé, organisateur de la Louis Vuitton Cup a livré au Figaro Nautisme son regard sur la légendaire compétition.

Alors que la 34e America’s Cup se profile à l’horizon, Bruno Troublé, organisateur de la Louis Vuitton Cup a livré au Figaro Nautisme son regard sur la légendaire compétition.

Louis Vuitton s’apprête à célébrer ses 30 ans d’association avec l’America’s Cup…
C’est la plus longue association de l’histoire d’une marque commerciale avec un événement international. C’est un partenariat formidable, d’autant plus que la société Louis Vuitton est née trois ans après l’America’s Cup. On a découvert également que Cornelius Vanderbilt, qui a participé à l’America’s Cup, était un client de Louis Vuitton. On a retrouvé une malle chez lui, commandée en 1893.


Quel regard portez-vous sur cette 34e édition de l’America’s Cup ?
Je suis déçu qu’il n’y ait que trois bateaux sur la Louis Vuitton Cup. Il manque des bateaux « exotiques » qui ne venaient pas pour gagner mais pour participer. En 2007, il était possible d’y participer avec un budget de 5-6 M€, alors que cette fois, les budgets oscillent entre 50 et plus de 100 M€ pour les plus gros. L’America’s Cup est devenue inaccessible aux petits teams. C’est dommage qu’il n’y ait pas d’équipes française, espagnole ou asiatique. Les retombées médiatiques seront moins importantes au niveau mondial. Heureusement que depuis quelques mois, certains marins très connus tels que Loïck Peyron, Ben Ainslie ou Iker Martinez ont intégré de grandes équipes. Cela engendra une couverture très correcte en France, en Angleterre et en Espagne. Côté sportif, la compétition s’annonce spectaculaire. Artemis a pris le parti de naviguer sans foils. Personne ne sait encore ce qui sera le plus efficace.


Que pensez-vous des AC 72, dangereux ou spectaculaires ?
Les AC 72 sont des bateaux déments qui marquent un virage très important dans l’histoire de l’America’s Cup. Aujourd’hui, l’événement bénéficie d’une couverture médiatique séduisante, plus importante que lorsqu’elle se courrait en monocoque. C’est grâce à l’apparition de ce genre de bateau que la voile est un sport qui marche en télévision. Par contre, c’est un changement qui n’a pas été facile à digérer pour les équipes. Je pense que la 35e édition sera beaucoup mieux, avec des bateaux plus petits et moins chers. D’un point de vue sportif, ce sont des bateaux très tangents qui peuvent devenir dangereux au dessus de 25 nœuds. Il aurait fallu faire des ailes plus petites, surtout que le plan d’eau de San Francisco n’est pas des plus faciles. Cela sera sûrement spectaculaire, et peut être dangereux, on verra.


Et de l’absence d’un team français sur la 34e édition ?
C’est dommage que la France ne soit pas présente. Il y a eu un bateau français sur l’America’s Cup de 1970 à 2007. Surtout que le multicoque est un bateau très français. L’avantage technologique sera moins évident si la 35e édition se courre toujours en multicoque car les autres équipes progressent vite.


Loick et Bruno Peyron, mais également Franck Cammas ont annoncé leur volonté d’être présents sur la 35e édition. Pensez-vous qu’il y ait de la place pour deux défis français ?
Je ne pense pas sauf si l’America’s Cup se courre à bord d’AC 45. Et je pense qu’il faut que les bateaux soient plus grands que ça. Mais pourquoi pas si la crise se tasse et qu’ils arrivent tous à trouver le budget nécessaire.


Comment s’annonce selon vous la 35e édition ?
Il est trop tôt pour en parler. Tout dépendra de qui gagnera la 34e. Les Italiens et les Neo-Zélandais penchent pour un retour au monocoque, alors qu’Oracle et Artemis veulent continuer en multicoque. Il faudrait réduire les budgets à 7-8 M€ par an pour qu’il y ait plus de concurrents. Ce qui est sûr, c’est que si les Neo-Zélandais gagnent, ils restaureront la règle du combat pacifique entre les nations, qui a fait la gloire de l’America’s Cup. Quand les Américains sont venus challenger la toute puissante Angleterre en 1851 et qu’ils ont gagné la Coupe, ça a fait émerger les Etats-Unis en tant que nation. L’histoire s’est répétée en 1983 quand l’Australie a mis fin à plus d’un siècle de domination américaine. Aujourd’hui, on a perdu cet esprit de nation. Il faudrait relancer cela, et que les bateaux qui portent le pavillon d’un pays aient au moins 70% de leur équipage du pays en question.
 

L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.