L'édition 2013 partira de Bordeaux et ira au Portugal

Par Figaro Nautisme
Jeudi 6 décembre 2012 à 19h00

Départ à Bordeaux, le week-end des 1er et 2 juin, arrivée à Dieppe le 22 ou 23 juin. La Solitaire du Figaro 2013 sera innovante et pointue.

Départ à Bordeaux, le week-end des 1er et 2 juin, arrivée à Dieppe le 22 ou 23 juin. La Solitaire du Figaro 2013 sera innovante et pointue.

La Solitaire du Figaro change d'ère en s’installant durablement au mois de juin et en prenant un départ inédit sur l’estuaire de la Gironde. Finie donc la Solitaire en août : en avançant sa date au mois de juin, Pen Duick, l'organisateur, espère notamment attirer de nouveaux sponsors qui veulent utiliser le sponsoring voile pour faire des relations publiques. Une opportunité que le créneau du mois d'août rendait impossible.

En 2013, le village de la course sera installé en plein cœur de Bordeaux, depuis le Pont de pierre jusqu’aux Miroirs d’eau, juste en face de l’ancienne halle aux vins (actuelle chambre de commerce). « Bordeaux est une ville prestigieuse avec un fort bassin de population, très dynamique au mois de juin », se réjouit Pierre Bojic, directeur général de Pen Duick, l'organisateur de la course. La Solitaire profitera du public de la Fête du fleuve: 250 000 personnes se sont massées sur les quais lors de la dernière édition de cette fête populaire. « Nous aurons sans doute la plus grosse fréquentation jamais enregistrée pour un départ !, se réjouit Pierre Bojic. Nous avons clairement un objectif de succès populaire pour la semaine avant le départ. »


Un départ fluvial
 

Un départ inédit qui occasionnera des conditons de course insolite sur les premiers milles. « Il n’est pas possible de sortir de l’estuaire de la Gironde en une seule fois en raison de la marée », explique Gilles Chiorri, directeur de course. Le départ se déroulera donc en deux temps avec d’abord une parade, le samedi, pour descendre le fleuve au départ de Bordeaux, à travers les vignes. « L’histoire du vin se déroulera sous nos yeux, précise Pierre Bojic. Et les partenaires pourront suivre les skippers jusqu’à l’estuaire. » Ce premier départ sera donné sur le quai des Chartrons.

Le départ officiel de la course sera donné le lendemain à Pauillac. Les skippers devront alors maîtriser un courant fort – de l’ordre de 4 à 6 nœuds -, des bancs de sable et un plan d’eau restreint entre les deux rives du fleuve, mais aussi le trafic maritime que les bateaux croiseront. « Nous verrons sans doute une flotte très serrée avec de multiples croisements », ajoute le directeur de course.

En fin d’après-midi, les figaristes croiseront le célèbre phare de Cordouan, signe de la sortie de l’estuaire. « C’est une bonne idée d’amener la course au Sud, nous qui sommes plus habitués à la Bretagne, commente le skipper Charlie Dalin. L’estuaire de la Gironde est intéressant avec des coins plus dangereux comme le Banc de la mauvaise (ndlr : au nord du phare de Cordouan). » Le figariste découvre avec intérêt le parcours de la Solitaire, lui qui cherche activement un partenaire pour prendre le départ de l’édition 2013.


La péninsule ibérique au menu

Patience encore pour connaître le nom de la première ville étape, inédite: elle ne sera dévoilée qu’au mois de janvier en raison d’échéances électorales sur place. Ce qui est certain, en revanche, c’est que cette première étape, vers le Portugal, sera longue et sportive. « Sur le papier, c’est la plus difficile », commente Gilles Chiorri, qui ajoute que "les skippers n’ont pas l’habitude de longer les côtes espagnoles d’Est en Ouest". Pour la descente le long de la péninsule ibérique, Pierre Bojic s’attend de son côté à une jolie bagarre. « Les étapes un peu plus longues, un peu plus hauturières que les deux éditions précédentes sont intéressantes, complète Charlie Dalin. Nous aurons sûrement une plus grande liberté de choix et une navigation avec des conditions de haute mer. » L’étape suivante sera une remontée difficile et technique vers le Golfe de Gascogne avec une arrivée espagnole dans une ville déjà fréquentée par les skippers de la Solitaire. Là encore, l’identité de cette ville est tenue secrète jusqu’en janvier 2013.


Retour vers la Bretagne
 

« Pour la 3e, vers la Bretagne, ce sera plus classique avec des passages de bouées spectaculaires de long de la côte Atlantique », précise Pierre Bojic. Le chenal du Four et ses bascules de marée sera un juge de paix pour les concurrents, il précèdera une navigation côtière subtile jusqu’à l’île de Batz, entre les courants et les cailloux. « Ce sera difficile, surtout avec la fatigue de fin d’étape, explique Gilles Chiorri. Les machines seront mises à mal avec un risque d’échouage. » Le nouveau port de plaisance de Roscoff sera donc le bienvenu pour procurer un peu de repos aux concurrents. Nicolas Troussel, skipper de Bretagne-Crédit Mutuel, se réjouit de l’arrivée de cette nouvelle structure. « Il manquait à la baie de Morlaix un port de plaisance digne de ce nom », a-t-il commenté. Le nouveau port de Roscoff a testé ses capacités d’accueil avec l’étape du Tour de France 2012.
 

Saluer les anglais et passer la ligne d’arrivée
 

Place enfin à l’étape finale au départ de Roscoff et à destination de Dieppe. « Nous proposons aux skippers une traversée de la Manche et une navigation côtière le long de l’Angleterre, détaille Gilles Chiorri. Il va falloir gérer les phénomènes de renverses considérables, toutes les 6 heures, sachant qu’il y a un très grand décalage entre la terre et le large. » Les concurrents vont ensuite retraverser la Manche avec un passage de Bouée à Antifer. Ainsi, si le parcours 2013 ne contient pas d’escale anglo-saxonne, cette dernière étape proposera tout de même une portion anglaise. « Nous allons saluer nos amis d’outre-manche, surtout que nous pressentons un fort contingent anglophone avec 1 ou 2 skippers irlandais et 3 à 6 Anglais », précise Gilles Chiorri. Et en 2014, c’est promis, la Solitaire s’arrêtera dans une ville britannique ou irlandaise.

Enfin, l’arrivée sera jugée à Dieppe, pour la troisième fois l’histoire de la Solitaire. « Nous avons cherché à proposer un parcours équilibré en terme de distance, il nous semblait donc logique de remonter vers le Nord de la France, explique le directeur général de Pen Duick. Comme cette étape est classique, nous maîtrisons bien les ETA, les heures estimées d’arrivées. » Le vainqueur de cette Solitaire 2013 sera célébré sur le quai Henri IV de Dieppe.

 

L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Guillaume Fourrier
Guillaume Fourrier
Guillaume Fourrier est un vrai passionné de la mer. Il pratique la pêche en mer depuis l'âge de 13 ans et a aujourd'hui à son actif près de 20 records de France, d'Europe et du Monde pour la prise de gros spécimens. Originaire de Boulogne-sur-Mer, il a sillonné les eaux de la façade Atlantique mais également celles de la Méditerranée. Il a également trempé ses lignes sur des contrées exotiques comme la Nouvelle-Calédonie, où il séjourna plusieurs mois à la recherche de gros poissons du lagon. Il pêche aujourd'hui en Normandie, son nouveau port d'attache.