Qui sortira gagnant du bras de fer ?

Mercredi 28 novembre 2012 à 18h53

Il faudra attendre plus ou moins 48 heures pour connaître le ou les gagnants des deux options stratégiques différentes adoptées en tête de la course.

Il faudra attendre plus ou moins 48 heures pour connaître le ou les gagnants des deux options stratégiques différentes adoptées en tête de la course.

Les supputations vont bon train sur la meilleure route à suivre pour rejoindre l’Océan Indien. Combien de milles concédera Armel le Cléac’h (Banque-Populaire) sur la route directe et aux prises mercredi avec des vents instables dans l’anticyclone de Sainte-Hélène ? Sa couronne va-t-elle vaciller ? François Gabart (Macif) et surtout Jean-Pierre Dick (Virbac-Paprec) décalés très à l’ouest pour contourner la dorsale par le sud, vont-ils combler leur retard ? Une chose est certaine : le trio Le Cam (SynerCiel), Golding (Gamesa), Wavre (Mirabaud) a d’ores et déjà récupéré une grande partie de son retard sur le quinté de tête, et se sent même quelques appétits pour essayer de dévorer Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat) et Alex Thomson (Hugo Boss). Entre Jean-Pierre Dick et François Gabart, difficile de savoir qui est le mieux placé dans la descente vers le sud. En attendant, Gabart pointe à 256 milles du leader, et Dick qui a gagné 43 milles en seulement une demi-journée, a réduit à 295 milles l’écart qui le sépare de Le Cléac’h (classement de mercredi à 16 heures) grâce à un flux soutenu de secteur nord.
Derrière, pour le petit peloton des poursuivants, tout va pour le mieux. Javier Sanso (Acciona 100%EcoPowered), Tanguy de Lamotte (Initiatives-cœur), Arnaud Boissières (Akéna Vérandas) et Bertrand de Broc (Votre Nom autour du Monde avec EDM Projets), poussent leur machine et alignent les milles comme qui rigole.

 

Une partie de poker menteur...

 

C’est une tradition dans le milieu de la course au large. Quand les conditions météo sont aléatoires, les skippers entament une partie de poker menteur. Une véritable guerre psychologique. Cela va des déclarations péremptoires aux commentaires lénifiants. Entre certitudes délivrées par certains, et informations soigneusement distillées pour laisser entendre que tout se déroule à merveille par d’autres, l'intox va bon train en tête de la flotte. Première règle : se montrer sûr de son fait. C’est Jean Le Cam (SynerCiel) qui déclare tout à trac que le leader actuel, Armel Le Cléac’h (Banque Populaire), va droit dans le mur et ne se relèvera pas tout de suite de son enfermement stratégique. Deuxième ligne de conduite : ne jamais dévoiler ses faiblesses. D’autres encore ne peuvent être joints à la vacation quand une partie cruciale est en train de se jouer. Dans cette partie où les joueurs oscillent entre conviction profonde, réelle fatigue pour certains, et tranquillité assumée pour d’autres, difficile de démêler le vrai du faux. Seule l’évolution des classements, dans sa froide objectivité, permet de se faire une opinion. Dans cette guerre des nerfs, savoir négocier au mieux les zones de vents faibles est primordial. Les solitaires acceptent de passer du temps sur le pont, réglant sans relâche, surveillant régulièrement les appendices de peur qu’une algue ou un sac plastique ne viennent perturber l’équilibre hydrodynamique du bateau. Allez, on en saura plus d’ici quarante-huit heures....

 

LES VOIX DU LARGE

 

Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat) : « Ça va ça vient au niveau des allures mais c’est plutôt mieux que prévu. Ciel bleu, avec quelques nuages, la mer est belle et calme. Il y a peu de vent, je marche à 8-9 nœuds sous spi. J’essaie de me tenir sur un petit front en dessous de nous, au nord de ce machin-là pour garder du vent autant que je peux. Je n’ai pas choisi au début donc après, c’est quand même pas mal différent devant. Là, j’ai tenté de trouver un passage, il y a l’air d’avoir un tout petit peu de vent au nord du front, c’est plutôt pas mal. Mais si j’avais voulu choisir une route, ça n’aurait pas été celle là. Ça a bien démarré donc il ne faut pas perdre le fil ».

 


Armel Le Cléac’h (Banque Populaire) : » J’ai eu 3-4 heures un peu difficiles dans la dorsale, c’était un petit peu mou mais là on a retrouvé du vent depuis que je suis passé de l’autre côté de la dorsale. On peut faire route vers le sud mais les dés sont jetés. Tout le monde a pris ses options et on verra les résultats dans 48h. Je sais que Jean-Pierre va aller vite, donc ça va être à moi d’avancer devant. On verra. Pour l’instant, je suis plutôt concentré sur le fait de retrouver du vent. Il y a eu pas mal de changements de voiles cette nuit. J’ai moins de vent que ce que je pensais ».

 

Mike Golding (Gamesa) : « La pression est désormais constante, et nous contournons la zone de haute pression en attendant le bon moment et les bonnes conditions, qui sont justement en train d’arriver. Au final, tout s’est plutôt bien passé, comme on le souhaitait. Dans les prochains jours, Banque Populaire et Hugo Boss vont perdre pas mal de leur avance sur nous et je pense que Virbac-Paprec 3 va perdre un peu de terrain également. C’est une bonne nouvelle, car nous aurons tous des conditions météorologiques similaires, nous ne serons plus derrière. Les prévisions météo que nous recevons ont l’air fiable. Jean Le Cam s’est très bien débrouillé, encore mieux que moi, mais nous allons pouvoir nous rapprocher un peu. On n’est pas si loin l’un de l’autre, j’ai même été devant à un moment, mais ça va aller. J’ai des petits soucis de bloqueur de grand-voile et ça me rend assez nerveux. Mais je vais faire ce qu’il faut pour réparer ça. Quand je suis sous génois ou gennaker, ça ne me pose pas plus de problème que ça, mais je ne veux pas avoir à me faire du souci quand je serai sous spi ».

 

Arnaud Boissières (Akéna Vérandas) : « Ça va super bien. Il y a du vent favorable et là il recule un peu comme c’était prévu. Cette nuit, ça a été un peu chaud, il y avait pas mal de grain. Le meilleur coup stratégique qui a été fait, c’est la bande des trois qui a rattrapé le paquet de tête. Quant à nous, on va faire une belle cuillère, un empannage, et on va être beaucoup moins ralentis que les premiers. Sans parler de coup stratégique, on va bien revenir sur les autres et je pense que c’est une bonne chose à l’entrée des mers du sud C’est clair que c’est plutôt agréable. C’est beaucoup moins compliqué pour nous. Il faut juste glisser, ça va vite et c’est agréable avec ces bateaux ».

 

Dominique Wavre (Mirabaud) : « Ça se passe extrêmement bien. Le fait de bien contourner la dorsale pas l’ouest, c’est super agréable. On prépare les transitions en se disant qu’il y a du mauvais temps qui arrive. Tu vérifies si tout va bien dans le bateau. Mais tu prépares ça avec plaisir car c’est vrai que les conditions sont un petit peu trop plates pour l’instant. Là, avoir une belle bagarre avec Golding et Le Cam et revenir sur ceux de devant, c’est vraiment génial et super agréable ».

 

Jean Le Cam (SynerCiel) : « Là, je dois avoir la plus forte progression. C’est pas mal, depuis ce week-end, on a fait du boulot. Je suis placé tout comme il faut. Banque Populaire va dans le mur, il avance à 4 nœuds. Lui il fait tout au près, nous on fait tout au portant. Il va y avoir une bascule franche avec une belle dépression qui arrive et qui ne vient pas du nord ! On se prépare à d’autres températures et d’autres horizons nouveaux. Ça va faire du bien les mers du sud. C’est sûr qu’on ne va pas être sous le soleil à bronzer. Là, on en aura vraiment plein le cul dans la troisième semaine des quarantièmes ».

 


CLASSEMENT

Positions du 28/11 à 16 heures : 1.Armel Le Cléac´h (Banque Populaire) à 19 327 milles de la ligne d’arrivée; 2.Alex Thomson (Hugo Boss) à 154,5 m; 3.Bernard Stamm (Cheminées-Poujoulat) à 208,1 m; 4.François Gabart (Macif) à 256 milles du leader; 5.Jean-Pierre Dick (Virbac Paprec) à 295,6 m; 6.Jean Le Cam (SynerCiel) à 369,5 m; 7.Mike Golding (Gamesa) à 375,1 m; 8.Dominique Wavre (Mirabaud) à 460,2 m; 9.Javier Sanso (Acciona 100% EcoPowered) à 671,9 m; 10.Tanguy de Lamotte (Initiatives-coeur) à 782,1 m; 11.Arnaud Boissières (Akéna Vérandas) à 814,3 m; 12.Bertrand De Broc (Votre Nom Autour du Monde avec EDM Projets) à 937,5 m; 13.Alessandro Di Benedetto (Team Plastique) à 1 221,3 m. Abandons : Marc Guillemot (Safran); Kito de Pavant (Groupe Bel); Samantha Davies (Savéol); Louis Burton (Bureau Vallée); Jérémie Beyou (Maître CoQ); Zbigniew Gutkowski (Energa); Vincent Riou (PRB).
 

L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.