Interrogations sur les quilles

Par Figaro nautisme
Mardi 27 novembre 2012 à 11h09

Marc Guillemot et Jérémie Beyou, deux des skippers du Vendée Globe, ont dû quitter prématurément la course en raison de soucis de quilles. Le choix de cet appendice est une féroce bagarre entre le prix, la fiabilité et la performance.

Marc Guillemot et Jérémie Beyou, deux des skippers du Vendée Globe, ont dû quitter prématurément la course en raison de soucis de quilles. Le choix de cet appendice est une féroce bagarre entre le prix, la fiabilité et la performance.

Michel Desjoyeaux maîtrise le sujet sur le bout des doigts. « Quand on construit un bateau, on fait une chaîne d'efforts et on situe le maillon le plus faible. Ce n'est pas un fusible, on ne souhaite pas le voir casser, mais c'est l'élément qui sera le moins endommageable pour le bateau en cas de casse. Sur Maître Coq, ex-Foncia, c'était le vérin de quille », explique le double vainqueur du Vendée Globe. Il précise tout de même que ce vérin - qui permet de basculer la quille en latéral de façon à augmenter son efficacité – avait été assez solide pour faire un tour du monde victorieux. Et le Professeur en sait quelque chose puisqu'il était lui-même aux commandes du voilier pour le Vendée Globe 2008-2009.

Fiable mais compétitif

Toutefois cette théorie de la chaîne d'efforts n'est pas forcément évidente à comprendre, à en juger par les réactions à chaud sur les pontons. « Quand j'entends que le coefficient 4 en terme de sécurité n'était pas suffisant et qu'il aurait fallu un coefficient 10 pour ce vérin de quille, je dis que c'est du grand n'importe quoi, s'insurge Michel Desjoyeaux. On ne peut pas dire – « si cette pièce casse, je vais la reconstruire en plus costaud » - car alors il faudrait tout refaire plus costaud et le bateau n'avancerait plus. » De son côté, Jérémie Beyou propose la création de doubles vérins pour les quilles. Le skipper de Maître Coq souhaite aussi l'interdiction des quilles en titane pour les concurrents du Vendée Globe. « Si elles cassent, explique-t-il, c'est une catastrophe pour celui qui était aux commandes et s'il finit la course, ça aura quand même creusé un énorme gouffre financier. » Marc Guillemot, qui a dû abandonner au bout de 4 heures et 30 minutes de course en raison d'une avarie de quille, avait cet équipement, totalement inédit sur ce type de bateau. Le titane est utilisé en aéronautique (trains d'atterrissage ou carters de moteurs), il est plus léger et résistant que l'acier mais il est également très onéreux.

L'art du compromis

« Il n'y a pas de solution miracle pour choisir une quille, observe Michel Desjoyeaux, on se bagarre entre le prix, la fiabilité et la performance. » Le cabinet d’innovation du double vainqueur du Vendée Globe, Mer Forte, a travaillé pour deux bateaux du Vendée Globe: Savéol (Samantha Davies) et Macif (François Gabart). « Pour Samantha Davies nous lui avons dit que ce serait de l'acier massif et rien d'autre, se rappelle Michel Desjoyeaux. Elle n'avait pas d'argent pour une quille en carbone, celle en acier massif nous semblait donc la plus fiable. » La quille en mécano soudée est plus légère que l'acier plein et assez fine mais la soudure des différentes tôles est très délicate. « Dans le paysage industriel lambda, la soudure est deux fois moins solide que la tôle pleine, détaille Michel Desjoyeaux. Mais si un soin particulier est apporté à la soudure, on peut monter jusqu'à une soudure solide à 75/80%. » Ainsi pour Macif, la quille en mécano soudée a été réalisée par une société spécialisée de Quimperlé, avec un soudeur et un expert en soudure. Cette pièce demande ensuite un entretien très soigneux car la soudure cuit le métal et le rend plus oxydable. « En mer, les quilles évoluent dans un milieu salin et riche en oxygène car proche de la surface, relève le double vainqueur du Vendée Globe. Cela abîme les cordons de soudure et en plus l'acier a tendance à rouiller. » Ces quilles sont protégées par de la peinture, du sablage...

Cette semaine : les mers du sud

Michel Desjoyeaux sourit quand il entend que les mers du sud seraient encore plus dangereuses pour les quilles. « Ce n'est pas forcément le parcours le plus sollicitant pour ces pièces du bateau, précise-t-il. J'aurais plutôt tendance à me méfier du plateau continental qu'on retrouve au golfe de Gascogne ou aux îles Kerguelen: les vagues y sont plus courtes et creuses, plus cassantes. » Il assure que tout dépend de la façon dont le skipper se sert de son voilier. « Pour ménager sa quille, il faut savoir aller vite, explique le Professeur. C'est comme un coureur de rallye, il doit parfois accélérer pour passer directement derrière la bosse plutôt que de se heurter à celle-ci à plus petite vitesse ». Armel Le Cleac’h, le leader, avance à un peu plus de 12 nœuds en direction de la porte d’entrée vers les mers du sud.

 

L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Guillaume Fourrier
Guillaume Fourrier
Guillaume Fourrier est un vrai passionné de la mer. Il pratique la pêche en mer depuis l'âge de 13 ans et a aujourd'hui à son actif près de 20 records de France, d'Europe et du Monde pour la prise de gros spécimens. Originaire de Boulogne-sur-Mer, il a sillonné les eaux de la façade Atlantique mais également celles de la Méditerranée. Il a également trempé ses lignes sur des contrées exotiques comme la Nouvelle-Calédonie, où il séjourna plusieurs mois à la recherche de gros poissons du lagon. Il pêche aujourd'hui en Normandie, son nouveau port d'attache.