16e jour de course

Lundi 26 novembre 2012 à 12h13

L’anticyclone de Sainte-Hélène a obligé les concurrents à descendre jusqu’à Rio le long des côtes du Brésil.

L’anticyclone de Sainte-Hélène a obligé les concurrents à descendre jusqu’à Rio le long des côtes du Brésil.

L’état de la flotte

 

En deux semaines, la flotte est passée de 20 à 13 concurrents, avec l’abandon de Vincent Riou sur avarie ce dimanche. Le peloton de tête est toujours mené par Armel Le Cleac’h avec une avance qui se réduit. "On subit l'anticyclone, pas très stable au niveau du vent", explique le skipper de Banque Populaire à la vacation de ce lundi midi. Le dauphin d'Armel Le Cleac'h, François Gabart (Macif) n’est plus qu’à 27 milles au classement de midi. Il mène son voilier, tambour battant, pourchassé par un Jean-Pierre Dick en pleine forme. Virbac-Paprec a bousculé le podium ce week-end en grimpant sur la deuxième marche, lors du classement de 5 heures, dimanche. Il a choisi ce lundi une stratégie assez risquée en se décalant vers l’Ouest, espérant toucher la dépression devant François Gabart pour recoller Armel Le Cleac’h. Le peloton de tête se termine par Alex Thomson (Hugo Boss) et Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat), deux skippers bien décidés à faire entendre leur voix sur ce Vendée Globe.
Plus à l’Ouest, on retrouve les inséparables Mike Golding, Jean Le Cam et Dominique Wavre. « Je ne sais pas exactement ce que Jean Le Cam a fait, observait Mike Golding dans son message de la nuit, mais ce qui est clair c’est que je n’arrive pas à aller aussi vite que lui. J’ai l’impression qu’il a hissé son code zéro et qu’il cherche à partir au sud le plus vite possible, mais je ne suis pas sûr. » Jean Le Cam est actuellement à 383 milles nautiques du leader, Armel Le Cleac’h. «  Là j’arrive sur les îles de Trindade. Encore un peu de géographie après Pendos de San Pedro ! expliquait ce lundi matin le skipper de Synerciel à son équipe. J’ai prévu de les contourner par le Sud alors que Mike sera obligé de passer au Nord et de négocier une bulle (ndlr : zone sans vent). Alors même si je suis toujours 7e au classement théorique, je suis à mon avis mieux classé que cela. » Mike Golding est à 358 milles nautiques du leader.

Cette semaine est cruciale pour les skippers qui vont entrer dans les mers du sud.
« La vie à bord va changer, témoigne Sébastien Josse, skipper de Mod70 et ancien du Vendée Globe. En quatre jours, les concurrents vont aller d’une mer à peu près plate à 3 ou 4 mètres de houle avec 25/30 nœuds de vent. » Les voiliers passent en 10 minutes du mode très peu de vent à une configuration de vent fort, mais pour les skippers ce sera plus physique. « Ils vont passer de 25°C à 10/15 degrés avec un plafond nuageux très bas, finis les T-shirts, place aux cirés et aux cagoules. »

 

Notre analyse météo


Pour la tête de flotte, l’axe de la dorsale sépare les vents de NE des vents de NW, ces derniers étant aussi liés au régime faiblement perturbé qui « grenouille » entre cet axe et les côtes brésiliennes. Des deux côtés les vents sont instables et plutôt faibles, en tout cas rarement supérieurs à 15 nœuds quand ils sont de NE, rarement supérieurs à 10 nœuds quand ils sont de NW. Evidemment, en un premier temps il vaut mieux naviguer avec le NE qui offre un angle optimale pour aller aussi vite que possible sur une route aussi directe que possible. De l’autre côté, c’est beaucoup plus ingrat. Le vent est plus faible et plus variable en direction. C’est donc forcément une option perdante pour les prochaines 48 heures. Mais la tentation est aussi de souffrir dès maintenant pour se débarrasser de cette zone de vents mous qu’il faudra traverser tôt ou tard. Ce lundi, il faut choisir son camp.
Armel semble bien déterminer à prendre ce qu’il y a à prendre maintenant et repousser à beaucoup plus tard le moment de la transition entre le nord et le sud de l’anticyclone. Il peut en effet garder espoir et compter sur une période plus favorable dans 3 ou 4 jours lorsque l’anticyclone décidera de remonter vers le nord. Les routes de l’anticyclone et de Banque Populaire se croiseront, cela minimisera donc le temps à subir les calmes.

 

De son côté, Yann Elies, vainqueur de la Solitaire du Figaro 2012, observe avec attention les stratégies d'Armel Le Cleac'h et Jean-Pierre Dick: "C'est pas facile de faire un choix, que ce soit pour Jean-Pierre ou pour Armel, c'est toujours tentant de rester le plus proche possible de la route directe, mais j'aurais tendance à faire comme Jean-Pierre."

 

François Gabart, devrait jouer sagement la même stratégie mais derrière lui, Jean-Pierre Dick semble plus entreprenant. Il a déjà investi dans le sud et il faut qu’il se décide vite sur une option franche, car dans cette situation il ne faut pas investir à moitié. Pour le 2ème peloton - Golding, Le Cam et Wavre - le choix n’est plus à faire et l’option sud s’annonce d’ailleurs plus facile pour eux puisqu’un flux de nord assez solide va venir à leur rencontre dans la journée de mercredi.


Nos pronostics
 

"On risque d'avoir des surprises dans les jours à venir, assure Yann Elies. Il n'y a pas que la stratégie, il y a aussi les soucis techniques à régler avant les mers du sud. Il faut notamment que les skippers fassent leurs dernière réparation en tête de mât tant que la météo le permet, je me souviens que la dernière fois Armel Le Cleac'h avait perdu deux heures pour une réparation comme ça."

 

Etant donné l’investissement que semble prendre Jean-Pierre Dick, nous l’éloignons du podium pour plusieurs jours. Pour les prochaines 24 heures, nous parions sur une première place d’Armel Le Cleac’h, une deuxième pour François Gabart et une troisième pour l’irréductible britannique, Alex Thomson.
 

Et vous ? Rejoignez-nous sur Facebook ou Twitter pour partager vos pronostics. Et rendez-vous demain, à midi pour un nouveau « Pronostics Vendée Globe ».

 

L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.