PRB peut-il repartir ?

Samedi 24 novembre 2012 à 15h18

Suite à sa collision avec une tonne circulaire ce matin, Vincent Riou peut-il repartir ou se dirige-t-il vers l’abandon ? Le skipper de PRB a fait un point à la vacation de la mi-journée.

Suite à sa collision avec une tonne circulaire ce matin, Vincent Riou peut-il repartir ou se dirige-t-il vers l’abandon ? Le skipper de PRB a fait un point à la vacation de la mi-journée.

Vincent Riou est revenu à la vacation de la mi-journée sur son avarie. « Ce matin, vers 04h45 (TU), je me suis mis à la table à cartes pour l’analyse du premier fichier météo de la journée. A 05h00, il y a eu un choc dans le bateau. PRB s’est arrêté, j’ai entendu un gros bruit de carbone à l’intérieur. Je suis sorti en courant », a expliqué Vinent Riou. « J’ai vu défiler à l’arrière du bateau une grosse tonne circulaire. Elle n’avait pas grand chose à faire là, rien à faire au large. C’était un gros tas de rouille. J’ai abattu pour arrêter le bateau, je suis allé à l’avant. J’ai constaté qu’il était sérieusement endommagé à l’avant tribord, à quatre ou cinq mètres de l’étrave. La zone touchée se situe au milieu de la partie verticale du bordé donc à fleur d’eau quand le bateau est gité à 20°. La déchirure est exactement de 1,30 mètre », a-t-il précisé.

 

Le tirant de l’outrigger de PRB endommagé

 

Depuis 07h00 ce matin, heure à laquelle PRB est entré en collision avec une tonne de mer, Vincent Riou cherche toutes les solutions possibles pour réparer la coque déchirée et délaminée. Mais un autre problème majeur a fait son apparition. En effet, en refaisant un check complet de son bateau, le skipper de PRB s’est rendu compte que l’énorme bouée avait également endommagé le tirant de l’outrigger tribord, fragilisant ainsi le mât du bateau. « Depuis, j’ai constaté que j’ai le tirant de l’outrigger qui est endommagé à 20 centimètres de la coque. Ces nouvelles ne sont pas bonnes. Aujourd’hui, pour réparer de manière fiable, je ne pense pas être loin d’une solution. Maintenant, ça va prendre beaucoup de temps. Il y a beaucoup de grains et d’humidité par ici, et sur le pont de PRB, il fait 30°. Le composite, c’est dur quand il fait chaud et humide. Je ne me dis rien du tout, j’essaie de faire une analyse la plus rationnelle possible. Ce qui m’intéresse, c’est d’envisager la suite de la course ». Vincent Riou a commencé dans l'après-midi la réparation de la coque de son bateau alors que les réflexions se poursuivent au sujet du tirant de l’outrigger. « On cherche encore avec Denis Glehen et les architectes. Nous n’avons pas encore tiré toutes les conclusions, il faut attendre. Le tirant, c’est du carbone et nous avons du carbone à bord. Donc a priori, des solutions sont envisageables, mais pour l’instant, leur mise en œuvre n’est pas définie », a indiqué le skipper à 16h00.

 

Si Vincent Riou espère encore avoir une chance de continuer la course, Pascal Bidégorry et Romain Attanasio, contactés par Figaro Nautisme, ont tous deux un avis beaucoup plus pessimiste. « Je ne vois trop comment Vincent (Riou) pourrait partir dans le Sud si le bateau est autant endommagé. Il va être obligé de s’arrêter deux jours pour réparer. Ca me paraît compliqué mais j’espère me tromper. Et dans le meilleur des cas, s’il arrive à repartir, les leaders vont lui prendre 800 milles. C’est vraiment dommage », commente Pascal Bidégorry, qui déplore qu’autant d’objets flottent dans l’océan. « Il y a eu trop d’incidents depuis le début le début de ce Vendée Globe, entre les chalutiers et les objets flottants, ce n’est pas normal ». Même son de cloche chez Romain Attanasio. « Je pense que la messe est dite. Je ne vois pas comment il peut réparer ça. Pour la coque, il faudrait qu’il fasse une plateforme pour ne pas travailler la tête en bas. En ce qui concerne l’outrigger, c’est une pièce très sensible ». Tous deux s’accordent à dire que si l’incident était arrivé plus tard dans la course, la donne aurait pu être différente, mais que juste avant les mers du Sud, les choses sont beaucoup plus délicates. On devrait en savoir plus demain matin.

 

L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.