10e jour de course

Mardi 20 novembre 2012 à 12h17

Le Pot au Noir a relancé les dés en tête de flotte. Si Armel Le Cleac’h conserve la première place, il est maintenant suivi par François Gabart et Vincent Riou.

Le Pot au Noir a relancé les dés en tête de flotte. Si Armel Le Cleac’h conserve la première place, il est maintenant suivi par François Gabart et Vincent Riou.

L'état de la flotte

 

Après l’abandon de Jérémie Beyou, hier, les concurrents du Vendée Globe ne sont plus que quinze. « Si ça continue comme ça, dans trois semaines il n’y aura plus personne ! » observe Bertrand de Broc, joint par téléphone hier. Actuellement, le dernier de la flotte, Zbigniew Gutkowski, connaît des difficultés. Près de 1650 milles le séparent maintenant du leader et le skipper polonais se dirige vers Madère après avoir officialisé plusieurs soucis techniques. « Bien sûr, je ne suis pas sur le bon chemin, a indiqué ce mardi matin le skipper, mais c'est une bonne route pour faire des tests sur le pilote automatique et il n'y a pas du tout de vent au sud. »

En tête de flotte, Armel Le Cleac’h navigue à une dizaine de nœuds. « On peut presque considérer qu’Armel Le Cleac’h est sorti du Pot-au-Noir », indique le figariste Nicolas Lunven, les yeux sur les fichiers météo. Derrière Banque Populaire, deux groupes se distinguent. Ses poursuivants directs d’abord : Alex Thomson, Vincent Riou, François Gabart, Jean-Pierre Dick et Bernard Stamm. Le second groupe est composé de Mike Golding, Jean Le Cam et Dominique Wavre . « Ils ont choisi une option différente, un peu plus à l’Ouest, là où le Pot-au-Noir est plus facile à traverser. » Nicolas Lunven suit avec attention la trajectoire de Jean Le Cam, l’un de ses favoris. « Il a choisi une route extrêmement prudente, il a perdu beaucoup de terrain mais au moins il est toujours en course ! observe avec malice Nicolas Lunven. Il n’a pas été usé physiquement par des manœuvres compliquées et il n’est pas si loin des premiers : 190 MN derrière Armel Le Cleac’h, 140 milles derrière le groupe de tête. En plus, il faut relativiser, les skippers ne sont pas encore entrés dans le vif du sujet : les mers du sud. »
Le prochain obstacle à négocier pour les concurrents du Vendée Globe, ce sera l’anticyclone de Sainte-Hélène. « Il est bien en place sur l’Atlantique Sud, observe le figariste Nicolas Lunven. Il va falloir faire un tour prononcé et se rapprocher fortement du Brésil. » Une fois dans l’anticyclone, les skippers vont devoir se fier à leur instinct pour éviter les bulles, véritables pièges qui ne sont pas forcément visibles sur les fichiers météo et satellites. Les concurrents devront alors compter sur leur sens d’observation du vent, des nuages et surveiller attentivement leur baromètre.

 

Notre analyse météo

 

L’avance gardée par Banque Populaire durant la nuit lui permet assez rapidement de toucher ce mardi l’alizé d’ESE d’une dizaine de nœuds dans un premier temps. Armel quitte ainsi la zone très instable du Pot au Noir pour se diriger plein sud vers l’Equateur: moins de cumulonimbus et plus de vent. Ce vent se renforcera cet après-midi en prenant de la droite vers le secteur SE pour 12 à 15 nds. Cette évolution favorable lui permettra d’accentuer de nouveau son avance, à des vitesses moyennes autour de 10 noeuds babord amure. C’est sur le même bord qu’il poursuivra sa route cette nuit et demain mercredi pour franchir l’équateur vers 7 TU.
Derrière, les 5 poursuivants regroupés en moins de 10 milles près du 5 ème nord progressent toujours dans un pot au noir très instable. Le vent d’Est est assez faible en moyenne(3 à 8 noeuds) avec des périodes calmes mais également de fortes rafales à plus de 35 noeuds sous les grains. Cet après-midi, la zone orageuse entre le 3 et 8 ème nord et 25 à 30W commencera à se morceler par l’Est. Dans un contexte météo moins instable avec aussi moins de variation de vents, cela pourrait favoriser les concurrents positionnés à l’est. Le vent se lèvera au secteur SE avant de se renforcer cette nuit.

Demain mercredi, au passage de l’Equateur, les 6 premiers évolueront dans le même système. La présence de l’alizé de SE entre 12 et 15 noeuds favorisera une descente plein sud babord amure et toujours au près. Les vitesses se stabiliseront autour de 10 noeuds.

 

Nos pronostics

 

Peu de changement sont à prévoir jeudi et vendredi grâce à la présence de l’anticyclone sur sa position habituelle. Cela
évoluera ensuite, avec l’arrivée d’une dépression sur le 40 ème sud qui rompra l’alizé. Nous tablons sur la stabilité du leader, Armel Le Cleac'h, suivi par François Gabart et Vincent Riou.

 

 

Et vous ? Rejoignez-nous sur twitter pour partager vos pronostics. Et rendez-vous demain, à midi pour un nouveau « Pronostics Vendée Globe ».

 

L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.