Jean Le Cam, repris de justesse

Par Messager, Serge
Dimanche 18 novembre 2012 à 7h50

PORTRAIT : A 53 ans, Jean Le Cam (SynerCiel) repart pour sa troisième épopée sur la course mythique. Avec un bateau au caractère aussi bien trempé que lui, il n’a pas l’intention de s’en laisser compter.

PORTRAIT : A 53 ans, Jean Le Cam (SynerCiel) repart pour sa troisième épopée sur la course mythique. Avec un bateau au caractère aussi bien trempé que lui, il n’a pas l’intention de s’en laisser compter.

L’inventeur du canoë propulsé grâce à un parasol ne pouvait resté comme deux ronds de flan sur le quai des Sables-d’Olonne. Depuis son chavirage non loin du cap Horn lors de la dernière édition du Vendée Globe et son sauvetage par Vincent Riou, Jean Le Cam a tiré des bords à hue et à dia pour trouver un nouveau partenaire et recouvrer son âme de solitaire. Avec un palmarès long comme les éphémérides, sur tous types d’embarcations à une, deux ou trois pattes, sa passion pour la mer n’a pas pris une ride. Sinon celles patiemment ciselées par l’artistique fil salé du temps. D’aucuns le disent taiseux. Attendant malgré tout la litote fulgurante. Elle ne vient que dans la confiance et n’est jamais construite en sciure de mots.
Le Quimpérois de naissance est donc présent pour sa troisième tentative en solitude sur le tour du glaçon d’en bas : « Je suis content d’être au départ car la vie n’a pas été facile après mon abandon il y a quatre ans. D’abord parce que j’étais propriétaire de mon bateau et que les assurances ont mis un temps fou pour me régler. C’était disons… moyen moins au niveau du moral ».


Trois mois fermes


Après moult récidives, le juge vient ainsi de lui recoller trois mois fermes d’isolement. Il en sourit car la sentence est arrivée de justesse : « La dernière fois, il y avait eu une remise de peine. Je m’étais évadé. Depuis, j’ai le bracelet électronique et c’est pas facile. En plus, ma femme ne peut pas venir me porter des oranges. Je croyais dur comme fer que l’un de mes anciens sponsors allaient revenir. Je m’entends toujours bien avec eux, mais cela ne s’est pas fait. » Il fallait donc remettre les mains dans la colle comme à ses débuts, homme de l’ombre dans la construction de bateaux s’appelant, Jet Service, Fleury Michon ou Crédit Agricole chez Ollier. Ou chez CDK des frères Desjoyeaux. Homme de l’ombre mais marin au grand air quand les skippers l’embarquaient La venue de SynerCiel in-extremis est une bouffée d’iode revigorante. Elle lui a permis de louer l’ancien Gitana Eighty de Loïck Peyron. « Mon bateau est un bon compromis. Il allait vite il y a quatre ans et était en tête quand il a démâté. Nous lui avons enlevé 900 kg, avec un mât plus court et plus léger. Le voile de quille est mécano soudé au lieu d’avoir un bloc plein. Il est plus facile. J’ai navigué dans toutes les conditions possibles et je pars en confiance ».


Avenir


Comme dit-on en Bretagne, un talus n’a pas qu’un seul côté, Jean Le Cam a les idées assises et ne va pas par quatre chemins lorsqu’on lui parle de l’avenir de la classe Imoca : « Les 60 pieds de maintenant sont d’une complexité assez colossale. Nous sommes à la fin d’une époque et nous devons prendre un virage. Je suis pour une standardisation pour tout en partie de ces bateaux. L’idée n’est pas celle de la monotypie mais de faire des bateaux identiques avec beaucoup plus de liberté sur les voiles, l’électronique et dans un certain nombre de domaines. On passe trop de temps et d’énergie sur les quilles, les mâts, les coques que plus personne n’aura les moyens dans le futur. Je pense à l’avenir des jeunes coureurs. Les anciens engins auront malgré tout leur place sur les courses. »
Le Vendée Globe reste une aventure où l’humain tient une grande place, même s’il avoue qu’il n’échange pas avec tout le monde. Le Finistérien part avec la même fraîcheur et a bien encore envie d’étonner : « Sur cette épreuve, faut pas se rater. C’est sur qu’il faut faire le match pour passer l’autre mais dans certaines limites, c’est clair, il faut retourner aux Sables pour gagner. Mais si Neptune favorise les audacieux, j’aurais de l’audace. Sachant mettre les atouts du bon côté, j’ai pris pour lui une bouteille de Château Angélus ».
Après une deuxième place en 2005, l’heure de gloire de Jean Le Cam va cette fois-ci peut-être sonner.

 

L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Guillaume Fourrier
Guillaume Fourrier
Guillaume Fourrier est un vrai passionné de la mer. Il pratique la pêche en mer depuis l'âge de 13 ans et a aujourd'hui à son actif près de 20 records de France, d'Europe et du Monde pour la prise de gros spécimens. Originaire de Boulogne-sur-Mer, il a sillonné les eaux de la façade Atlantique mais également celles de la Méditerranée. Il a également trempé ses lignes sur des contrées exotiques comme la Nouvelle-Calédonie, où il séjourna plusieurs mois à la recherche de gros poissons du lagon. Il pêche aujourd'hui en Normandie, son nouveau port d'attache.