Jeudi 15 novembre

Jeudi 15 novembre 2012 à 12h00

Le vent commence à mollir sur la tête de flotte et les voiliers les plus à l’ouest remontent au classement.

Le vent commence à mollir sur la tête de flotte et les voiliers les plus à l’ouest remontent au classement.

L'état de la flotte

 

La première marche du podium n’a pas bougé depuis le jour de départ, François Gabart filant devant pour son premier Vendée Globe. « Macif met toujours cap vers le Sud. Malheureusement le vent a bien molli donc ce n'est pas à la même cadence qu'hier, expliquait-il dans son message de la nuit. Dommage... C'était vraiment sympa. Le bateau allait vite, sans forcer, accélérait, accélérait... Là, il faut régulièrement remettre du charbon (border) si on veut garder de la vitesse. C'est plus fastidieux. Manquerait plus que ce soit facile! Le vent devrait adonner dans la journée et on visera alors notre point de jybe (empannage) pour la nuit prochaine. » Juste derrière Macif, la bataille est féroce avec sept changements de positions en 3 jours. Au classement de midi, Armel Le Cleac’h est repassé devant Bernard Stamm. Ils sont au coude à coude, respectivement à 50.8 MN à 51.4 MN du leader. Derrière eux, l’expérimenté Vincent Riou remonte au classement, il navigue à 16,7 nœuds.

 

« Fort de ses convictions, Vincent Riou ne joue pas forcément la flotte, remarque Sydney Gavignet, skipper de Musandam-Oman Sail en Mod70. Maintenant, il a un vrai écart latéral est-ouest par rapport aux autres. C’est important car c’est toujours très dur de se replacer à l’ouest au niveau de l'équateur. Cette stratégie lui a coûté cher en terme de classement, je pense qu’il a perdu un peu plus que ce qu’il imaginait, mais il aura sans doute plus de liberté au moment de passer le Pot au Noir. Cependant, François Gabart fait cap 226, il semble vouloir se replacer devant les concurrents de l'ouest. S’il réussit, cette manche sera terminée. » Sydney Gavignet rapproche François Gabart et Vincent Riou, dans le sens où ils ont tous les deux tracés leur chemin avec de fortes convictions. « Quand François Gabart a vu beaucoup de ses concurrents partir à l’ouest, le lundi 12 août, il n’a pas hésité à faire 6 heures de sud », a-t-il relevé.

 

Vincent Riou, sur PRB, est suivi par le trio Jean-Pierre Dick, Alex Thomson et Jérémie Beyou, des skippers qui ont également choisi la route de l’ouest. Dans son message de la nuit, Alex Thomson, sur Hugo Boss, expliquait profiter d’un vent plus fort : « Je suis assez content de mon classement ce matin, je garde le contact avec Virbac Paprec et je maintiens l’écart avec Mike et Jean Le Cam à l’est. Maître CoQ et moi sommes décidément très liés, je crois qu’on va se voir beaucoup tout au long des 23 000 milles à venir ! » Hugo Boss vogue à 16.6 nœuds, juste devant Maître Coq.

 

« On remarque de Bernard Stamm a recollé en latéral devant le trio Maître Coq, Hugo Boss et Virbac-Paprec, comme Armel Le Cleac’h. Ils ont ainsi validé leur avance sur le trio et cela montre que l’option de l’ouest est une force », analyse le skipper Sydney Gavignet.

 

Les candidats situés plus près des côtés auront plus de mal à se replacer à l'ouest. "Je pense qu'ils ont joué le sud pour rester dans le vent mais le front s'est déplacé et c'est lui qui a décidé", observe Sydney Gavignet.

 

Les avaries ralentissent deux skippers aujourd’hui. D’abord Zbigniew Gutkowski qui trace sa route à l’ouest pour éviter les zones où le trafic maritime est le plus intense. En plus de soucis d’alimentation électrique, le système d’alarme de son radar ne fonctionne plus. De son côté, Javier Sanso  cherche un abri pour réparer le chariot de la drisse de grand-voile : « Ça va me prendre du temps, je vais perdre plusieurs heures de course, 48 heures, mais la route est longue et il y a beaucoup à faire. »
Enfin, après sa collision avec un chalutier, Louis Burton a fait demi-tour, direction les Sables d’Olonne. Il n’abandonne pas la course mais doit revenir au port de départ, tout en restant tribord amure pour ne pas solliciter son gréement endommagé, et reprendre le départ avant le 20 novembre à 13h02. Un challenge aussi pour son équipe technique qui doit préparer un nouveau galhauban en moins d’une semaine. "Il jour avec le règlement de façon intelligente", remarque Sydney Gavignet, skipper de Musandam-Oman Sail en Mod70. 

 

Notre analyse météo

 

On se rapproche du coup de mou pour tout le monde avant la pente alizéenne. Même si le vent a diminué en tête au cours de la nuit, MACIF maintient le leadership à l’approche de la dorsale qui vient lui barrer la route ce jeudi. Ce passage dans la dorsale sera plus durable pour le leader que pour ses poursuivants situés à l’ouest. Derrière, le premier tiers de la flotte progresse dans des conditions encore dépressionnaires, mais différentes entre les partisans de l’option ouest (PRB, Vibrac Paprec) et ceux à l’est un peu plus retardés comme Synerciel et Gamesa. Tous se situent derrière le froid de la perturbation qui s’éloigne vers les côtes Marocaines. Les premiers progressent dans un vent de nord-ouest modéré pour 15/20 nœuds et une mer rangée tandis que les autres se voient ralentis par les vents très instables de sud-ouest pour 17/23 nds avec de fortes rafales et une mer défavorable.

 

Nos pronostics


Tous ces concurrents vont progressivement avoir à négocier le passage très délicat de la dorsale dans les prochaines 24h. Gabart sera le premier à s’y frotter aujourd’hui. Sous tribord amure sa vitesse de progression baissera nettement, pour se stabiliser entre 5 et 10 nds avant la décision optimale de l’heure de l’empannage vendredi. Cette progression pourrait être encore plus ralentie car, dans ce contexte météo, l’évolution de la dorsale peut réserver des pièges avec le développement de zones de calmes. François Gabart risque donc de perdre sa place de leader, d'autant que les positions de ses poursuivants (Armel Le Cleac'h, Bernard Stamm et Vincent Riou) se resserrent. La situation semble leur être plus favorable avec plus d'air sur leur zone de progression et la situation présente moins de risques de vents faibles et de molles durables.

 

Et vous ? Rejoignez-nous sur twitter pour partager vos pronostics. Et rendez-vous demain, à midi pour un nouveau « Pronostics Vendée Globe ».

 

L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.