Gautier : « Deux collisions, c'est anormal »

Mercredi 14 novembre 2012 à 17h36

INTERVIEW Le vainqueur du Vendée Globe 1992-1993, devenu responsable de la sécurité, s'alarme des carambolages avec des chalutiers vécus par Kito de Pavant et Louis Burton.

SAILING - VG 2012-2103 - ©La Chaîne Météo
INTERVIEW Le vainqueur du Vendée Globe 1992-1993, devenu responsable de la sécurité, s'alarme des carambolages avec des chalutiers vécus par Kito de Pavant et Louis Burton.

Après Kito de Pavant (Groupe Bel), c'est Louis Burton (Bureau Vallée) qui a été percuté par un chalutier, mercredi matin. Le benjamin de la course a décidé de faire route vers les Sables d'Olonnes où il aura jusqu'au 20 Novembre pour réparer. Alain Gautier, vainqueur du Vendée Globe en 1993 est désormais responsable de la sécurité sur la course. Il évoque les évènements de ce début (agité) de tour du monde.

LE FIGARO. - Cinquième jour de course et déjà deux navires percutés par des chalutiers et deux abandons, votre réaction?

Alain GAUTIER. - Il y a déjà une énorme déception pour les deux marins concernés car on prépare un Vendée Globe pendant longtemps. C'est vraiment dur d'abandonner notamment dans ces circonstances. On sait que la voile est un sport exposé au niveau de la casse. On ne se demande jamais pourquoi il y a autant d'abandons dans la première heure des 24 heures du Mans alors que les voitures sont censées tenir 24 heures, car on reste sur l'aspect sportif plutôt que l'aspect technique. Dans la voile, c'est le contraire, car un bateau qui perd sa quille, c'est impressionnant et que les courses sont plus suivies pour le côté aventure que pour le résultat sportif.

Pour se signaler en mer, les bateaux utilisent désormais l'AIS (Automatic Identification System). Est-ce une technologie efficace?

La vigilance de l'homme ne sera jamais remplacée. Il y avait eu deux collisions sur les six dernières éditions et là il y en a deux en quelques jours, c'est anormal. On a déjà fait beaucoup de Vendée Globe et aussi de Solitaire du Figaro, où 50 bateaux naviguent l'été dans des zones avec énormément de monde, sans AIS et sans avoir de problème. Il faut se dire que l'AIS n'est pas l'arme efficace à 100%. Comme en voiture il y a des angles morts donc il faut surveiller, tout comme le radar, même si a priori Louis Burton avait le sien, ce qui n'était pas forcément le cas de Kito de Pavant d'après ce qu'on a su. On a déjà aujourd'hui du matériel très performant mais il faut quelqu'un devant l'écran pour voir le signal. Si on mettait une alarme, dans des zones où il y a beaucoup de trafic ça sonnerait sans cesse. La technologie, aujourd'hui, elle existe mais il faut toujours un homme pour la maîtriser. C'est le point noir du solitaire, il ne peut pas faire une veille constante. Il faut aussi se demander si l'AIS ne rend pas les skippers trop sereins mais peut-être sommes nous simplement sur une loi des séries car rentrer dans un autre bateau reste tout de même extrêmement rare.

Serait-il possible d'adapter le parcours pour qu'il soit moins risqué?

C'est une idée. On va bien sûr débriefer avec l'équipe d'organisation à la fin du Vendée Globe comme on le fait à chaque fois. Je pense qu'il y a de la compétence que ce soit dans l'équipe d'organisation ou à l'IMOCA (l'association des monocoques 60 pieds). Mais il ne faut pas faire comme les hommes politiques, c'est-à-dire dès qu'il arrive quelque chose, ils veulent absolument faire une loi pour régler le problème.

L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.