Les premiers mots de Kito de Pavant après la collision

Lundi 12 novembre 2012 à 12h57

"L'aventure du Vendée Globe 2012 s'arrête, je suis désolé." Quelques heures après être entré en collision avec un chalutier, Kito de Pavant a confié ses impressions à son équipe technique. 

"L'aventure du Vendée Globe 2012 s'arrête, je suis désolé." Quelques heures après être entré en collision avec un chalutier, Kito de Pavant a confié ses impressions à son équipe technique. 

Kito de Pavant va bien mais le bateau est très endommagé : bout-dehors arraché et outrigger (barre qui soutient le mât) babord cassé, le pont est soulevé sur 2 mètres. Quelques heures après la collision, il s'est confié à son équipe technique:

 

« La probabilité pour entrer en collision avec un bateau, elle est super rare, explique le skipper. Toute la nuit, on a croisé beaucoup de bateaux, des cargos. Notre système AIS marche super bien quand les bateaux sont à 10 milles, l’alarme sonne, donc, ça me permet de gérer, de changer la route du bateau en cas de risque de collision. Le problème, c‘est que ceux qui ne sont pas équipés du système, on ne les détecte pas. Et c’est un piège parce qu’on n’a pas moyen de les voir. Je suis allé me coucher au mauvais moment. Et même si j’avais été debout, à l’heure où on regarde la météo par exemple, où on est sur l’écran, je ne l’aurai pas vu. Il suffit de 5 minutes."

 

 Le choc

 

La position du skipper du Groupe Bel au moment du choc était par 39°56 Nord et 9°56 Ouest, à environ 70 milles au nord de Cascais. Il était en 10e position, à 10 milles nautique derrière Jean Le Cam sur SynerCiel et à 25milles à l'est de Mike Golding sur Gamesa.


"Il n’y a pas eu d’appel à la VHF, rapporte Kito de Pavant. Je pense que sur le chalutier, ils n’étaient pas en veille non plus, ils devaient travailler ou dormir. Quand il y a eu le choc, je me suis réveillé en sursaut. J’ai entendu les mecs gueuler mais c’était trop tard. J’ai bondi sur le pont, fait ce qu’il fallait pour que le mât ne tombe pas. On a sauvé au moins ça, mais bon, ça ne sert pas à grand chose."

Après avoir sécurisé son mât, Kito de Pavant a pris la direction de Cascais, au Portugal. Il navigue sous grand-voile 2 ris, avec une vitesse de 9 nœuds. Son voilier évolue dans 17/18 nœuds de vent de Nord-Ouest avec une houle de Nord-Ouest de 2,5 mètres de haut.


"Je n’ai pas de colère contre les pêcheurs mais contre moi, parce que ce truc là n’aurait pas dû arriver, explique le skipper. On ne pouvait pas le prévoir, mais je m’en veux de m’être couché au mauvais moment. Ce risque de collision existe toujours en solo, avec les cargos, les pêcheurs. Ça peut arriver au Portugal, au Sénégal, au large du Cap Vert ou du Brésil. Partout.
Le bateau est très abîmé. Toute cette énergie qu’on dépense depuis des années et des mois pour préparer tout ça, c’est terrible. Il n’y a plus de bout dehors, il y a un trou à l’avant de la coque, mais le bateau est en sécurité, y’a pas de problème. J’ai sécurisé le mât."

Le skipper pense arriver au Portugal en fin de soirée. "Après, on réfléchira pour savoir ce qu’on fait. Encore une fois, quitter le Vendée Globe après deux jours de course… c’est même pas possible, même pas possible."

 

Le sort s'acharne


Après Marc Guillemot ce week-end, Kito de Pavant pourrait donc être obligé d’abandonner. Lors de sa première vacation, le skipper de groupe Bel se réjouissait pourtant: "Mon dernier Vendée Globe s’était écourté rapidement, il me reste encore quelques heures pour battre mon record de durée! » En 2008, Kito de Pavant avait été contraint à l’abandon après 28 heures de course, suite au démâtage de son bateau dans le golfe de Gascogne.« On a déjà initié des procédures pour le retrouver à Cascais qui est le premier port que l’on trouve en allant vers Lisbonne, annonce Denis Horeau. Il n’y a pas de problème de sécurité mais l’abandon sera très sûrement proclamé de façon officielle dans les heures à venir par le skipper lui-même."

Kito de Pavant, de son vrai prénom Christophe, est un marin expérimenté. Depuis 2007, le skipper a parcouru 100 000 milles nautiques avec son voilier, soit 4 tours du monde. Avant le départ, 8500 collaborateurs de Bel avaient laissé leur empreinte de pouce sur le mât du bateau pour lui porter chance. Mais ce coup de pouce n'aura pas suffi.

Réaction de l'équipe Safran de Marc Guillemot: "Toutes nos pensées vont à Kito et au team, on sait comme cela peut-être dur".

 

 

L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.