Vendée Globe: descente le long du Portugal

Lundi 12 novembre 2012 à 8h31

François Gabart est toujours en tête ce lundi matin. Il creuse l'écart avec quatre concurrents sur le reste de la flotte.

François Gabart est toujours en tête ce lundi matin. Il creuse l'écart avec quatre concurrents sur le reste de la flotte.

L’écart entre les trois leaders se resserre dans la descente le long des côtes portugaises. 

Si François Gabart (Macif) caracole toujours ce lundi matin en tête du Vendée-Globe, l’écart qu’il compte avec ses deux poursuivants immédiats, Vincent Riou (PRB) et Armel Le Cléac’h (Banque-Populaire), a diminué. Huit milles séparent désormais les trois leaders.

Les 19 solitaires bénéficient de conditions météo idéales dans cette descente de l’Atlantique Nord, le long des côtes portugaises, avec des vents de secteur Nord-Nord-Ouest de l’ordre de 25 à 30 nœuds. Les premiers concurrents naviguent actuellement à des vitesses respectables (entre 14 et 17 nœuds aux allures portantes). Ce lundi, le plus rapide au pointage de 5 heures du matin était le Suisse Bernard Stamm (Cheminées-Poujoulat), flashé à 17,3 nœuds au quatrième rang de la hiérarchie.

Si les leaders vont encore bénéficier du flux de nord d’une vingtaine de nœuds, un net ralentissement va s’opérer par l’arrière avec l’arrivée d’une bulle anticyclonique au large du Portugal dès mardi. Pour le moment, pas de stratégie particulière au sein de la flotte, les bateaux se suivent pratiquement en file indienne sur la route directe. Seul leur potentiel respectif crée la différence. Sans oublier de trouver le bon compromis entre cap et vitesse en utilisant la surface de voiles idéale et les bons réglages.



 

Les voix du large

 

Armel Le Cléa’h (Banque-Populaire) : « Il y a un tout petit peu moins de vent, mais toujours des grains jusqu’à 30 nœuds : ce n’est pas facile de trouver la bonne configuration de voiles. Mais ça avance bien : j’ai Vincent (Riou) légèrement devant et c’est un bon repère… Ça va descendre vite au portant le long des côtes portugaises ! Il ne faut pas traîner pour profiter pendant au moins 24 heures de ces conditions toniques. Seule petite chose à noter, une petite bosse sur la tête après m’être cogné dans le cockpit. Ce n’est pas très grave mais ça me fait un œuf de pigeon… Ceci dit, j’ai pu dormir 20-25 minutes plusieurs fois malgré le bateau qui tapait fort : je suis en forme »



Samantha Davies (Savéol) : « Salut tout le monde ! Eh bien, le Golfe de Gascogne a été gentil avec nous !!!! Ce n’était pas les 58 nœuds que j’avais vus lors des premières 48 heures du dernier Vendée Globe. On a quand même pris d’énormes grains et des rafales de vent oscillant entre 7 et 45 nœuds (au plus fort). Alors vous imaginez bien que c’est compliqué de trouver les bons réglages dans ces conditions. Je la joue prudent et suis parfois un peu sous-toilée tant que la tempête est sur nous. La vie à bord est un peu humide : Savéol est tour à tour un sous-marin dans d’énormes vagues et une cabine de douche géante sous une averse d’eau glacée ! Le temps de repos est limité puisque je passe mon temps à régler les voiles pour m’adapter aux conditions instables, et aussi à garder un œil sur le trafic. Mais c’est vraiment génial d’être ici et au contact visuel de certains bateaux »



Vincent Riou (PRB) « C'était cool, cette nuit. On n'a pas trop chargé. Nous sommes restés raisonnables. Ca ne sert à rien de trop foncer car il y a beaucoup de mer. Ça bouge dans tous les sens. Maintenant, ça glisse devant une dorsale. J'ai l'impression que ça ne va pas aller super vite pour les prochaines heures. On a dégolfé vite mais on peut faire beaucoup mieux ! Les bateaux vont très vite dès qu'on met le vent dans le bon sens ».



 

Classement

 

Positions du 12/11 à 5 heures :1.François Gabart (Macif) à 23 476 milles de la ligne d’arrivée; 2.Vincent Riou (PRB) à 7,5 milles du leader; 3.Armel Le Cléac´h (Banque Populaire) à 8,1 m; 4.Bernard Stamm (Cheminées-Poujoulat) à 22,7 m; 5.Jean-Pierre Dick (Virbac Paprec) à 31,4 m: 6.Alex Thomson (Hugo Boss) à 52 m; 7.Jérémie Beyou (Maître CoQ) à 57,8 m; 8.Jean Le Cam (SynerCiel) à 59,7 m; 9.Kito de Pavant (Groupe Bel) à 73,5 m; 10.Mike Golding (Gamesa) à 74,5 m; 11.Javier Sanso (Acciona 100% EcoPowered) à 74,6 m;.12.Arnaud Boissières (Akéna Vérandas) à 80,5 m; 13.Louis Burton (Bureau Vallée) à 91,8 m; 14.Dominique Wavre (Mirabaud) à 102 m; 15.Samantha Davies (Savéol) à 123,7 m; 16.Tanguy de Lamotte (Initiatives-coeur) à 148,7 m; Zbigniew Gutkowski (Energa) à 149,9 m; 18.Alessandro di Benedetto (Team Plastique) à 213,8 m; 19.Bertrand de Broc (Votre Nom Autour du Monde avec EDM Projets); à 301,3 m. Abandon : Marc Guillemot (Safran) 


L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.