Pronostics Vendée Globe: dimanche 11 novembre

Par Figaro nautisme
Dimanche 11 novembre 2012 à 11h55

Course de vitesse jusqu’au Cap Finisterre qui ne devrait pas bousculer la hiérarchie puis une dorsale piégeuse à négocier.

Course de vitesse jusqu’au Cap Finisterre qui ne devrait pas bousculer la hiérarchie puis une dorsale piégeuse à négocier.

La course de vitesse va continuer et les jeunes loups devraient rester en tête. Les marins, qui sont engagés depuis le départ dans une course de vitesse vers le Cap Finisterre, vont être peu à peu soumis à l’influence d’une dorsale qui arrive lentement. Celle-ci pousse devant elle le vent de Nord-Ouest de 15 à 20 nœuds qui continuera sa progressive rotation à droite, c’est-à-dire vers le Nord.

Les spis ou en tout cas les gennakers devraient être rapidement de sortie. Dans ces conditions il n’y aura aucune raison de s’éloigner de la route directe jusqu’au Cap Finisterre. Et c’est à plus de 16 nœuds de moyenne que la flotte gagnera cette marque. Les écarts entre concurrents devraient donc être relativement stables même s’il faut s’attendre à une légère prime aux plans Verdier de dernière génération : Macif, Virbac Paprec ainsi que Banque Populaire.

Dimanche, en début d’après-midi, les premiers pourront mettre le cap vers le sud (la route normale serait un cap au 205°). Le vent de Nord rendra naturelle la progression encore quelques heures sur tribord amure (amure la plus approchante). Mais dans la nuit au plus tard, il faudra attaquer la succession des empannages pour rester à proximité de la route théorique sur laquelle souffleront toujours 15/20 nœuds de vent. C’est là que les choses vont se corser et que le jeu stratégique de cette première manche du Vendée Globe va pleinement débuter.

 

Notre pronostic :

 

Nous pensons que le leader aura tout intérêt à optimiser sagement ses empannages (toutes les 3 heures, toutes les 6 heures au maximum) à proximité de la route directe.

Ce sera alors aux poursuivants de tenter une route plus proche de la côte pour trouver des fluctuations du vent plus importante. En effet on peut s’attendre à ce que ce flux qui sera au Nord-Nord Est dans la nuit offre des petits tourbillons sous le vent de la côte. Ces changements de direction autour de ce Nord-Nord Est seront autant d’opportunités à saisir pour choisir l’amure (côté sur lequel le vent souffle) la plus approchante.

Cette option a un revers, c’est que si la direction du vent sera plus variable, la vitesse du vent le sera elle aussi : le risque de coups de mou est loin d’être négligeable. C’est pourquoi nous pensons que cette stratégie est plus une route d’attaquant que de leader. François Gabart et ses plus proches poursuivants devraient rester sur une trajectoire plus sage.

Mardi matin, les premiers marins seront déjà à la latitude de Gibraltar. La journée sera semblable à la veille mais avec vent faiblissant. La dorsale qui menaçait par le nord, arrivera par l’ouest. Et ce ne sera plus une menace mais un fait. Il y aura à traverser cette zone de calmes. La journée sera consacrée à se positionner pour la traverser au plus court et au meilleur moment. Cela devrait se faire dans la nuit de mardi à mercredi à la latitude de Madère qui devrait être laissée à 100 milles dans l’ouest. Attention aux bateaux légers et rapides dans ces phases de transition comme le Hugo Boss qui est l’ancien BT de Sébastien Josse (plan Farr). Attention aussi au redoutable Armel Lecléac’h qui, en 2010, avait pris une sérieuse option sur la victoire dans la transat AG2R en traversant une dorsale dans cette zone. Mais à l’époque c’était Romain Attanasio qui était sorti en tête de la dorsale. Et sa coéquipière n’était autre que Samantha Davies.. La surprenante anglaise va-t-elle profiter des pièges de la dorsale pour revenir aux avant-postes ?

 

L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Guillaume Fourrier
Guillaume Fourrier
Guillaume Fourrier est un vrai passionné de la mer. Il pratique la pêche en mer depuis l'âge de 13 ans et a aujourd'hui à son actif près de 20 records de France, d'Europe et du Monde pour la prise de gros spécimens. Originaire de Boulogne-sur-Mer, il a sillonné les eaux de la façade Atlantique mais également celles de la Méditerranée. Il a également trempé ses lignes sur des contrées exotiques comme la Nouvelle-Calédonie, où il séjourna plusieurs mois à la recherche de gros poissons du lagon. Il pêche aujourd'hui en Normandie, son nouveau port d'attache.