Alessandro Di Benedetto, un rêve éveillé

Vendredi 9 novembre 2012 à 7h50

PORTRAIT : L’Italo-Français est l’aventurier de ce Vendée Globe. Alessandro Di Benedetto (Team Plastique), déjà tourdumondiste mais sur une coquille de noix, part le cœur vaillant sans objectif de résultat.

PORTRAIT : L’Italo-Français est l’aventurier de ce Vendée Globe. Alessandro Di Benedetto (Team Plastique), déjà tourdumondiste mais sur une coquille de noix, part le cœur vaillant sans objectif de résultat.

Tous les marins italiens ne sont pas génois. De maman française, Alessandro Di Benedetto fait lui partie du clan des Siciliens. Il en a la parole éruptive avec les mains en prolongement d’une langue toujours active. Et des histoires de marin, il en a à revendre. Il y a bien sûr l’enfance et l’inévitable Optimist, le Laser et les catamarans de sport pour des envolées en famille.


A 21 ans, alors qu’il débute son cursus d’ingénieur en géologie à Palerme, s’impose la première bravade. Traverser l’Atlantique depuis leur île, avec son père, sur un Hobie Cat. Dès lors, à l’issue de cette expédition réussie après moult péripéties, il n’a de cesse de tracer de nouveaux sillages. Entre ses missions pour un groupe pétrolier ou comme opérateur en archéologie sous-marine, il établi des records du monde en solitaire. Toujours sur un petit catamaran. L’Atlantique en 2002 et le Pacifique en 2006 sont les révélateurs d’un autre grand rêve. Un tour du monde sans escale sur le plus petit bateau de l’histoire à l’avoir accompli. Un vieux 6.50 en bois/époxy lancé sur le parcours du Vendée Globe. Il fait maintenant partie des bateaux de légende qui ont marqué l’histoire de la circumnavigation comme le Joshua de Bernard Moitessier ou le Spray de Joshua Slocum.


Rencontre


Son histoire incroyable qu’il a depuis narrée dans un magnifique ouvrage, a déclenché l’aventure dans laquelle il est maintenant embarqué : « A mon retour, le 22 juillet 2010, après 268 jours de solitude, j’étais au restaurant quand tout à coup, arrive du champagne. C’était un cadeau discret de Didier Elin, le patron de la société Team Plastique spécialisée dans le thermoformage. Sablais d’adoption, il avait toujours rêvé de participer d’une façon ou d’une autre au Vendée Globe. Nous nous sommes rencontrés quelques semaines plus tard au Grand Pavois. Didier a mis de son argent personnel dans l’aventure. D’autres sociétés nous ont suivi. L’Océane des Plastic, Germay Plastic et JSP. Nous avons acheté l’ancien Akena d’Arnaud Boissières en mai 2011 », explique le skipper de 41 ans.


Humain


L’Italien n’a pas de botte secrète. Son plan Finot-Conq de 98 est tout juste côté à l’argus. Il envie néanmoins ses coreligionnaires qui l’ont affectueusement accueilli : « Nous avons le plus petit budget de l’épreuve. Cela a pris une ampleur positive pour tout le monde. Parfois c’est fatigant. Mais ce sont des moments intenses, une magie où l’on dort, rêve, mange et boit Vendée Globe. Les bateaux neufs sont des monstres. Comme des planches à voile de 18, 28 m. Au portant, celui de Sanso ne surfe pas, il plane. Le mien, l’un des plus vieux, est le seul à avoir une quille fixe. Le mât le plus petit. Mais il est éprouvé. Il a 25% de puissance en moins. Quand eux passeront le cap Horn, j’espère avoir terminé l’océan Indien ». Pour Alessandro Di Benedetto, cette plongée unique dans le monde de la course au large ne lui a pas fait perdre sa philosophie. Il reste avant tout un humain : « Il ne faut pas être un solitaire, un ours dans la vie à terre pour partir en mer. Il y a beaucoup de fantasmes de ce point de vue-là. Il n’y a qu’à croiser un Monsieur comme Jean-Luc Van Den Heede pour s’en convaincre. Quant à l’épreuve, les traversées ou les courses en mer sont souvent extrêmes. On le voit également dans tout métier de marin. Un problème sur l’eau peut rapidement devenir une tragédie. Il faut donc faire très attention. Pour un classement, alors que sa vie n’est pas en jeu, il ne faut pas dépasser ses limites ».
Les rencontres avec les animaux dans le grand Sud comme les dauphins taquins ou les albatros, les couleurs, les ciels changeant incessamment, les étoiles. Voilà le coffre fort comme il dit, dans lequel il a hâte de replonger. Pour un rêve éveillé.

 

L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.