Kito de Pavant, la passion incarnée

Dimanche 4 novembre 2012 à 7h50

PORTRAIT : Il avait malheureusement abandonné après seulement 28 heures de course lors de la dernière édition du Vendée Globe. Kito de Pavant (Groupe Bel) rêve toujours de belles histoires.

PORTRAIT : Il avait malheureusement abandonné après seulement 28 heures de course lors de la dernière édition du Vendée Globe. Kito de Pavant (Groupe Bel) rêve toujours de belles histoires.

La caisse à savon fabriquée par son père dans sa prime jeunesse lui a sans doute construit son éternel optimisme. Des rives du lac de Milhac en Dordogne aux futurs milles à ingurgiter dans les prochains mois, Kito de Pavant ne s’est jamais lassé de ses navigations. De ses mouillages autour de la planète avec sa chaîne d’arpenteur des flots, qu’ils se trouvent au Lac Tanganyika, Bornéo, Maldives, Los Roques, Cuba ou encore à l’Île-à-Vache, la bien nommée, l’homme qui rit ne garde que des moments de félicité. L’appel du large, depuis les rives méditerranéennes, débute véritablement une fois la fac de science délaissée. Ayant dévoré les livres d’Olivier Stern-Veyrin, le GPS ayant à l’époque qu’un usage belliqueux, la première grande traversée débute depuis Port-Camargue. La droite de hauteur crée rapidement l’estime que lui vouent ses compagnons d’aventure. C’est un fait, l’homme réservé a du charisme. Dès lors, pendant plus de 15 ans, son métier est de boucler convoyages sur convoyages. Son amer restant la grève de l’Espiguette et le club de plage qu’il monte et démonte chaque belle saison venue.


Nouvelle vie


La course, elle, a débuté sur le tard. Le circuit Figaro le voit débarquer en 2000. L’anonyme détonne. Il a alors 39 ans. Trois saisons plus tard, il décroche la timbale dans la Solitaire éponyme. Coup de pied dans l’académisme des solitaires. « J’avais une certaine appréhension en arrivant dans le milieu. Mais j’ai été très bien accueilli. C’est peut-être ma principale fierté. J’ai appris beaucoup sur moi à cette époque-là. Et je me suis posé la question de savoir pourquoi je n’avais pas commencé plus tôt la compétition. Car il y avait une vraie frustration depuis ma jeunesse. Maintenant, je suis heureux. Il y a toujours eu le plaisir de réussir même si tout n’était pas parfait », déclare l’Héraultais le visage s’éclairant.
C’est le moins que l’on puisse dire. En entrant sur le circuit des 60 pieds il y a maintenant cinq ans, la première participation au Vendée Globe de Kito de Pavant tourne au camouflet : « Le bateau sentait encore la peinture et moi je partais pour gagner. Je sortais d’une période euphorique où tout me réussissait. J’étais ambitieux, sans doute prétentieux. Et là, le lait déborde. Il n’y a pas que le mât qui est tombé. Ce gros échec a remis l’homme à sa place. Heureusement, il y a un sponsor formidable qui dit on continue. Et on se rend compte que nous n’avions pas fait d’erreur de calculs mais que les bateaux ne résistent pas à tout. On continue donc avec des bons moments et des passages par la correctionnelle avec abandons dans la Route du Rhum et la Barcelona. Mais à chaque fois, sans avoir l’impression d’être responsable. Car on ne peut pas tout contrôler au niveau de certaines malfaçons ».


Expérience


La bonhommie de façade à la tonalité chantante, cache un bourreau de travail. « Sur le projet Groupe Bel, je suis excessivement exigeant. Un vrai casse-couilles. Mais je pense que c’est une qualité. Ces projets sont tellement difficiles à mener, sportivement, techniquement, dans la relation avec les sponsors », admet-il. Il faut donc repartir maintenant vers une belle histoire à écrire avec son coursier : « Le bateau est super dur à naviguer vent de face comme au portant, mais j’ai toujours confiance en lui. C’est une sorte de 4X4 capable d’aller partout avec des amortisseurs laissés au garage. A moi de trouver le compromis entre tête brûlée et sagesse. L’expérience va compter avec tous les paramètres que l’on ne connaît pas encore ».
Kito de Pavant part donc pour une nouvelle aventure humaine personnelle. Acceptant d’affronter des contrées lointaines sans garde-fou. Sachant que le plaisir viendra uniquement lorsqu’il sera l’heure d’en raconter les plus beaux instants.

 

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.