Arnaud Boissières : « Une bonne vague te remet les idées en place »

Vendredi 2 novembre 2012 à 7h50

PORTRAIT : L’Aquitain s’offre une deuxième tournée grâce à son sponsor fidèle. Arnaud Boissières (Akena Vérandas), avec humilité, n’a pas l’intention de baguenauder.

PORTRAIT : L’Aquitain s’offre une deuxième tournée grâce à son sponsor fidèle. Arnaud Boissières (Akena Vérandas), avec humilité, n’a pas l’intention de baguenauder.

Originaire du bassin d’Arcachon, Arnaud Boissières en a vite fait le tour même si ce lieu demeure son havre de paix. Posant son sac sur le littoral atlantique au gré de coups de dés tel le petit cheval au bonheur la chance, il a mené son bout de chemin avec sa bonne étoile. La Rochelle, Concarneau, les Antilles, bar du Tour du Monde... Les Sables-d’Olonne. Autant d’amers après des périples en compétition plus ou moins honorables. « Mon parcours est différent de la plupart des concurrents, il est lié à des rencontres. En premier lieu avec Jean-Philippe Chomette qui m’a proposé la barre du Maxi Solune et qui m’a surtout permis d’acquérir l’ancien VMI pour pouvoir monter un projet pour faire mon premier Globe. C’est ainsi qu’il y a eu la rencontre déterminante en 2006 de Christophe Chabot, le patron d’Akena, qui a de suite cru en moi. On pense souvent qu’il faut gagner une grande course pour se faire connaître. En fait, j’ai fait pendant quatre ans du Mini avec une troisième place sur la Transat 2001, trois ans de Figaro avec des résultats plutôt médiocres mais qui m’ont appris énormément de choses avec les moyens limités que j’avais à l’époque », explique celui que l’on surnomme Cali.


Goût de la découverte


Septième lors de la dernière édition du Vendée Globe, le voici donc à nouveau dans l’aventure. A 40 ans, il sait qu’il a changé. Foin de grosse tête, non, ses amis comme Yannick Bestaven peuvent en témoigner tout comme l’équipe supportant son caractère qu’il qualifie avec un rictus complice de ronchon. Il sait aussi qu’il a derrière lui un public vendéen inconditionnel avec qui il se doit de partager la fête avant le départ. L’heure est donc de s’élancer sur 24000 milles. « Il y a quatre ans, je me suis vraiment éclaté. Voilà pourquoi j’y retourne avec la même joie, avec le même goût de la découverte et avec en plus un challenge sportif. Avec un bateau beaucoup plus performant et des moyens importants grâce à mon partenaire. Mais je sais que la clé de la réussite est un tout. Avec les circonstances et le couple bateau-bonhomme », poursuit-il.


Un lien fort


Son 60 pieds, le PRB de Vincent Riou de 2008, n’est plus le même. Akena Vérandas possède un nouveau mât, une nouvelle quille, une voilure différente, un intérieur plus dépouillé. Arnaud Boissières est fier de sa monture : « Sans prétention, nous avons fait du bon boulot avec ma petite équipe. Pour moi, ce n’est pas une machine. Il est très agréable à vivre. Il y a un lien très fort, sentimental, qui s’est créé. Pour moi, c’est souvent le secret de la réussite dans une course à la voile. Mais cela a toujours été le cas avec mes précédents bateaux. Lorsque j’ai démâté l’an dernier sur la Jacques Vabre, au delà de la frustration sportive, j’étais peiné pour lui. Mais c’était peut-être un mal pour un bien. En tous les cas, c’est coché dans mon cahier des avaries ».
Il y a quatre ans, le jeu de flipper dans la démesure de certaines trajectoires avait occasionné de nombreuses sorties de route. Le Sablais d’adoption, sans pression démesurée de son sponsor quant au résultat, sait ainsi qu’il y a des limites à ne pas franchir : « En solitaire, tu te poses souvent des questions. Cette foi-ci, je pense que je n’aurai pas trop le temps de philosopher. Et puis, une bonne vague dans la figure te remet les idées en place. Il faut surtout ne pas se faire peur, ne pas faire mal au bateau et respecter les mers du Sud ou tout se passe. Je suis confiant dans mes capacités. Quoi qu’il arrive, je ne me découragerais jamais. Je sais que si je fais une course à la hauteur du bateau, ça peut faire mal ».
Arnaud Boissières part en solitude de conserve avec quelques amis. Ceux avec qui il va encore écrire une nouvelle belle tranche de sa vie.
 

L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.