Bilan climatique de Mars 2012

Par Figaronautisme.com
Dimanche 1 avril 2012 à 6h00

Après un mois de février marqué par une vague de froid intense, le mois de mars a vu s’installer une grande douceur avec

Sécheresse en Gironde
Après un mois de février marqué par une vague de froid intense, le mois de mars a vu s’installer une grande douceur avec
Après un mois de février marqué par une vague de froid intense, le mois de mars a vu s’installer une grande douceur avec des températures maximales élevées, parfois proches de records de chaleur. Les précipitations auront été une nouvelle fois largement déficitaires avec la prédominance des conditions anticycloniques une bonne partie du mois. Enfin l’ensoleillement a été particulièrement généreux.
1. Les températures

Avec un excédent de 2,3°C à l’échelle de la France, il faut remonter à 2003 pour avoir connu un mois de mars aussi doux. Le centre-est et la région parisienne sont les régions où l’excédent de températures est le plus marqué, de l’ordre de 3°C. La douceur a été remarquable en montagne avec un excédent de 3,6°C enregistré à Bourg-Saint-Maurice à 900 m d’altitude. L’excédent de températures est plus faible dans le sud-ouest et près de la Méditerranée (0,5°C seulement à Biarritz).

La douceur s’impose dès le début du mois, notamment dans le sud-est où le 1er mars les températures maximales sont parfois dignes d’un mois de mai : 23,6°C à Sainte-Enimie (48), 22,8°C à Ribiers (05), 22,4°C à Saint-Nazaire-le-Désert (26), 22,4°C à Saint-Crépin (05), à 1700 m d'altitude, 22,1°C à Sablières (07). Les températures baissent nettement à partir du 4 avec une période très fraîche du 5 au 9. Le 5, les maximales sont basses près des frontières du nord avec seulement 2° à Lille, 3°C à Saint-Quentin et Charleville-Mézières ! Ce sera la seule période du mois où les températures seront inférieures à la normale.

En seconde décade, on retrouve des températures nettement plus élevées mais on observe néanmoins une forte amplitude thermique au sud entre des matinées très fraîches et des après-midi de grande douceur. Par exemple le 13 mars à Mont-de-Marsan, on passe de 0°C le matin à 23°C l’après-midi ! En Bretagne on observe de fortes variations de températures de part et d’autre de la région. Le 13, alors que la température grimpe à 20°C à Quimper sous le soleil, il ne fait que 7°C à Saint-Brieuc, sous les nuages bas véhiculés par le vent marin. Les 15 et 16 mars la chaleur gagne presque tout le pays ; on relève 24°C en région parisienne ainsi qu’à Troyes en Champagne, 25,5°C à Auxerre, 27°C à Mont-de-Marsan !

Après une baisse des températures entre le 17 et le 21 mars, la grande douceur revient entre le 22 et le 30 mars sur quasiment tout le pays ; seules les côtes de la Manche conservent un fond d’air bien frais. Au cours de cette période le soleil brille du matin au soir sur toutes nos régions et les températures sont souvent dignes d’un mois de juin. Quelques records de chaleur sont tombés dans le nord-ouest les 25 et 26 : 22,9°C à l'île d'Yeu (85), ancien record 22,8°C, 20,9°C à Belle Ile (56), ancien record 20,2°C, 23,1°C à la Pointe de Chemoulin, près de Pornichet (44), ancien record : 23,0°C. Le 30 mars, les températures flirtent avec les records de chaleur en Languedoc avec 26,9°C à Montpellier, 27,1°C à Sète, 28,1°C à Béziers et 28,4°C à Saint-André-de-Sangonis (34). Dans le même temps de l’air beaucoup plus frais revient dans l’extrême nord avec seulement 11,3°C à Lille.


2. Les précipitations

Après un mois de février extrêmement sec, les précipitations sont une nouvelle fois déficitaires sur notre pays en ce mois de mars 2012 en raison de la prédominance des conditions anticycloniques et du flux d’est continental. Le déficit pluviométrique est de l’ordre de 44% à l’échelle de la France ce qui en fait le mois de février le plus sec depuis 2003. Le déficit pluviométrique est particulièrement important dans le sud-est avec seulement 3 millimètres à Montpellier et 4 millimètres à Toulon sur l’ensemble du mois ! A noter que l’hiver avait déjà été historiquement sec sur ces régions. On note aussi un déficit de l’ordre de 70% sur un axe allant de la côte aquitaine à la région parisienne en passant par la Touraine.

Deux régions font exception à ce bilan pluviométrique déficitaire : le Nord-Pas-de-Calais et le Roussillon. On retiendra l’épisode de fortes précipitations du 5 mars dans l’extrême nord avec 45 millimètres recueillis à Lille (dont 15 cm de neige, record de hauteur de neige pour un mois de mars) et jusqu’à 63 mm sur les collines de l’Artois à Bainghen (62). Plusieurs cours d’eau des Flandres ont d’ailleurs connu un pic de crue important et certains villages se sont retrouvés en partie inondés.
En ce qui concerne le Roussillon mais aussi l’ouest du Languedoc, une dépression méditerranéenne a apporté de fortes précipitations entre le 20 et le 22 mars. On a relevé 51 mm à Perpignan et jusqu’à 66 millimètres à Béziers (34).


3. L'ensoleillement



A l’échelle de la France, l’ensoleillement aura été largement excédentaire (+40%). La majeure partie du pays bénéficie donc d’un soleil très généreux en ce mois de mars. Les régions proches de la Méditerranée sont celles où l’excédent d’ensoleillement est le plus réduit. On enregistre un excédent que de 4% sur la région de Toulon avec 246 heures de soleil. C’est sur les régions de l’est que l’excédent d’ensoleillement est le plus remarquable. A Besançon, on observe un excédent d’ensoleillement de 82% avec 253 heures de soleil pour une moyenne de 139 heures ! On retiendra la période de grand ciel bleu remarquablement longue pour cette époque de l’année, survenue entre le 22 et le 30 mars. Seul bémol à ce beau temps printanier, la pollution aux particules fines qui a concerné de nombreuses agglomérations en raison du vent faible et des conditions anticycloniques persistantes.


Retrouvez le bilan en vidéo présenté par Cyrille Duchesne dès ce soir 18h sur la chaine météo.

mars © La Chaine Météo
L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Guillaume Fourrier
Guillaume Fourrier
Guillaume Fourrier est un vrai passionné de la mer. Il pratique la pêche en mer depuis l'âge de 13 ans et a aujourd'hui à son actif près de 20 records de France, d'Europe et du Monde pour la prise de gros spécimens. Originaire de Boulogne-sur-Mer, il a sillonné les eaux de la façade Atlantique mais également celles de la Méditerranée. Il a également trempé ses lignes sur des contrées exotiques comme la Nouvelle-Calédonie, où il séjourna plusieurs mois à la recherche de gros poissons du lagon. Il pêche aujourd'hui en Normandie, son nouveau port d'attache.