Le port de Boulogne-sur-Mer sous tension

Jeudi 11 avril 2013 à 10h24

Premier port de pêche de France pour le tonnage, mais aussi en valeur bien que talonné sur ce plan par les ports bretons, Boulogne-sur-Mer doit, s'il veut rester en tête, à la fois surmonter des tensions de longue date entre pêcheurs et garantir son approvisionnement.


En février, la criée était morose après un conflit entre les pêcheurs locaux et les senneurs néerlandais, ces bateaux aux filets longs de plus d'un kilomètre qui ratissent un peu trop les fonds de la Manche au goût des Boulonnais en ces temps de diminution de la ressource halieutique.


Au même moment, le classement des criées françaises montrait qu'en 2012, Boulogne avait pourtant mis un terme à la baisse continue de sa pêche: 36.096 tonnes, soit une petite hausse de 1,6% par rapport à l'année précédente, mais un recul d'encore 18% par rapport à 2006 (43.952 tonnes). Et si Boulogne devance Lorient (26.947 tonnes), il est talonné par le port breton en valeur: 76,132 millions d'euros dégagés, contre 74,814 millions.


"Le climat est serein à l'heure où je vous parle", rassure Wulfran Despicht, vice-président du conseil régional Nord/Pas-de-Calais en charge de la Mer. "Les Hollandais reviennent".


Les vieilles tensions en mer s'étaient échouées sur le rivage. Les chalutiers boulonnais avaient finalement décidé de bloquer l'entrée du port pendant plusieurs jours aux étrangers, avant qu'un accord soit trouvé sur les lieux et les durées d'accostage des bateaux étrangers.


"Quand ils sont arrivés ils étaient raisonnables, avec des navires dimensionnés à la Manche. Mais ils ont développé le nombre, la longueur des navires", se remémore Bruno Dachicourt, secrétaire général du syndicat national des marins-pêcheurs CFTC.


"Les entreprises se transmettaient de père en fils, l'intérêt était de protéger la ressource. Ces flottilles-là ont une vision plus orientée vers le profit, à court terme", déplore-t-il, soulignant la force de la flottille artisanale, environ 250 navires sur la région.


Aymeric Chrzan, secrétaire général du syndicat des mareyeurs, prêche de son côté pour la mise en place d'études et de réglementations. "Ces bateaux de toute façon continueront d'explorer la zone, la seule différence c'est que le poisson ira profiter à un autre port, peut-être pas français", estime-t-il.


Pour la pêche dans la Manche, il faut voir avec l'Europe. Le ministre concerné, Frédéric Cuvillier, originaire de Boulogne-sur-Mer, a demandé la mise en place d'un groupe de travail sur la gestion des pêches en Manche avec ses homologues britannique, belge et néerlandais. "La préservation de la ressource halieutique est une priorité, autant que la cohabitation, en mer comme dans le port", écrit en février le ministre sur son blog.


L'avenir du port, c'est aussi l'avenir de 5.000 emplois de l'agglomération boulonnaise qui dépendent de l'industrie de transformation du poisson, même si aujourd'hui 80% de la matière première arrive par la route, selon Wulfran Despicht.


Dans un communiqué en marge du conflit, le 17 février, les mareyeurs dénonçaient un port "qui accumule les pertes depuis plusieurs années en raison de la baisse d'activité du port de pêche et de l'absence d'autres trafics, commerce et voyageurs, malgré les dizaines de millions d'argent public investis dans de nouveaux équipements".


La région veut maintenant s'appuyer sur sa plateforme d'entreprises de transformation, dénommée "Capécure", pour "sécuriser l'approvisionnement du poisson", dit M. Despicht, notamment en développant une filière aquaculture comme au Danemark ou au Pays-Bas. Une plateforme d'innovation de recherche et une ferme expérimentale sont en plus en développement.


"Dans les cartons aujourd'hui il y a deux ou trois projets dont un porté par la coopérative maritime d'Etaples. Les pêcheurs eux-mêmes se rendent compte qu'ils ont besoin d'activités complémentaires pour pouvoir continuer", souligne Wulfran Despicht.
 

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.