Le nouveau Cap Camarat 6.5 souhaite asseoir sa position de leader

Par Figaro Nautisme
Lundi 13 mai 2013 à 8h04

Décliné en trois versions (coque open, sun deck et day-cruiser), le dernier né des Cap Camarat se veut à la fois traditionnel et tourné vers l’avenir, afin de rayonner encore davantage sur le marché européen.

Décliné en trois versions (coque open, sun deck et day-cruiser), le dernier né des Cap Camarat se veut à la fois traditionnel et tourné vers l’avenir, afin de rayonner encore davantage sur le marché européen.

Il est devenu une référence. Né voilà trente ans, le nom Cap Camarat est désormais ancré dans le paysage de la plaisance grâce à des caractéristiques qui lui permettent d’occuper, aujourd’hui, une position de leader sur le marché des petits bateaux. Un positionnement favorable qui n’exclut pas, pour autant, un certain nombre d’évolution qui permettent à cette 7e génération de la gamme d’épouser les nouvelles tendances. « Depuis 2 ans, nous avons beaucoup travaillé sur le design, explique Merry de La Poëze, le directeur marketing de la marque Jeanneau. Pour nous, le Cap Camarat est très important. C’est le cœur du marché. »
Comme Volkswagen avec sa golf, Jeanneau souhaite capter une nouvelle clientèle tout en continuant à plaire aux propriétaires actuels. « Notre objectif est de faire évoluer le design et les fonctionnalités sans créer une rupture d’image. Et de garder ainsi le fil directeur qui a permis au Cap Camarat de devenir un nom générique, à savoir la robustesse, l’ergonomie, le positionnement en termes de prix et la polyvalence. »

 

Trois versions, trois personnalités

Afin d’asseoir sa position de leader, Jeanneau décline désormais ses bateaux en trois versions. Si le fond de coque est identique, les plans de pont sont totalement différents et permettent ainsi à la marque d’élargir sa cible. Avec son pont ouvert organisé autour d’une console centrale, la version CC semble la plus polyvalente et conçue autant pour la pêche que pour les sports nautiques ou les balades familiales. Disposant d’un grand bain de soleil, la version sun deck se destine surtout au marché méditerranéen. S’agissant, enfin, du Cap Camarat day-cruiser, ses caractéristiques ont pour but de gagner des parts de marché en Scandinavie.
Trois versions, trois personnalités, trois déclinaisons autour d’un axe commun qui ont pour objectif d’élargir le rayonnement du modèle. Commercialisée depuis cet hiver, cette 7e génération de Cap Camarat, construite dans l’usine polonaise de la marque, située près de Gdańsk, n’a jamais été autant tournée vers l’Europe.