Antifouling : protéger votre carène et préserver l'environnement

Lundi 27 mai 2013 à 14h50

Un antifouling est un revêtement de carène qui doit à la fois préserver l'environnement et empêcher les algues et les coquillages d’adhérer à la carène du bateau et cela sans nuire aux performances de glisse. Des points difficiles à concilier et qui sont encadrés par une réglementation européenne.

Un antifouling est un revêtement de carène qui doit à la fois préserver l'environnement et empêcher les algues et les coquillages d’adhérer à la carène du bateau et cela sans nuire aux performances de glisse. Des points difficiles à concilier et qui sont encadrés par une réglementation européenne.

Deux éléments principaux entrent dans la composition d’un antifouling : les biocides et un liant. Les biocides sont les éléments actifs, ils ont pour rôle d'éviter les salissures tout en respectant au mieux l'environnement. La majorité des antifoulings sont à base d’oxyde de cuivre (sauf sur les coques en alliage) et depuis peu sans biocides. Mais un point est important, il n’existe pas de produit universel mais deux grandes familles : les matrices dures et les érodables. La matrice dure donne après application et séchage un film de peinture dur et poreux. Les biocides sont contenus dans le film et se libèrent au contact de l'eau pour empêcher les salissures. Cette libération contrôlée se fait tout au long de la saison jusqu'à ce que la majeure partie des biocides disparaissent ne laissant sur la carène qu'un film dur. La matrice érodable agit différemment. C'est un film qui devient partiellement soluble dès sa mise à l'eau. L'épaisseur de peinture diminue progressivement, renouvelant en permanence la matière active (biocides). A noter une nuance, les semi-érodables qui sont un compromis entre les dures et les érodables.


Quel produit choisir ?

 

La matrice dure est recommandée pour les bateaux rapides (moteurs) et pour tous les bateaux mouillés dans les ports à échouage ou à fort courant. L'inconvénient est l'accumulation des couches au fils des années. Il arrive un moment où l'on doit remettre la carène à nu. L’érodable offre une meilleure glisse et a l’avantage de présenter en fin de saison une faible épaisseur de peinture ce qui limite les travaux d'entretien. Mais, attention, celui-ci ne convient pas aux bateaux rapides ou à ceux qui séjournent dans les zones à courant ou à échouage.


La réglementation sur les produits


L’UE, pour limiter la pollution, a revu les biocides utilisés dans la composition des antifoulings. De 33 molécules autorisées en 2006, elles sont passées à 23 et 10 doivent être supprimées en 2014. Cette contrainte oblige les fabricants à revoir leur formulation allant jusqu’à supprimer tous les biocides. C’est le cas de Seawac qui propose un antifouling à base de produits végétaux. Il est classé dans la famille des érodables donc pas recommandé dans les mouillages à échouage.


La réglementation pour l’application


La réglementation nationale et européenne proscrit le carénage à l’échouage en dehors de toute installation prévue à cet effet. Les services de l’état sont conscients que cette loi exigera beaucoup de pédagogie et de persuasion. Dès à présent lorsque des manquements seront constatés, même si la réponse répressive n’est pas systématique, le contrevenant devra cesser immédiatement son carénage. Le problème est que la loi entre en vigueur avant que les aires dédiées soient opérationnelles.
 

L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.