Des surfeurs vent debout contre un projet minier

Vendredi 16 août 2013 à 10h17

Les mines d'étain gisant au fond de la mer en Cornouailles intéressent les industriels. Mais les surfeurs sont bien décidés à leur barrer le chemin.

 

 

 

Les mines d'étain gisant au fond de la mer en Cornouailles intéressent les industriels. Mais les surfeurs sont bien décidés à leur barrer le chemin.

 

 

 

De leur passé minier, les Cornouailles n'ont pas seulement gardé de pittoresques cheminées de pierre, vestiges des mines juchées sur les côtes de cette région à la pointe sud-ouest de l'Angleterre: elles ont aussi hérité de milliers de tonnes d'étain gisant au fond de la mer. "Il y a 22.000 tonnes d'étain ici", explique l'ingénieur des mines Mike Proudfoot, directeur général de Marine Minerals Ltd, en balayant de la main la mer Celtique depuis le site de Wheal Coates, une ancienne mine située sur la côte nord des Cornouailles. Ce sont les restes de déchets miniers déversés dans les rivières quand l'extraction d'étain battait son plein dans la péninsule aux XVIIIe et XIXe siècles. Ils ont été charriés jusqu'à la mer et réduits à l'état de petits grains par les courants. L'ingénieur souhaite donc profiter de cette réserve d'étain, battue par les flots, mais les surfeurs, habitués des lieux, ne l'entendent pas de cette oreille. Ils s'inquiètent de l'impact potentiel sur l'environnement et le tourisme, principal pourvoyeur d'emplois dans cette ancienne région industrielle.

"Toute la côte nord des Cornouailles est extrêmement importante pour le tourisme, donc tout ce qui pourrait affecter le secteur doit être pris très au sérieux", prévient Tony Flux, conseiller pour les côtes du sud-ouest de l'Angleterre auprès de la fondation The National Trust, en charge de la protection du patrimoine historique. "Les sédiments (où se trouve l'étain) forment des bancs de sable qui permettent aux vagues de se briser d'une certaine façon qui est idéale pour surfer", précise Andy Cummins, directeur de campagne de l'association de défense de l'environnement Surfers Against Sewage. Une étude datant d'une dizaine d'années avançait que l'industrie du surf rapportait 64 millions de livres de revenus annuels et viabilisait 1.600 emplois.

 

Un deuxième essai

 

Le directeur de la société minière Mike Proudfoot n'en est pas à son premier essai. Il avait déjà lancé un projet de récupération de l'étain au début des années 1980, mais il avait été interrompu par une brutale chute des prix. Cependant, la montée des prix de ces dernières années a décuplé son enthousiasme. L'étain, utilisé dans l'électronique pour les téléphones portables ou les tablettes, vaut actuellement près de 22.000 dollars la tonne. C'est moins que son record de 33.600 dollars datant d'avril 2011, mais cela reste une belle somme.

Pour contrer les opposants à son projet, Mike Proudfoot assure que sa méthode d'extraction a évolué. Dans les années 1980, l'ingénieur avait utilisé le dragage qui consiste à aspirer de grandes quantités de sable, ce qui abaisse le niveau des plages et endommage la vie marine. "Mais cette fois-ci nous ne prélèverons que 5%" des sédiments concernés, a-t-il assuré. Des robots aspireraient les sédiments qui seraient filtrés in situ sur un bateau de façon à ce que 95% soient presque immédiatement remis à leur place. Les 5% restants seraient triés dans une usine.

"Pour moi, cette société jette peut-être de la poudre aux yeux des gens en disant qu'il s'agit d'une nouvelle méthode, juge, sceptique, Matt Arnold, un surfeur de 22 ans tout juste diplômé en tant qu'ingénieur des mines. Ça ne sera qu'une variante d'une ancienne méthode." L'étain étant généralement associé à d'autres métaux lourds, les opposants s'inquiètent de voir l'extraction libéréer des éléments chimiques polluants. Mais Mike Proudfoot assure que les premiers échantillons prélevés n'ont révélé qu'une présence minime d'arsenic, de 1 millionième, et pas de mercure. "Nous ne mènerons pas ce projet à bien s'il n'est pas acceptable en termes sociaux et environnementaux", assure l'entrepreneur, dont la société consacre 500.000 livres (environ 583.000 euros) à une étude d'impact environnemental. Si Marine Minerals obtient la licence d'exploitation, l'extraction pourrait commencer en 2015 et durer dix ans.

 

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.