Marc Thiercelin : "2 M€ pour remettre mon Maxi Trimaran en état"

Mercredi 1 mai 2013 à 14h30

Depuis qu'il a racheté Oman Air Majan, Marc Thiercelin cherche les fonds nécessaires pour remettre le bateau en état et mener à bien son programme prévisionnel de courses et records tout en gardant un objectif en tête : donner du sens à son projet. Rencontre.

Depuis qu'il a racheté Oman Air Majan, Marc Thiercelin cherche les fonds nécessaires pour remettre le bateau en état et mener à bien son programme prévisionnel de courses et records tout en gardant un objectif en tête : donner du sens à son projet. Rencontre.

Figaro Nautisme : Vous avez racheté Oman Air Majan il y a deux ans. Où en êtes vous aujourd’hui ?


Marc Thiercelin : Je cherche des fonds depuis fin 2011 pour réparer ce trimaran exceptionnel (4e plus grand trimaran de course au monde, ndlr). En fait, j’ai racheté la plateforme et les moules, mais le bateau n’avait plus ni mât, ni voiles ... C’est un géant à qui il faut redonner une vie en lui remettant entre autres un gréement complet. Toutefois la période est très compliquée, la plus difficile depuis que j’ai commencé ma carrière pro. Le contexte économique n’est pas favorable du tout. Lors de mes 25 années de carrière, j’ai déjà connu tous les types de situations. Mais là, avec un bateau géant en kit dans un hangar, ce n’est pas simple. Néanmoins le jeu en vaut largement la chandelle. Je veux reconstruire le bateau pour tenter plein de records en solitaire, en double et en équipage, mais aussi des courses. À commencer par la Route du Rhum 2014, que je n’ai jamais eu l’occasion de courir. Il faut entre huit et dix mois pour remettre le bateau en état. Si je suis pessimiste et que le bateau entre en chantier en septembre, il sera remis à l’eau début de l’été 2014. Le temps de mise au point avec la Route du Rhum sera court mais jouable.

 

Combien cherchez-vous concrètement ?

 

Il me manque 2 M€ pour remettre complétement le bateau en état. Il a été construit en 2010 en Australie et à Oman et n’a navigué que dix mois avec Sidney Gavignet. Neuf, il avait coûté 5 M€. 2 M€ est donc un prix très attractif pour un trimaran géant de 31 mètres de cette qualité avec aussi peu de milles au compteur. J’insiste sur le fait que je ferai appel aux fournisseurs adhérent à la Sailing Valley de l’association Eurolarge, la filière d’exception française. C’est important de faire travailler l’économie locale. Les entreprises qui m’apporteront des fonds contribueront directement à soutenir 100% de cette filière de réputation mondiale (filière qui a notamment construit Groupama 4, vainqueur de la Volvo Ocean Race). Ensuite, concernant le budget de fonctionnement du bateau, je recherche 1,8 M€ pour la période allant de 2013 à 2015. Cependant la première priorité est que le bateau navigue de nouveau.

 

Avez-vous des pistes ?

 

J’ai passé 90% de ces 16 derniers mois à chercher des moyens pour faire revivre un trimaran unique et des idées fortes. J’ai des pistes, j’ai même trouvé un partenaire Opcalia, qui, via un fonds de dotation et une opération de crowdfunding, est prêt à me soutenir à condition qu’un partenaire privé se joigne à l’aventure en apportant un petit tiers du budget. Le bateau, pourrait s’appeler le « trimaran de l’alternance » et être au service de la cause comme mode pédagogique pertinent, bénéfique à la fois au candidat et à l’entreprise. L’alternance sera au cœur de toutes les actions autour du trimaran, de la reconstruction à la navigation. Opcalia veut mobiliser son réseau de 95.000 adhérents pour participer à la promotion de l’alternance en France. En première contrepartie, chaque donateur aura son logo sur le bateau, mais aussi des actions à bord du bateau. J’ai toujours préféré lier mes projets à des idées fortes et si possible sociétales. C’est important de sonner du sens à un projet de sponsoring, comme je l’ai défendu aux côtés de DCNS de 2008 à 2011.

 

En attendant, vous allez naviguer en Multi50 avec Lalou Roucayrol…

 

Je le remercie déjà de me faire confiance et de m’intégrer à son projet. Je vais naviguer avec lui sur la Route des Princes et sur les autres grands prix de la saison, hormis sur la Transat Jacques Vabre qu’il va courir avec son jeune « alternant » de 20 ans. Lalou aussi aime le concept de transmission de l’expérience. D’ici là, j’espère que mon bateau sera remis à l’eau. Naviguer avec Lalou me donne l’occasion de faire du multicoque. Je vais observer ce qui s’y passe, les forces en présence…Je m’intéresse au multicoque, et cela fait longtemps que je voulais en faire. Le Multi50 est vivant et accessible.

 

Et votre fondation dans tout ça ?

 

C’est une idée que j’ai en tête depuis 2001 et j’ai pris du temps pour aller à la pêche aux infos, aux forces en présences et aux initiatives déjà existantes. Jusqu’en 2005, il n’existait rien. Aujourd’hui, enfin, cela bouge autour du monde maritime. Je vais mener le projet de la Fondation de l’Or Bleu en étant l’ambassadeur mais en parallèle, tant que ma carrière de coureur n’est pas terminée. Six grands chantiers sont nés dans les années 60/70 (nucléaire, télécoms, TGV, spatial, aéronautique, plan de calcul, ndlr), dont les bénéfices perdurent aujourd’hui pour l’industrie française. L’Or Bleu veut encourager l’Etat à lancer un septième chantier stratégique, celui de l’économie maritime et des métiers de la mer autour de trois grands thèmes : la déconstruction navale, les biotechnologies bleues et la R&D ainsi que les énergies marines renouvelables et offshore. Le but est d’identifier et de promouvoir les projets porteurs d’emploi dans l’univers des métiers liés au monde de la mer ; éveiller, faire connaître à tous les publics l’ensemble de l’économie maritime, et enfin accompagner et soutenir les filières innovantes ainsi que la création de nouveaux métiers liés au monde de la mer.

 

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.