Enfin la mi-parcours pour la rameuse Mylène Paquette

Mercredi 2 octobre 2013 à 9h17

Une Québécoise sur l'Atlantique - Ce mercredi, la rameuse entame la seconde moitié de sa traversée de l’Atlantique. Une étape symbolique qui arrive après deux tempêtes éprouvantes, bloquant la rameuse dans sa cabine, harnachée et casquée.

Une Québécoise sur l'Atlantique - Ce mercredi, la rameuse entame la seconde moitié de sa traversée de l’Atlantique. Une étape symbolique qui arrive après deux tempêtes éprouvantes, bloquant la rameuse dans sa cabine, harnachée et casquée.

Mylène Paquette a parcouru 1225 milles entre Halifax, son point de départ le 6 juillet dernier, et Lorient, où elle espère rejoindre la terre à la mi-novembre. Initialement, elle prévoyait son arrivée en France à la mi-septembre. «Je vais peut-être croiser la flotte de la Jacques Vabre en approchant des côtes, commente Mylène Paquette. L’un de mes grands amis Louis Duc, y participera en Class 40. Il avait prévu de venir m’accueillir à Lorient mais j’arrive trop tard… L’autre jour il m’a proposé de me rejoindre pour me saluer mais quand je lui ai communiqué ma position il a réalisé que j’étais trop loin. » La rameuse a pris du retard en raison d’un début de traversée particulièrement frustrant avec d’abord un important mal de mer puis des conditions météorologiques défavorables l’empêchant de ramer. « Sur les 60 premiers jours de navigation, je n’ai sorti mes rames que pendant 14 jours, rappelle-t-elle avec déception. Alors qu’en partant, je pensais pouvoir ramer 6 jours sur 7 ! » Heureusement, Mylène Paquette a depuis retrouvé des vents portants qui l’aident à mettre le cap sur l’est et du soleil. « Enfin ! » s’exclame-t-elle avec le sourire. Pendant des semaines, elle s’est battue pour rejoindre le Gulf Stream qu’elle voyait comme un courant portant salvateur mais il n’a aidé l’aventurière que le temps de 200 à 300 milles nautiques. « J’ai vraiment l’impression que le Gulf Stream était une carotte, au bout d’un bâton, après laquelle j’ai couru pendant deux mois ! Le seul avantage de cette histoire c’est que cela me donne beaucoup de matériel pour mes conférences ! » En France, son routeur, Michel Meulnet explique : « Les conditions sur l’Atlantique nord étant imprévisibles, nous avons dû revoir le plan de route à quelques reprises à cause des vents contraires et d’une météo somme toute défavorable. » Le spécialiste météo assure que malgré le retard, une arrivée sécuritaire est toujours possible. « Heureusement que j’arrive en Bretagne et non au Canada où l’hiver est quand même plus prononcé ! », commente la rameuse québécoise. Et son équipe au sol s’est assurée que la rameuse avait suffisamment de vivres à bord pour poursuivre son exploit. Mylène Paquette ne déplore qu’un manque de café.

 

Les premiers chavirages

 

La semaine dernière, Mylène Paquette a connu deux chavirages dans la même journée à cause de la tempête tropicale Humberto. « J’étais clouée au lit ou plutôt même vissée ! », rapporte-t-elle. « En constatant les dégâts après la tempête, j’étais très déçue et frustrée car j’ai recensé pas mal de bris de matériel », rapporte-t-elle. Son Smartphone qui lui permettait d’envoyer des SMS à ses proches et à son équipe à terre, grâce à un abonnement spécial, a rendu l’âme. Même chose pour son AIS, qui ne lui permet plus de signaler sa présence aux autres bateaux, et ses haut-parleurs extérieurs. L’aventurière a aussi cassé un gouvernail, perdu une ancre et l’une de ses huit rames. Heureusement, le lendemain, Mylène Paquette a reçu la visite inattendue du célèbre bateau de croisière Queen Mary 2. « Mylène, here is Queen Mary 2 », a soudain entendu la jeune femme à la radio. L’équipage du paquebot avait choisi de dévier sa route pour prêter main forte à la rameuse au milieu de l’océan en lui fournissant un nouveau téléphone satellite et une nouvelle ancre Jordan. Mylène Paquette a aussi reçu des sacs de provisions avec des aliments frais et des articles de toilette. « Mais surtout, j’ai vu des humains ! Je les ai entendus crier, siffler et s’époumoner pour m’encourager, encore et encore. Je ne sais pas si j’ai déjà vécu une journée plus émouvante, assure-t-elle. J’étais épuisée par la tempête et je criais, pleurais et riais en même temps, submergée par toutes ces émotions. » Une journée qui lui a permis de reprendre de l’énergie pour la suite de son parcours. « Soudainement, j’étais une rock star au milieu de nulle part », a assuré l’aventurière dans une lettre de remerciement destinée au commandant du Queen Mary II. Mylène Paquette espère devenir la première nord-américaine à franchir, à la rame et en solitaire, les 2.450 milles nautiques qui séparent le Canada et la France.


 

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.